Saint-Laurent-Nouan : Partenariat haut de gamme aux Bordes

Le 27 septembre s’est signé un accord entre la Banque des Territoires et le fonds d’investissement RoundShield, propriétaire du territoire des Bordes à Saint-Laurent-Nouan. Autour du château, vont être construits un hôtel 5 étoiles, une cinquantaine de résidences très haut de gamme et un village de loisirs.
Le domaine des Bordes, c’est près de 600 hectares de Sologne, connu pour ses deux golfs (Ganay et les Bordes), voulus par le Baron Bich dans les années 80. Depuis la disparition de l’homme d’affaires, les projets d’adaptation et d’aménagement du territoire se sont succédés et pour certains réalisés, notamment sur le domaine de Ganay où vit le golf du même nom, autrefois ouvert au public. D’autres dossiers n’ont pas abouti, faute de moyens suffisants. Le propriétaire actuel, le groupe d’investisseurs RoundShield, ne manque ni d’ambitions ni d’idées. Celle d’un hôtel 5 étoiles en est une de longue date qui refait surface et semble avoir trouvé cette fois, le partenaire à la dimension de son projet : la Banque des Territoires, émanation de la Caisse des dépôts.

Projet multiculturel
Le chantier est de taille, à commencer par son budget de 180 M€. Un établissement de 50 chambres, dont 8 suites dans le château, château où se trouvera aussi un bar et le restaurant gastronomique, ouvert au public ; une façon de faire un appel à la clientèle locale ou de passage. Le projet inclut également la construction de cinquante villas, dites « servicées », c’est-à-dire vendues à des acquéreurs, mais qui bénéficieront des services (conciergerie, ménage, location, entretien…) gérées par le développeur hôtelier international SixSenses, spécialisé dans le bien-être et l’environnement. Ces maisons devraient être commercialisées à partir de septembre 2023. Ajoutons pour l’ensemble, un spa de 1600 m2, et dans le « village de Ganay », un autre restaurant, qui s’inscrira dans un espace de vie avec des commerces, des marchés, des lieux d’exposition, un bar à vin, et même un lieu de séminaires, de mariages et de conférences, sans oublier un espace de promotion de la Communauté de communes du Grand Chambord. À la clé aussi, la création de 400 emplois.

Une vision de développement du territoire
Gilles Clément, président de la com-com, est bien entendu ravi de cette initiative qu’il salue. « Vous avez compris que le territoire des châteaux de la Loire prend une vraie dimension touristique, et que pour qu’elle prenne tout son sens, elle doit s’adresser à toutes les clientèles ». C’est bien l’aspiration de ce projet, qui certes s’adresse en priorité à une clientèle très haut de gamme, mais veut aussi préserver un accès au grand public dans certains de ses aménagements. C’est l’une des raisons qui a incité la Banque des territoires, émanation de la Caisse des Dépôts, à prendre part financièrement à l’opération. Pour Antoine Troesch, directeur des investissements : « il était essentiel de ne pas laisser le site sans avenir, mais au contraire de lui donner une vision de développement ». Il a été ajouté que «pour l’heure, les études sont en cours. On travaille sur le coût de construction bien sûr, et la façon de les contenir, dans cette période où rien n’est sûr quand on parle de matières premières ». Le démarrage des travaux est prévu au milieu de l’année 2023 et une ouverture de l’hôtel en 2025, soit deux ans de travaux.
Stéphane de Laage