- rejoignez-nous sur facebook pour avoir les dernières infos -

Des restes de 2016

Les très courus « talk show », sur les chaines de TV ou de radio, rassemblent des chroniqueurs rémunérés du monde politique, de la chanson, du cinéma, du théâtre, du caniveau… pour « bouffer tout cru » l’imprudent invité. Pour exister, éviter la déprogrammation, se faire de la pub coûte que coûte, il faut faire du buzz. Exemple : invité par Thierry Ardisson dans son émission « Salut les Terriens ! » aux côtés de gugusses en promo, s’obligeant à rire et à opiner du chef, Robert Ménard a fait une apparition éclair. Agacé par une vanne « conne » de l’humoriste Tom Villa, il a préféré se retirer. Le chroniqueur a implicitement comparé le maire de Béziers, « ville de merde » d’après lui, élu démocratiquement au suffrage universel, à Adolf Hitler : « Bientôt, tu iras plus loin que l’Hérault et un jour, toi aussi, tu seras connu dans l’univers comme le célèbre Adolphe… (grand silence) Sax, l’inventeur du saxophone », a-t-il lâché en direction de l’élu.  Je ne suis pas un fan de Robert Ménard, loin s’en faut, simplement ras-le-bol que sous couvert d’humour on puisse dire de telles insanités. L’insulte n’est jamais drôle.

En dignes successeurs de ceux qui, dans un absurde et glauque aveuglement, soutenaient les Staline, Mao, Pol Pot, ils pleurent à chaudes larmes et en public la mort d’un des plus grands dictateurs que la terre ait porté : Fidel Castro ! Ils n’ont même plus l’excuse d’avoir un demi-siècle de propagande derrière eux. Le secrétaire général du PC, Pierre Laurent, salue en Fidel Castro « l’artisan de l’une des plus importantes révolutions initiées au XXe siècle » et voit dans le castrisme «  la démonstration de la possibilité de bâtir une société juste et souveraine pour tous les peuples ». Pardon aux milliers d’opposants emprisonnés, torturés, fusillés, il ne sait pas ce qu’il dit… Mélenchon a rendu un vibrant hommage à celui qu’il appelle Fidel, devant la statue de Simon Bolivar à Paris. N’en déplaise au leader de « la France insoumise », les crimes de Fidel Castro ne sont pas un point de détail de l’histoire, mais à chaque extrême son détail… Que dire de la « conneritude » de Ségolène Royal. Rien!

Hier, Hara Kiri se donnait pour sous-titre : « journal bête et méchant ». La primaire de la droite qui a vu l’étonnant succès de François Fillon a, semble-t-il, donné l’envie à Libération de reprendre le flambeau. Entre les deux tours, une Une débile: « Au secours, Jésus revient ! » et de décrire François Fillon comme le « Tariq Ramadan des sacristies ». L’effroi, l’angoisse, la peur nous envahit, les lobbies catholiques vont désigner le prochain président de la République. Oh horreur, voici le retour de l’inquisition avec ses tortures et ses bûchers… Question : quelqu’un qui jette un regard angoissé sur l’islam et qui le dit est appelé islamophobe. Comment appelle-t-on le rédac chef de Libé ? La revue, les Inrocks de fin novembre, à la haine tenace, a barré la photo de Nicolas Sarkozy d’un énorme « loser ». C’est là qu’on voit que ces gens ne sont pas chrétiens pour un sou. Et la compassion, bordel! Ces deux représentants de la BONNE presse, – lisez, c’est à ce moment que cela devient drôle -, avaient fortement incité les Français, en 2012, à voter François Hollande. Si, si… Ça relativise, non!

En fin d’année, les caméras de France 2 sont allées à Sevran (93) et ont montré que dans certains quartiers, non seulement on ne trouvait aucune femme dans les rues et que l’accès de certains bars et cafés leur était interdit: « Ici on n’est pas à Paris, on est dans le 93, à Sevran et les femmes ne doivent pas être là… Moi ma cousine, elle reste chez elle, elle ne va pas dans les cafés ! Ici, c’est comme au Bled ! » affirme, sans rire, le gérant du bar…

Silence des associations des droits de l’homme, sûrement parce qu’il ne s’agissait en l’occurrence que des droits de la femme… Certains à gauche, Hamon, Cambadélis, Autain… ont renié, au nom du fameux « Pasdamalgamme », ce qui fait notre culture qui repousse, trop lentement certes, le sexisme aux poubelles de l’histoire. Le livre Soumission de Houellebecq est toujours d’actualité.

Pas de bon augure pour 2017 si rien ne change… Encore que, en fin d’année, un coup de tonnerre dans le monde syndical universitaire s’est produit. Enfin une bouffée d’air, une respiration, la FAGE a battu l’UNEF lors de l’élection des représentants dans les CROUS ( Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) . La pensée unique prend l’eau et la couveuse du PS est en panne.

Je vous souhaite une bonne nouvelle année en espérant qu’elle soit réellement nouvelle !

Gérard Bardon

Pour partager :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com