L'annuaire Solognot
Commerce et Artisanat

AGENDA DES MANIFESTATIONS »

Sologne

Les événements en Sologne du Loir-et-Cher, Pays de Grande Sologne, Sologne des étangs, Sologne viticole, Romorantinais…

Sologne du Cher

Les actualités de la Sologne du Cher, Aubigny-sur-Nère, Brinon-sur-Saudre, Nançay, Vierzon et les alentours…

Val-du-Cher

Tout sur le Val-du-Cher de Montrichard à Châtres-sur-Cher en passant par Saint-Aignan, Noyers, Selles-sur-Cher, Villefranche, Mennetou…

Blaisois

A ne pas manquer à Blois, Mer… et au sud de la Loire, Vineuil, Saint-Claude de Diray, Saint-Laurent-Nouan…

Loiret

L’actualité de la Sologne du Loiret, La Ferté-Saint-Aubin, l’Orléanais, la Vallée de la Loire, Beaugency, Meung-sur-Loire, Cléry…

Home » DOSSIERS, Elections 2012, News

Elections législatives du 10 et 17 juin
Etat des lieux dans les circonscriptions solognotes du 41, du 45 et du 18

Publié par le 30 mai 2012 – 11:07

• Dans le Loir-et-Cher

Les duels vont être classiques en Loir-et-Cher
Les trois députés sortants se représentent devant leurs électeurs. Dans la première circonscription (Blois), Nicolas Perruchot (Nouveau Centre) en poste depuis 2002, remis en selle par son rapport sur le financement des syndicats, brigue un troisième mandat. Il aura comme adversaires, le socialiste Denys Robiliard, avocat de métier, ancien président d’Amnesty International, adjoint au maire de Blois et chargé de l’urbanisme, ce qui laisse Geneviève Baraban, conseillère générale de Blois III et adjointe au maire de Blois, sur la touche.
L’écologie politique s’éclate avec trois représentants: Etienne Bourgeois (Alliance écologiste indépendante), François Thiollet, EELV et Sarah Laurent Le Trèfle. A la gauche de la gauche, Alain Lombard (LO), Marie-Anne Clément (NPA) et Laurianne Delaporte (Front de gauche). Enfin à la droite de la droite, on se bouscule avec Hélène Gilot (MPF), Laurent Guibert (Debout la République), Michel Chassier (FN) et Elisabeth Montandon (Le parti de la France).

PML pour un 5e
Dans la deuxième circonscription (Romorantin-Lanthenay), l’expérimenté Patrice Martin-Lalande, qui en est à son 4e mandat, devrait retrouver sa place à l’Assemblée nationale, d’autant plus que Jeanny Lorgeoux, son challenger habituel, a été élu sénateur et, très actif, se plaît fort bien dans ce nouveau mandat, depuis huit mois. A sa gauche, succession difficile pour Tania André (PS), Conseillère générale de Romorantin-Lanthenay Nord et directrice du Cabinet de Jeanny Lorgeoux à la mairie de Romorantin : “Je reprends le flambeau avec un style forcément différent, mais avec tout autant de conviction et d’enthousiasme” affirme-t-elle.
Pour les écologistes, Jean-Luc Couppé (Alliance écologiste indépendante) et Sylvaine Lavaud-Ravion (EELV) qui mène une campagne originale “Parler de l’avenir de la Sologne dans une salle c’est possible, en parler en se baladant sur les chemins solognots c’est mieux !”. Un nouveau venu au centre qui veut mener une campagne de terrain, loin des grands discours politiques Louis de Redon (Le centre pour la France). Solognot, agronome et juriste de formations, il affirme que s’il est élu, il s’engage, “en tant que député et spécialiste des questions relatives au droit de propriété, à porter le débat sur le devenir de nos territoires ruraux au niveau national afin que toutes les voix puissent être entendues“. A droite toute avec Tatiana Gabillas (FN) d’origine ukrainienne, l’épouse de François Gabillas, aujourd’hui conseiller municipal de Romorantin, connaît bien l’URSS, ce qui, paraît-il, expliquerait son positionnement et Marilyne Hariti (Debout la République). Plus on va à gauche : Bernadette Lemenager (Front de gauche), Flavia Verri (Gauche anti capitaliste) et Dominique Aubrun (LO). Sans oublier un sans étiquette, François Dubois.

• Dans le Loiret

Un UMP serein, un dissident socialiste, un Vert soutenu par le PS
Dans la 1ère circonscription du Loiret (Beaugency, Cléry-Saint-André, Olivet, Saint-Jean-le-Blanc et Orléans Saint-Marceau et La Source), le député sortant UMP Olivier Carré, premier adjoint au maire d’Orléans, va devoir affronter dix candidats le 10 juin prochain, dont un collègue, conseiller municipal de la majorité orléanaise, Tahar Ben Chaabane, le vice président du Nouveau Centre, rebaptisé Centre pour la France à l’occasion des élections législatives.
A gauche, les affaires se sont sérieusement compliquées avec la candidature, spontanée ou dissidente ?, d’un médecin de Sandillon, Ibrahim Choucair (de sensibilité socialiste), alors que le PS avait dès le lendemain des présidentielles passé un accord avec Europe Ecologie les Verts en soutenant Jean-Philippe Grand, également conseiller municipal à Orléans, mais dans l’opposition. Côté Verts également, la présence sur la 1ère circonscription de l’Alliance Ecologiste Indépendante menée par Annie Girault.
Plus à gauche, c’est Cécile Hubert qui portera les couleurs du Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, Claude Trepka celles de Lutte Ouvrière et Robert Couture celles du Nouveau Parti Anticapitaliste. Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan sera représenté par Omar Ghandour, tandis que plus à droite, c’est Dominique Sanguinetti qui portera la couleur Bleu Marine du Front National. Enfin, à noter la participation d’une sans étiquette, Yvonne Daroussin.
Au total 11 candidats : un candidat sortant rassuré par l’ancrage à droite du Loiret et de sa circonscription, même si François Hollande a réalisé au deuxième tour des présidentielles l’un de ses meilleurs résultats du département ; un candidat Europe Ecologie les Verts soutenu par le Parti socialiste, malgré une dissidence de sensibilité socialiste; et une candidate FN qui pourrait jouer les trouble-fête au second tour puisque Marine Le Pen a réalisé 14,5% au premier tour des présidentielles dans cette circonscription.

Un UMP soutenu par le Centre, un centriste indépendant, un FN fort et un socialiste porté par la présidentielle
Dans la 3e circonscription du Loiret (Jargeau, Ouzouer-sur-Loire, Sully, La Ferté-Saint-Aubin, Briare, châtillon-sur-Loire et Gien), une circonscription profondément remaniée lors du dernier découpage électoral, c’est Claude de Ganay (PRV-UMP) qui bénéficie du soutien du député sortant, le Radical Valoisien Jean-Louis Bernard, ancien maire d’Orléans, dont il a été le suppléant pendant douze ans. Claude de Ganay, cadre de la fonction publique territoriale, viceprésident du conseil général, maire de Dampierre-en-Burly, devra composer avec la présence d’un divers droite de poids, celle de son collègue conseiller général maire de Gien, Jean-Pierre Hurtiger. Et même si Etienne Trapp, candidat du Rassemblement Bleu Marine dans cette circonscription essentiellement rurale, n’est pas Marine Le Pen (la candidate du Front National a rivalisé avec François Hollande lors du premier tour des présidentielles avec un score de 23%), Claude de Ganay peut redouter une triangulaire au second tour.
A gauche, c’est Philippe Froment, maire de La Ferté-Saint-Aubin, qui défendra les couleurs du Parti socialiste, sans la concurrence d’un Europe Ecologie les Verts, un accord a été passé, mais avec la présence de deux mouvements verts, l’Alliance Ecologiste Indépendante menée par Françoise Soret et le Mouvement Ecologiste Indépendant de Sophie Hecquet. A gauche encore, Sylvie Vauvilliers emmènera le Front de Gauche, Michel Naulin Lutte Ouvrière et Elsa de Morais le Nouveau Parti Anticapitaliste. Quant à Debout La République, c’est Catherine De Metz qui la représentera.
Dix candidats, donc, pour cette circonscription remodelée : un candidat soutenu à la fois par l’UMP et le Parti Radicale Valoisien, qui se dit le candidat “du rassemblement  le plus large possible de la droite et du centre” ; un autre, très proche, puisque centriste aussi, qui compte “sur la personnalité du candidat pour faire la différence” ; un Bleu Marine regonflé par le score de la présidente de son mouvement au premier tour de la présidentielle et un socialiste qui espère surfer sur une éventuelle vague rose.

• Dans le Cher

Nouvelles têtes mais oppositions traditionnelles dans le Cher
Pour les deux circonscriptions solognotes du Cher le premier tour des prochaines législatives verra en lice la majorité des partis déjà sur le devant de la scène lors des présidentielles.

Classique dans la 1ère
Un seul député sortant, Yves Fromion (UMP), revient quérir un mandat supplémentaire, le quatrième consécutif, dans la 1ère circonscription, celle où se trouve Aubigny-sur-Nère dont il est maire. Il trouvera sur son chemin des amis ennemis de toujours comme Yannick Bedin (Front de gauche) ou Sylvie Cerveau (Lutte Ouvrière). Outre ces habitués, les électeurs pourront choisir entre Danielle Avon (Front National), le Vert Philippe Redois (EELV), Marie Avril (NPA), David Dallois (Divers Droite), Philippe Bensac (Nouveau Centre), Céline Bezoui (PS) et Jérôme Leroy (Debout la république). Au total dix candidats pour un seul siège !

Changement de tête dans la 2e ?
C’est le changement de tête quasi obligatoire dans la deuxième circonscription, celle de Vierzon. Là, où seul Franck Thomas-Richard est parvenu, depuis 1981, à faire basculer le siège de la Gauche vers la Droite. Jean-Claude Sandrier, le député sortant, laisse au Maire de la deuxième ville du Cher, Nicolas Sansu, le soin de mener la bataille des urnes. Si du côté des extrêmes on reste sur les classiques François Scheid (FN) et Régis Robin (LO), pour les autres partis, c’est du neuf et du tout nouveau avec Maria Crespel (UMP), Michel Lasserre (Extrême gauche), Marie-Josée Lechelon (EELV), Agnès Sinsoulier-Bigot (PS) et Bernadette Guille (Parti radical). Cette fois ils ne seront que huit alors que, en 2007, ils étaient onze…

Enquête Denis Léger, Francis Smith et Gérard Bardon