Vierzon : La sous-préfète sera proche du terrain

Nommée dans la deuxième ville du Cher au début de l’été, la nouvelle sous-préfète de Vierzon, Anne Charlotte Bertrand, a préparé la rentrée et précisé son plan d’action et ses axes de travail prioritaires pour les prochains mois.
Le décor est planté d’emblée. Certes avec courtoisie, gentillesse, et simplicité mais aussi avec fermeté, la sous-préfète Anne Charlotte Bertrand explique : « Je ne veux pas être une sous-préfète de bureau mais bien une responsable de terrain. L’État doit être sur le terrain afin de valoriser des actions de terrain. Je suis sensible aux relations humaines et mon rôle est bien d’accompagner les élus, notamment les maires, dans la création et la réalisation de leurs projets, quelque soit l’importance de la commune. »
La néo-vierzonnaise a profité de la période estivale pour prendre ses marques. « J’ai eu une belle surprise en arrivant et découvert un potentiel environnemental très fort, des espaces nature, l’eau qui semble être valorisée et mise en valeur par des actions fortes. C’est un coup de cœur… », précise-t-elle avant d’ajouter. J’ai déjà rencontré divers élus. Je sais ce que Monsieur Sansu a fait pour la ville de Vierzon. Il a participé activement à sa revitalisation. Dans sa nouvelle fonction de député, il poursuivra ce renouveau en lien avec la nouvelle maire que je vais rencontrer, Madame Olivier. Travailler ensemble me paraît une action majeure pour poursuivre les grands projets engagés, en bâtir d’autres, sans oublier les préoccupations des autres communes et villages. Le présentiel est important pour moi ! Je ne compterai pas mon temps pour écouter en conservant la volonté de travailler ensemble. Chacun avec ses capacités, ses compétences, ses orientations, pour trouver les moyens de bâtir ensemble. »
La nouvelle représentante de l’État ne manque pas d’ambition, encore moins d’enthousiasme. À travers un parcours atypique et différentes fonctions précédentes, elle a pu emmagasiner des bases et connaissances solides. Dans l’Oise, par exemple, elle a acquis une certaine expérience en tant que Cheffe du service de l’eau, de l’environnement, et de la forêt, à la direction départementale des territoires. « J’ai appris énormément et rencontré beaucoup d’acteurs de terrain et de partenaires du territoire quant aux problèmes de l’eau et la protection de la forêt. »
Même si elle souhaite travailler sur « des thématiques qui me sont chères telles les violences en tous genres et particulièrement intrafamiliales. La sécurité, le soutien aux forces de l’ordre, police, gendarmerie, ou pompiers qui sont actuellement très sollicités », elle assure surtout vouloir « anticiper afin de mieux maîtriser et éviter qu’un dossier urgent ne devienne hyper urgent. »