Engrillagement en Sologne : Une nouvelle tribune Bonneau-Vanier

Le président PS de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau, et le cinéaste loirétain Nicolas Vanier persistent et signent avec un nouvel écrit dénonçant l’excessivité de l’engrillagement solognot. Ils avaient déjà rédigé un communiqué de presse au printemps 2020, complété d’un courrier adressé à la ministre de la transition écologique de l’époque, Élisabeth Borne. Depuis Brinon-sur-Sauldre (18), les Amis des chemins de Sologne soutiennent cette alerte.
Au printemps 2020, tout le monde se souvient sans aucun doute des documents des auteurs engagés François Bonneau et Nicolas Vanier (*), s’insurgeant contre l’engrillagment de la Sologne entravant la biodiversité et la libre circulation des animaux, jetant au passage sur la place publique le patronyme de certains grands propriétaires sis sur cette terre de chasse. Territoire par ailleurs estampillé Natura 2000. Impossible d’oublier puisque pour rappel, la reprise de ces informations avait valu la mise en examen de certains médias, dont Le Petit Solognot, menacés d’une procédure baillon… Au duo précité, se joignent cet été 2022 le député berrichon, François Cormier-Bouligeon, ainsi que l’acteur François Cluzet et le vice-président régional Jean-François Bridet, qui visent encore via une tribune des clôtures qui pourraient selon eux gêner l’intervention des pompiers en cas de feux violents. Nous citons leur propos estival commun : “Dans le 6e Rapport du GIEC, récemment rendu public, il est établi que des territoires autrefois à l’abri des incendies pourraient être de plus en plus fréquemment frappés par les effets du réchauffement climatique. (…) En Sologne aujourd’hui on compte 4 000 km de clôture, avec des espaces fermés allant jusqu’à 4 000 hectares ! Que se passera-t-il le jour où l’intervention urgente des pompiers sera freinée par les grillages dans leur combat contre l’incendie où des milliers d’animaux, emprisonnés, seront brûlés vifs dans ces prisons ? (…).”

Nouvelle mobilisation dès le 8 septembre
Ils poursuivent via cette tribune. Nous les citons encore : “Dès janvier 2020, un rapport interministériel montrait combien l’engrillagement portait atteinte à la biodiversité, aux paysages, au tourisme, à la gestion de la forêt, à l’éthique de la chasse comme à la sécurité face au risque d’incendie. (…) Dès aujourd’hui, et alors que la justice vient de donner raison à la région Centre-Val de Loire qui a fixé des limites à l’engrillagement contre ceux qui veulent continuer à détruire ce si beau territoire, nous en appelons à Madame la Première Ministre pour que, sans délai, soit interdit cet engrillagement porteur de menaces si violentes pour la Sologne. Par tous les moyens, ceux de la loi et ceux qui imposent à tous son respect, la menace évidente que constitue l’engrillagement de la Sologne dans la lutte contre les incendies doit être écartée.” Les signataires de cette tribune et initiateurs de cette démarche annoncent effectivement dès le 8 septembre une nouvelle mobilisation depuis Orléans (au cinéma Pathé dès 16h) dans l’objectif d’élaborer une charte commune. L’association des Amis des chemins de Sologne abonde dans ce sens également et confirme au moment où l’image d’un chevreuil retrouvé mort sur une plage d’une Gironde ravagée cet été par les flammes ne laisse personne indifférent. Son président, Raymond Louis, martèle : “oui, il existe un fort risque d’incendie dans ces parcs fermés, ces environnements clos, pour la flore et surtout sans possibilité d’échappatoire pour la faune ! Si le feu y prend, imaginez le massacre… » Aussi, côté députés du Rassemblement national, un communiqué, intitulé “l’État doit tirer les leçons des incendies en Gironde en protégeant la Sologne de l’engrillagement des forêts!” a été dévoilé dans cette foulée. Les parlementaires Mathilde Paris (Loiret) et Roger Chudeau (Loir-et-Cher) y assurent : “Deux projets de loi avaient été déposés l’année dernière pour lutter contre l’engrillagement de la Sologne et des forêts françaises. Malheureusement, aucun des deux textes n’a abouti, exposant la Sologne à de sérieuses menaces en matière de biodiversité ou de sécurité incendie. (…) Si aucune évolution législative ou règlementaire n’est envisagée d’ici la rentrée pour faire face à ces enjeux, nous n’hésiterons pas à défendre directement une proposition de loi visant à limiter et réglementer l’engrillagement des forêts françaises.” Enfin, preuve que les lignes bougent peu à peu, la presse nationale se réintéresse au sujet, via notamment deux nouveaux articles signés de l’un de nos confrères en août dans les colonnes du Canard enchaîné et de l’Humanité. Ce d’autant plus que la Sologne figure, dans un objectif de préservation des zones humides et de fait de la ressource eau, parmi 18 sites présélectionnés pour la création d’un douzième parc national en France selon la volonté du ministère de la transition écologique, avec conditions et encadrement inhérents à ce label. Au début des années 2000, l’ancien conseiller régional et maire de Lamotte-Beuvron, Alain Beignet (PS), avait déjà tenté l’idée d’un parc naturel régional…
(*) M. Vanier a reconnu avoir posé une ligne de 650 m de grillage chez lui l’été 2021, mais n’entravant d’après lui pour autant pas la circulation des animaux, en mentionnant à nos confrères de La Nouvelle République “des propriétaires puissants” et “un camp d’en face cherchant à nous diviser”.