Blois : L’heure de la rentrée a bien sonné

Après avoir été étudiants fin août sur le campus socialiste (cf. p.20), le maire Marc Gricourt et son adjoint Benjamin Vételé sont retournés sur les bancs de l’école primaire juste avant le jeudi J de la rentrée scolaire du 1er septembre, leurs cartables d’élus chargés de nouveautés dans la continuité.
Le goûter du mercredi est de retour comme les devoirs de la semaine pour les enfants. Tout a été préparé en amont pour l’accueil des culottes courtes. C’est le cas notamment à l’école primaire Victor-Hugo où le maire PS de Blois, Marc Gricourt et son adjoint en charge de la ville éducatrice, Benjamin Vételé, avaient posé le 29 août leurs cahiers d’annonces à l’attention des familles. Cette rentrée 2022 sera de prime abord particulière puisqu’à peu près normale dans l’immédiat, sanitairement parlant, sans port de masques. Spéciale tout de même parce que le poids de l’inflation galopante pèsera assurément sur le budget des parents. La ville de Blois s’engage donc une nouvelle fois en attribuant une aide de 43, 30 euros par élève pour garantir la gratuité des fournitures scolaires (soit une enveloppe totale supportée par la municipalité s’élevant à 220 000 €), versée directement aux écoles qui se chargent de gérer les commandes. “Depuis notre premier mandat en 2008 l’éducation est notre première politique publique,” a commenté le maire Gricourt. Une attention appuyée est en sus portée à la qualité (circuits courts et aliments bio privilégiés) ainsi qu’à la stabilité du tarif des repas proposés à la cantine le midi. Côté numérique, il sera à noter la mise en place depuis 2020 de l’espace numérique de travail (ENT) avec le choix opéré à Blois de retenir cette année l’outil PrimOT qui permet aux familles via diverses applications et ressources pédagogiques de suivre la vie de l’école et l’activité de leurs enfants, communiquer avec les enseignants et bénéficier d’informations. En parallèle, l’équipement des écoles blésoises en vidéoprojecteurs interactifs (VPI) continue, notamment en CP et CE1; la date butoir pour fournir toutes les écoles avec ce type de matériel est fixée à 2023.

Une circulation automobile contrainte
Si art et sport sont rendus accessibles aux enfants à Blois (via l’école d’art et le conservatoire de musique), la vraie nouveauté affichée dès ce mois de septembre est sans aucun doute des rues fermées aux abords des écoles. Pas de panique, cela s’explique par une expérimentation menée par la mairie. « Le but est d’avoir des abords apaisés. Il n’y a pas eu d’accident, mais il existe des tensions entre les parents stressés, car chacun veut déposer son enfant au plus près ou devant l’école,” a signalé l’adjoint Vételé. “De septembre à octobre, les rues Molière et des Cordeliers, desservant les entrées des écoles Molière et Simone de Beauvoir, seront donc fermées à la circulation automobile entre 8h15 et 8h45 les matins de la semaine, pour que les parents puissent emmener tranquillement leurs enfants à pied.” Une mesure sur laquelle il faudra bien communiquer pour éviter d’autres accrochages… Les familles pourront se garer à proximité, place de la République, à défaut de, ou dans les rues Lenôtre et de La Fontaine. Si l’essai s’avère concluant, le dispositif pourrait s’étendre plus largement sur d’autres écoles. En attendant, des marquages au sol ont aussi été apposés en guise de test devant plusieurs établissements scolaires (écoles Foch, Charcot, Yvonne Mardelle et Olympe de Gouges) afin de diminuer les stationnements gênants, d’augmenter la visibilité des pistes cyclables, d’inciter les automobilistes à ralentir et à partager l’espace.

É.R.