Femmes, je vous aime

L’époque ne prête guère à sourire et nos éditos sont parfois, il est vrai, chargés de nuages noirs lettrés dans le vent contraire de l’optimisme, car en écho malheureux à une actualité chargée de Covid persistant, de conflits guerriers, d’inflation, de surchauffe climatique, et autres tracas modernes. Mais ne rappelons pas les choses qui plombent l’atmosphère. Alors, tentons d’ensoleiller notre propos avant le bord de mer Méditerranée et les congés d’été. Nous pourrions, pour paraître plus gaie, causer des vergetures post-2e accouchement de Nabilla, du Tinder pour polygames ou encore des chaussons dorés ornés de phallus sur Amazon, mais on nous prendrait encore pour des quiches, déjà que … C’est justement sous le soleil et pendant une coupure de ruban que ladite réflexion s’est nichée au fil d’une conversation engagée, que les mâles en excès de testostérone qualifieront négativement à n’en pas douter, à l’envi, de féministe. Par conséquent, essayons de ne pas virer sexiste à notre tour. Le pouvoir possède-t-il un sexe ? Vaste thème philosophique, n’est-ce pas. Les épreuves du Baccalauréat sont terminées et le dossier serait assurément trop lourd pour figurer dans un exercice du cahier Nathan vacances du CP vers le CE1. Dans le monde des adultes, c’est un sujet à la manœuvre à la fois pesante et délicate. Un mois de juillet 1946, naissait officiellement le bikini (dont on retrouverait des prémices dans l’Antiquité). Et autant d’explosions de bombes, non pas H mais sexuellement atomiques, en mode coquillages et crustacés, loin des fourneaux et tâches domestiques traditionnellement assignées. Une (r)évolution inspirant les chansons de Brian Hyland et Dalida; les looks de Brigitte Bardot, d’Ursula Andress, de Priscilla Presley; avant les seins nus à la piscine, le crop top adolescent puis le gênant burkini. Une libération ou finalement, un énième diktat genré imposé ? Un bout de tissu ne peut tout changer à lui tout seul, voire rien. Nous nous plaignons sans doute et grossissons le trait, mais pas tant que ça : en 2022, sans maillot de bain minimaliste, il arrive que des élues aient toujours à supporter des appréciations limites, que des élus ne prononceraient jamais à l’attention de congénères masculins aux mêmes responsabilités. A l’heure où l’ex-ministre Damien Abad (en retrait de LR), accusé de faits peu catholiques, a été maintenu longtemps en poste et les supposées “mains baladeuses” d’Éric Coquerel (LFI) créent des remous; au moment où des enfants se déclarent transgenres et même non binaires, est-il normal qu’une conseillère départementale se voit pesamment résumée d’une formule « belle, mignonne, ayant du charme, un joli sourire » ? Il n’y a pas que l’imprimé léopard sur bikini qui est dramatiquement indécrottable. C’est du même acabit que de qualifier Mme une telle, “femme de”. Comme si celle-ci ne pouvait pas exister par elle-même, mais uniquement dans l’ombre de son passé, conjoint, etc. « La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente» (Françoise Giroud). La déclaration date de 1983 et depuis, les femmes ont toujours tout ou presque à prouver, justifier, tout en gardant leur bonne humeur. Pour parachever cette mélodie de notes positives, reprenons notre place de femme allègre et donc, parlons chiffons, voyons : savez-vous que la tendance bikini cet été est de couleur métallisée ? Vous êtes peut-être plutôt cut out ? « Ma revendication en tant que femme, c’est que ma différence soit prise en compte, que je ne sois pas contrainte de m’adapter au modèle masculin » (Simone Veil). Hommes, nous vous aimons aussi… Songez-y !

Émilie Rencien