Blois : Les aides-soignants et autres accompagnants médicaux en réflexion contagieuse

Répondant à l’invitation de l’association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH) Centre-Val de Loire, près de 300 aides-soignants, accompagnants éducatifs, sociaux, et auxiliaires de puériculture, se sont retrouvés à Cap’Ciné pour une septième journée d’échanges et de dialogues, qui ne ressemblait en rien à une séance de travail et/ou de formation.
Il s’agissait, avant tout, de tirer les conclusions de tout ce que le pays venait de traverser avec la pandémie Covid, le confinement, la découverte de certaines failles dans le système tournant autour de l’exercice hospitalier, en «défaveur» des malades, certes, des fois, mais aussi pour entendre des témoignages poignants et partager le vécu de tout un(e) chacun(e) engagé(e) dans une course contre la montre face aux maux de ces dernières années, non prévus, et encore moins programmés, en amont et si rapides dans leurs attaques sournoises… Les mots résilience et épanouissement au travail, de façon contagieuse positive, tendant à accompagner des relations positives pour mieux travailler ensemble, ont souvent rythmé les interventions de la journée riche en plusieurs animations et échanges. Christophe Hay, du restaurant Fleur de Loire**, a, comme plusieurs de ses amis chefs étoilés en France, cuisiné pour des soignants des centres hospitaliers de Blois et Orléans, ainsi pour des EHPAD. Ce qui a été très apprécié tant sur le plan altruiste que gustatif, dans le cadre de l’opération «À table les soignants» lancée dès juin 2020. Plusieurs autres points sur la résilience et l’attitude intérieure positive (AIP), la mise en situation pour favoriser l’épanouissement au travail, avec des échanges, furent développés par Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, psychanalyste et conférencier de renom, Jacques Laub, expert international en management, communication et relations humaines, et confortèrent le public dans sa mission au service de l’autre, avant tout. Dans son conclusion, Christelle Bienvenu, présidente régionale de l’ANFH, s’est montrée très satisfaite de cette nouvelle journée d’échanges qui a permis à chacun(e) de réfléchir au sens donné à son engagement en milieu hospitalier, sans se considérer comme un(e) invisible. Après le temps de la réflexion, en commun, se dégageront de nouvelles pistes pour éviter les erreurs du temps passé et relancer le bien-vivre ensemble. Avec une santé excellente !

Jules Zérizer