- pour avoir les dernières infos, rejoignez-nous sur facebook - twitter -

Le plus grand manège équestre de France à Lamotte-Beuvron

Sur le Parc équestre de Lamotte-Beuvron se construit actuellement ce qui sera, par ses dimensions hors normes, le plus grands manège couvert de France. Un outil au service premier de l’équitation, mais aussi de manifestations culturelles et industrielles, utiles à l’économie locale.

Depuis 1994, la FFE constitue pas à pas ce que l’on appelle désormais le parc équestre fédéral à Lamotte-Beuvron. En 23 ans, elle n’a cessé de regrouper ses différentes activités, y compris sa direction nationale. Elle occupe aujourd’hui 400 hectares, en grande majorité sur le territoire de Lamotte, une petite partie sur celui de Chaumont- sur-Tharonne. Chaque année, elle investit pour augmenter son patrimoine ou le valoriser en effectuant des travaux. « Ces investissements sont de l’ordre de deux à trois millions chaque année, confie Frédéric Bouix, le délégué Général du Parc équestre fédéral de Lamotte. C’est environ 5% des 40M€ de chiffre d’affaires réalisé sur le site même du parc ». Elle a encore récemment acquis une ferme sur laquelle elle préserve un élevage de moutons de Sologne. A proximité, elle a constitué ce que l’on appelle le « Carré international ». Un espace dédié à l’accueil et à l’entrainement des cavaliers de haut niveau et des équipes senior qui vont en compétition. Il compte un moulin, actuellement en réfection, le stadium avec ses gradins (opérationnel en 2018), le nouveau manège couvert de 130 m x 90 m, une clinique vétérinaire, des bureaux et le pôle France avec 90 boxes. « L’idée, explique Frédéric Bouix, est de donner à ces équipes l’autonomie dont elles ont besoin. Un hôtel de 40 chambres et deux restaurants (200 couverts) existent déjà. On regroupe ainsi les entrainements en un seul lieu, limitant les déplacements des cavaliers et l’entretien de centres disséminés dans l’hexagone ».  Par ailleurs, pour tous les équitants amateurs qui viennent monter à Lamotte, c’est aussi l’occasion de voir leurs champions à l’entrainement, et donc de faire du Parc équestre une vitrine pour les passionnés. Là vont aussi s’organiser des manifestations d’ampleur internationale comme le Générali Open, (du 8 au 16 et du 22 au 30 juillet 2017). « Ajoutons qu’avec de telles installations, uniques en France voire en Europe, nous sommes aussi en mesure de recevoir des concours internationaux qui cherchent parfois un asile de dernière minute ».

Fredéric Bouix directeur du centre équestre

Un manège hors normes

Il sera le plus imposant manège de France. 132 mètres de long sur 92 de large, entièrement couverts d’une voûte, de tôle rouge brique, supportée par une impressionnante charpente de bois lamellé-collé, de 25 mètres de hauteur. Les travaux ont débuté au début du mois d’avril et devraient s’achever début septembre pour une mise en service début 2018. Un travail d’orfèvre, assure Jérémy, qui dirige le chantier pour l’entreprise CMBP, spécialiste européen de la charpente bois. Toutes les pièces ont été conçues en trois dimensions sur des ordinateurs, avant que les plans ne soient transmis aux machines très sophistiquées qui font la découpe du bois. « On utilise majoritairement de l’Epicéa des Vosges, poursuit Jeremy, mais aussi des bois venus d’Allemagne et de Scandinavie. Les 1150 m3 de bois ont été traités contre les insectes et les champignons avant leur utilisation ».
Une fois découpées, les lames sont « aboutées », jointes par une colle polyuréthane, placées dans des moules métalliques au sol, visées puis démoulées avant de prendre leur position. Les grues élèvent les éléments de charpente dans un balai réglé au millimètre. Certains éléments semblent trop courts ou trop longs, mais avec des portées de 80 mètres, il faut anticiper les forces phénoménales qui vont jouer. Les sept portiques et leurs arcs se jointent finalement comme par miracle, et ce n’est qu’après avoir entendu le « crac » de la mise sous tension que l’on sait que tout va bien.
Ensuite entreront en scène les 35 techniciens du parc équestre qui feront les équipements et finitions. Les bardages bois sur les côtés, la voirie, le système d’arrosage, le passage de la fibre pour les bureaux et les salles techniques, et enfin l’éclairage. « Ce dernier point est sensible, explique un technicien, car dans un lieu fermé comme un manège, il ne faut pas d’ombre portées. Les chevaux n’aiment pas ça ».
La structure est bien entendu construite pour les cavaliers en priorité. « Mais il serait déraisonnable de ne pas l’avoir calibrée pour d’autres usages, admet Frédéric Bouix. En l’occurrence, des expositions, des concerts, des salons professionnels ou des réunions d’entreprises ». Il est clair que la FFE, et le parc équestre en particulier, ont le sens de l’investissement dans un patrimoine dédié à leur activité, mais aussi à la rentabilité ou du moins à l’amortissement de leurs infrastructures.

Le cheval pour tous

La fédération française d’équitation est une grosse machine. Avec 650.000 licenciés, c’est la troisième fédération sportive de France, derrière celles du football et du tennis. Véritable entreprise, elle génère dans ses différentes activités, 24.000 emplois pour un chiffre d’affaires d’un milliard d’euro ! « Contrairement aux autres fédérations sportives, les clubs qui la composent ne sont pas constitués en associations, explique Frédéric Bouix. Les clubs sont le plus souvent des exploitations agricoles, qui relèvent du ministère de l’agriculture ». Pour autant, ces exploitations ne perçoivent pas la PAC, la Politique Agricole Commune. Autrement dit, elles ne sont pas subventionnées. Elles fonctionnent comme autant d’entreprises autonomes, qui ont appris à vivre par leurs propres moyens, dans l’obligation d’être à l’équilibre, au risque de disparaître. Si donc la PAC venait à être remise en question, les clubs hippiques n’auraient pas à en souffrir. Pas de subvention non plus de la part de la FFE. « Si la Fédération est mandatée par le ministère des sports pour une mission de service public, elle ne verse pas de subsides aux clubs, poursuit Frédéric Bouix. En revanche, elle les accompagne en leur prodiguant si besoin des conseils techniques, juridiques ou sportifs. En cas de difficulté passagère, la FFE peut aussi les aider à trouver de nouveaux équitants, ou de nouveaux contrats avec des collectivités ou des entreprises ».  C’est ce qu’elle a fait au fil des dernières décennies, redorant le blason d’une activité sportive longtemps considérée comme élitiste, issue des traditions de la cavalerie militaire. « Elle a su jouer la valeur naturelle, le mode de vie en extérieur, la liberté et la relation à l’animale, observe Frédéric Bouix. Pour être pragmatique et démocratiser le sport, elle a aussi développé le model du cheval partagé ». Il est vrai que posséder un cheval est couteux. Alors les propriétaires les confient aux clubs qui les entretiennent et les font monter par les équitants qui n’en n’ont pas. Ainsi les coûts d’infrastructures, de nourriture, de vétérinaire et les salaires, sont-ils partagés et deviennent accessibles au plus grand nombre. Pour 13€/heure, soit 500€/an, un enfant peut monter à poney.

Les J.O. à Lamotte ? Pas si sûr…

Les jeux olympiques de 2024 sont espérés en France. Le parc équestre de Lamotte Beuvron pourrait bien être mis à contribution, mais pour l’heure, pas comme on l’imagine. C’est à Versailles et sur le Champs de Mars, à Paris, que sont prévues les compétitions. Vu de Chine ou de Nouvelle Zélande, ça fait mieux sur la carte postale ! « D’autant que l’infrastructure nécessaire n’est pas si importante que cela, reconnait Frédéric Bouix. Il n’y a guère plus de 250 chevaux attendus » (le Parc de Lamotte peut en recevoir 3 500 en même temps). En revanche, ce même parc lamottois pourrait être le théâtre de certains entrainements. Reste à savoir si les parties administrative et logistique pourront suivre en Ile-de-France. Rien n’est encore joué, mais pour l’heure, les J.O. ne sont hélas pas prévus dans le Loir-et-Cher.

A noter sur vos tablettes : le Générali Open, (du 8 au 16 et du 22 au 30 juillet 2017).

Stéphane de Laage

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com