Body summer

Les femmes connaissent par coeur l’expression consacrée. Les hommes, qui prennent soin d’eux (le fameux métrosexuel, et ils sont de plus en plus nombreux), savent aussi. C’est parti pour le cours d’anglais branché « body summer » : comprenez un corps de rêve pour l’été en français dans le texte. Un brin de légèreté pour une fois dans cet espace d’expression libre car nous aurons dès septembre, en nous dirigeant vers une météo plus grise, tout le loisir d’être plus loquace et de parler en long, large et travers, de la reprise de choses moins ensoleillées qui peuvent fâcher : invectives politiques, planète qui chauffe, pouvoir d’achat qui s’amenuise, fournitures scolaires et autres faits qui s’annoncent peu gais, vous voyez … Donc, reprenons les affaires estivales de l’instant, sérieuses sur la balance : ce summer body ? L’injonction daterait au moins des années soixante; c’est surtout la ritournelle qui se rejoue sans cesse à l’approche de la plage, des coquillages et des crustacés, s’imprimant en particulier sur les Une de tous les magazines féminins selon l’industrie du régime, donnant des sueurs froides à celles qui ont conservé des kilos superflus issus des apéros entre amis et raclettes party. Pour notre part, – puisque nous affectionnons notre jardin de pensée à la fois engagée et indépendante-, à défaut d’une enveloppe de chair aux tablettes de chocolat affûtées, nous avons choisi de faire à contre-courant rimer juillet avec plaisirs de bonne chère variés. Des feux d’artifice, similaires à ceux du Festival pyrotechnique estival au dessus de la mer à Cannes, mais pour nous, ici, dans l’assiette. Le département du Loir-et-Cher monte en gamme au niveau de son offre de restauration, alors nous vous proposons d’accomplir six bonnes résolutions cet été à contre-courant du body summer ou summer body (peu importe le sens, cet édit moderne demeure le même, et de toute façon, nous sommes / vous êtes déjà très belles comme nous sommes / vous êtes!). Nos préceptes d’appétit de vie sont par conséquent les suivants : découvrir la symphonie gustative de la table “Ezia” composée par le prometteur Nicolas Aubry à l’heure du déjeuner à Montlivault; s’accorder pour un goûter de choix une pâtisserie depuis une “Fleur de Loire” éclose à Blois, celle du chef Christophe Hay; s’offrir un dîner d’exception au calme, au «Bois des chambres» de Chaumont-sur-Loire, au chant des grenouilles. Puis entre deux tranches de voluptés, en journée, pour se défouler, tester un déplacement écolo-doux en trottinette électrique à Blois; se divertir via un escape game au musée de Sologne à Romorantin. Et pourquoi pas, y ajouter, pour un programme de jouissance complète, en conclusion, un coucher de soleil à capturer sur le fleuve Loire ! Afficher un summer body, en définitive, sous-entend bien avant tout de se sentir bien dans sa peau ? Alors, jouez aussi avec vos enfants, lisez les bouquins que vous n’avez pas eu le temps d’ouvrir dans l’année, et caetera. Profitez ! Votre maillot de bain cet été ne rougira ainsi pas à votre arrivée, sans corps parfait mais avec esprit épanoui. C’est ce qu’on appelle le body positive ! Moralité dans la veine d’une fable de La Fontaine : cet été, faites surtout ce qu’il vous plaît, loin des diktats qui compressent le vivant (et pas que vos bourrelets), avant une nouvelle rentrée à amorcer. Une citation, pour parachever notre summer menu : “Heureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière” (Michel Audiard). À méditer avec gourmandise devant la tarte légendaire du Carlton sur la Côte d’Azur ou assis à St-Tropez dans l’enceinte du nouveau restaurant Louis Vuitton (en espérant qu’ils n’y servent pas les pauvres alligators et autres animaux exotiques massacrés pour leurs sacs…) ; frugalement lors d’un bivouac au milieu de la nature luxuriante de la Lozère, ou avec poésie devant une exposition des “Héroïnes romantiques” au musée à Paris … Et aussi ailleurs, où vous voudrez ! Quant à nous, – car derrière le grain de folie, il faut un zeste de rigueur tout de même- , nous nous retrouverons assurément dans ces colonnes en Sologne et Centre-Val de Loire avec plaisir et audace, toujours sans fard ni chaînes, dès le 25 août. En forme(s) !

Émilie Rencien