L’Agglomération Bourges Plus fête ses 20 ans

Créée 21 octobre 2002, la communauté d’agglomération Bourges Plus rassemblait au départ douze communes. 5 autres communes ont rejoint l’agglomération qui compte aujourd’hui plus de 105 000 habitants.
La présidente Irène Félix a profité de cette date anniversaire pour regarder les 20 années écoulées et se projeter sur les 20 années à venir. Avant Irène Félix, Bourges Plus a été successivement présidée par Serge Lepeltier, Alain Tanton et Pascal Blanc.
La collectivité emploie 459 agents sur 12 sites. Elle est pilotée par un bureau de 21 élus. Bourges Plus est compétente en matière de développement économique, de tourisme, d’aménagement, d’habitat, de la politique de la ville, d’accueil pour les gens du voyage. Elle gère la collecte et traitement des déchets des ménages, l’eau, l’assainissement et les eaux pluviales. Bourges Plus dispose aussi de son propre service d’archéologie préventive, elle pilote les politiques d’enseignement supérieur. La communauté d’agglomération met en place un plan vélo intercommunal. Elle gère aussi de nombreuses voiries. Elle est particulièrement investie dans la protection et mise en valeur de l’environnement puisqu’elle coordonne le Plan Climat Air Énergie et investit de plus en plus la question sociale et la santé.

Et maintenant, quels projets pour l’Agglomération ?
La présidente Irène Félix entourée d’élus issus des diverses communes a insisté sur le rôle de fédérateur des communes que veut jouer l’agglomération. Bourges Plus respecte l’identité des communes et nous veillons à ce qu’un habitant d’une commune autre que Bourges ait le même pouvoir de questionnement qu’un Berruyer. Cette volonté d’être ensemble nous permet d’avancer ».
L’Agglomération engage de nombreux projets tout en veillant à maitriser son impact carbone. Les élus annoncent en premier la construction d’une « Maison de l’Agglomération » sur le site de l’ancienne maison de la culture. Il s’agit de rassembler des services de Bourges Plus actuellement éparpillés sur plus de 12 sites. Le lieu conservera des espaces dédiés à l’expression culturelle pour ne pas ignorer sa destination précédente qui a rythmé la vie culturelle des Berruyers pendant plus de 50 ans.
Les travaux ne manquent pas à Bourges Plus qui aménage la technopole de Lahitolle pour l’enseignement supérieur avec la construction d’un gymnase universitaire, l’extension de l’INSA, l’installation du CFA Hubert Curien et de l’école de communication de la CCI dans un immeuble tout neuf face à la Salle d’Armes.
Bourges plus promet un réaménagement de la zone de la route de la Charité pour la rendre plus attractive. Les mobilités ont une place importante dans le projet avec la création d’un pôle d’échanges multimodal près de la gare, la création d’un réseau BHNS (qu’ont doit pouvoir présenter avec un peu d’audace comme un tramway sur pneus) et la gratuité des transports en commun dès 2023.
Bourges Plus s’investit en particulier dans le cycle de l’eau avec de nouveaux captages, l’aménagement des bassins versants pour protéger les Marais de Bourges. La communauté investit dans les énergies renouvelables avec des productions de méthane, d’hydrogène et d’électricité solaire.
La communauté d’agglomération projette de réaménager la friche Axereal aux Gibjons en un « tiers lieu » dédié à l’économie de la culture, avec des ateliers d’artistes et des industries créatives.
Bourges Plus vient aussi de mettre en place une mutuelle territoriale en mettant en place un partenariat avec Mutuale, il s’agit d’une offre de mutuelle complémentaire complète à des tarifs abordables, cette offre s’adresse en particulier aux 10 % d’habitants qui n’ont pas de mutuelle.
À notre question de savoir si Bourges Plus travaille avec la communauté de communes de Vierzon, la présidente a répondu que Bourges travaille avec tous ses voisins, mais aussi avec le département et la région. Vierzon et Bourges se sont unis il y a peu pour devenir le campus régional de la Cybersécurité en Centre-Val de Loire.
Victor Hugo dont on célèbre le 220e anniversaire pourrait résumer cette ambition de Bourges
Plus : « Le présent est l’enclume où se fait l’avenir » (L’année terrible, recueil de poèmes, 1872).

J. Feuillet