Controis-en-Sologne : Frédéric Hémery : “au revoir et merci”

Celui qui fut le directeur de cabinet de Jean-Luc Brault, président de la Communauté de communes du Val de Cher Controis, part après dix ans de bons et loyaux services. Un pot de départ a entériné la nouvelle à Contres le 29 juillet.
Jean-Luc Brault a bien failli verser sa larme, plus ému que Frédéric Hémery en partance. Le directeur de cabinet a rendu hommage à l’ancien maire de Contres. “Personne, je dis bien, personne, ne rompra notre lien,” a martelé Frédéric Hémery, 38 ans en décembre, sur fond de métaphore militaire, après dix ans passés à Contres. “Tu m’as ouvert des horizons, inconnus pour moi. J’ai travaillé avec un homme de valeurs, de sincérité. Travailler à tes côtés, alors que personne n’avait parié sur notre parfaite entente, fut une fierté pour moi, un honneur comme un lieutenant envers son général. D’une très bonne entente professionnelle, nous sommes passés très rapidement à une relation filiale. ” Jean-Luc Brault, de son franc-parler légendaire, a répondu en écho. “Tu vas nous manquer, nous ne t’oublierons pas. Mets par contre de l’eau dans ton vin. Il ne faut pas parfois dire certaines choses en politique. Sois moins colérique ! ” Un effet miroir qui a bien fait sourire l’assemblée nombreuse et fournie réunie dans la salle du conseil communautaire, constituée d’édiles du Sud du Loir-et-Cher (Jeanny Lorgeoux a été excusé, ayant eu à gérer un « accident » inopiné au sein de sa mairie de Romorantin), d’anciens maires (de Selles-sur-Cher par exemple, comme Francis Monchet, ou encore Alain Quillout et son épouse), de conseillers départementaux, de chefs d’entreprises, et de personnalités locales (Paul Seignolle (Medef/ADA Blois Basket), Louis Buteau, ancien adjoint du maire de Blois, etc.), à l’occasion de cette cérémonie de départ captée par une caméra d’Aurélien Charron (société 4.1 Production) pour permettre aux parents du partant, et notamment à sa maman, de conserver un souvenir de cet instant singulier.

De nouvelles fonctions d’importance en vue ?
Frédéric Hémery a assuré à son tour : “je ne changerai pas. Je resterai moi-même. Votre Fred ne vous oubliera pas”. Puis il a choisi de clore son discours, avec une citation de Jean d’Ormesson, se suffisant à elle-même : “au revoir et merci”. Jean-Luc Brault a indiqué que son directeur de cabinet ne serait pas remplacé, pas de nom de successeur donc (ou de successeuse pourquoi pas, n’est-ce pas). “Comme certains nous ont reproché que le directeur de cabinet ne servait à rien… Nous allons fonctionner d’une autre manière,” a précisé l’élu Brault, toujours avec sa gouaille naturellement sans filtre ni détour. Enfin, originaire du Sud de la France, Frédéric Hémery, qui a découvert enfant le Centre-Val de Loire par le biais de sa grand-mère maternelle résidant à Valençay, dans l’Indre, qui demeure réserviste opérationnel sous-officier, restera-t-il en Loir-et-Cher ? Il a confirmé que oui. Il se murmure qu’il pourrait rejoindre les rangs d’une certaine collectivité territoriale, la même forte rumeur circulait en juin pour un conseiller municipal d’opposition LR de Blois… “C’est grâce à toi que j’obtenais parfois des rendez-vous avec le Conseil départemental, le Conseil régional, que tu mettais 5 heures à me décrocher. Notre lien est fort. Tu vas maintenant vivre une nouvelle expérience. Dix ans pour un directeur de cabinet, c’est rare; c’est la fin d’une histoire, mais tu peux aller voir ailleurs, c’est important. Quand tu auras de nouvelles responsabilités, j’espère que tu nous donneras un coup d’ascenseur quand tu pourras ! Je te souhaite un poste qui servira le territoire, » a d’ailleurs sous-entendu Jean-Luc Brault. Celles et ceux qui suivent les coulisses politiques comprendront et savent, mais chut, rien n’est fait, à suivre…
É. Rencien