Ha, ça c’est sûr …

Les élections, la politique politicienne, ceux qui ont dit oui et ceux qui ont dit non comme des poupées de cire, poupées de son, tout ça c’est à ranger dans les placards pour quelques mois, pour quelques heures, pour quelques instants. Nous allons donc maintenant pouvoir nous consacrer aux choses sérieuses comme le sable, le soleil et le Tour de France. Le foot aussi…
À la coupe du monde, par exemple. Au Qatar, ils ont le sens de l’accueil, de la rigueur religieuse, de la discipline et surtout de la fête. Les dernières annonces des dirigeants du cru ont rassuré les supporters, les joueurs, et les dirigeants. Ils vont pouvoir se consacrer exclusivement au foot, entre mecs surtout. Tout le monde est prévenu, pour les distractions telles que sexe (hors mariage), drogue, alcool et rock and roll, il faudra attendre le retour en zone décadente. En plus, sur les pelouses bien vertes, au-dessus des maccabées de milliers de travailleurs morts sur les chantiers, l’herbe sera belle et grasse. Ha, ça c’est sûr, le ballon va rouler nettement mieux.
Les climato-sceptiques vous diront que ce n’est pas de notre faute, et de la leur non plus. À voir. Cependant le réchauffement climatique existe. C’est un fait. Les dommages collatéraux, outre les orages et les changements de températures, sont notables. Une récente étude de la NASA vient de conclure que la fonte des neiges et l’évolution des précipitations se sont traduites par un glissement des pôles Nord et Sud, résultant d’un déplacement notable de l’axe polaire de la Terre. Ce changement d’orientation expliquerait donc pourquoi on parle de la Nupes comme une entité d’extrême gauche alors que son programme aurait fait pouffer de rire François Mitterrand et son staff du programme commun de 1980. Ha, ça c’est sûr, les historiens pourront confirmer que Tonton avait une vision de gauche à large prisme, parfois même à géométrie variable.
Là, sur les bords de la rivière Awash, Lucy, sans ses diamants, ou Dinqnesh*, australopithèque d’Éthiopie, attendait le paléontologue Yves Coppens depuis 3,18 millions d’années. Cette fois le découvreur et sa cousine africaine découverte sont au même échelon de la vie : dans l’après. Où ? On ne sait pas. Comment ? On ne sait pas non plus. Comme ce ne sont pas les adorateurs de toutes les sectes, toutes les religions, toutes les croyances qui pourront se mettre d’accord sur le sujet, restons dans le flou. Une certitude, n’en déplaise à maints de nos congénères, nous sommes tous, peu ou prou, des Africains. Voilà un simple petit rappel des fois que l’on oublierait d’où l’on vient. En plus, cette cousinade est valable même pour les mâles blancs de plus de 50 ans et les féministes aussi, même tous et toutes les autres, le temps qu’on y est. Quant à savoir ce que l’on va devenir, la réponse est dans la Bible. « Poussière, tu redeviendras poussière… » c’est pas une connerie. Ha, ça c’est sûr, certains se donnent les moyens d’arriver à ce stade plus rapidement que d’autres, les hindous et les crématisés par exemple !
La Cour suprême des États-Unis vient de sortir le volume 4 de Retour vers le futur. Sans De Lorean, sans Doc, sans Marty Mac Fly itou. (9 juges, seulement trois femmes par contre), viennent de décider que la loi qui donnait le droit aux Américaines d’avorter, était caduque. Des mecs qui décident pour des femmes, cela n’a rien d’archaïque au pays de culs bénis. Ça fait bien marrer les ayatollah afghans qui auraient crié « pas mieux » à l’annonce du nouveau texte. Tout ça au nom de la vie. On ne sait pas si ces sages font attention à tout parce que, quelques jours plus tôt, dans l’état de New York, des juges venaient tout juste de supprimer un texte qui obligeait les détenteurs d’armes à feu à posséder une licence ainsi que des justifications pour les porter en extérieur. Cette décision permet désormais à chaque citoyen américain de sortir armé hors de son domicile. Avec les massacres en milieu scolaire relativement réguliers outre-Atlantique, c’est peut-être ce que les instances ont trouvé de mieux pour remplir de nouveau les écoles, les collèges et les lycées ! On peut pas penser à tout, hein. On aurait pu s’en tenir au ball-trap et des soucoupes en plâtre ! Ha, ça c’est sûr, les cibles vivantes, c’est un concept aussi vous me direz.
(*)tu es merveilleuse.

Fabrice Simoes