Service civique : des contrats déjà signés et d’autres qui ne demandent qu’à l’être


Une vingtaine de jeunes gens ont été recrutés début novembre. En attendant d’autres candidatures.
Un engagement volontaire, et un contrat à la clé. Vingt-six au total ont été conclus lundi 16 octobre à la direction de l’Inspection académique, avenue de la Butte, à Blois, avec des hommes et femmes âgés de 18 à 25 ans. Les uns et les autres, qui disposent chacun d’un tuteur, débuteront leur service civique le 6 novembre pour mener des projets éducatifs à Blois, Châteauvieux et autres communes du département, dans des établissements du premier et second degré. L’an dernier, dans ce cadre, des travaux autour du développement durable et du gaspillage alimentaire dans les collèges avaient par exemple, été menés. Benjamin, 20 ans et Amelle, 18 ans officieront à l’école élémentaire Croix-Chevalier, à Blois. « J’étais impliqué au club du Blois foot 41 » a confié Benjamin. « J’aime bien travailler avec les enfants, c’est ce qui m’a motivé mon volontariat d’aujourd’hui. La mission locale a informé sur cette opportunité que j’ai saisie. J’espère ensuite en faire mon métier, j’envisage de passer le BAFA. » Amelle explique, quant à elle, qu’elle a besoin de travailler avant de reprendre des études pour être auxiliaire de puériculture. » Elle ajoute. Ce sera une bonne expérience à ajouter à mon CV, cela va me responsabiliser. » Et sinon, serait-ce un substitut aux contrats aidés ? la question se pose. « Depuis deux ans, le bilan est très positif. De plus en plus d’établissements déposent des demandes, » remarque Valérie Baglin-Le Goff, directrice académique de Loir-et-Cher, avant de répondre. « Non, ces missions, qui durent pendant dix mois au maximum, ne remplacent en aucun cas un contrat aidé ni même un emploi salarié. » Quoiqu’il en soit, pour les retardataires, il faut savoir que des postes de service civique restent encore non pourvus, et qu’il est encore possible d’y postuler, les recrutements courant jusqu’au mois de janvier 2018.

É.R.