Châteauroux, capitale du romantisme et de l’élégance

Châteauroux s’offre une soirée télé à l’occasion de l’élection de Miss France 2018, les collectivités locales ont mis la main à la poche et les Castelroussins vont croiser les trente candidates pendant quinze jours.

Ne rêvez pas, les trois mille places du Mach 36 sont retenues depuis longtemps et les deux mille de la répétition générale ont elles aussi provoqué une belle ruée. Il en restait encore soixante le jour de l’arrivée des Miss dans la capitale du Bas-Berry, le 1er décembre, mais nous osons à peine vous inviter à tenter votre chance auprès du syndicat d’initiative à l’heure où paraitront ces lignes, les sorties successives des candidates, lors de l’inauguration de la patinoire ou de la parade en ville du dimanche 3, à bord de voitures américaines (encore une preuve de la nostalgie des années folles de Châteauroux) auront eu raison des dernières hésitations. C’est vrai, pour 15 € les spectateurs auront les Miss, la musique, les neuf tableaux et même les commentaires de Jean-Pierre Foucault.

Sylvie Tellier est une Miss France qui a particulièrement bien réussi. La lauréate de l’édition 2002, comme l’avait été Geneviève de Fontenay en des temps plus anciens, est devenue l’élégante directrice générale de la société Miss France. Elle était aux côtés de Gil Avérous, le 1er décembre, pour présenter les trente candidates à la presse à leur arrivée à Châteauroux. « Cette édition 2018 a-t-elle annoncé, sera dédiée à la lutte contre la violence faite aux femmes. » Après avoir présenté une à une les trente postulantes, évidemment toutes plus jolies et fines les unes que les autres, Sylvie Tellier a affirmé, que le cru 2018 était évidemment d’un très haut niveau. Elle a aussi précisé que le comité insistait dorénavant sur le niveau de culture générale de la future lauréate, la plupart des candidates sont étudiantes et effectuent un brillant parcours. Pendant le mois que passent ensemble les jeunes femmes avant le concours elles reçoivent des cours de maintien et de bonnes manières. A défaut de devenir Miss France elle tireront forcément de cette expérience un vernis qui leur permettra d’être à l’aise en société.

Alicia Aleyes un an plus tard

Châteauroux doit beaucoup à Alicia Aleyes, Miss France 2017, Gil Avérous – les traits tirés par une nuit passée dans l’avion qui le ramenait de Chine, un énième voyage pour convaincre les industriels asiatiques de venir se poser sur sa zone d’Ozans – l’a reconnu en ouvrant cette présentation. « Alicia vient pour la quatrième fois à Châteauroux et nous sommes toujours aussi nombreux pour l’accueillir. Elle représentait la Guyanne à l’élection, l’an dernier. Or il n’y a pas de salle en Guyane susceptible d’accueillir la soirée Miss France et de surcroit, le décalage horaire rendait une retransmission impossible à une heure de grande écoute. Il fallait donc trouver une autre ville. Grâce au dynamisme du comité local et à la mobilisation de Châteauroux Métropole, Sylvie Tellier nous a fait confiance et nous entendons relever le défi ».

Les candidates ont quinze jours de travail en Berry devant elles avant la grande soirée du 16 décembre, pour répéter les neuf tableaux du show chorégraphique devant huit millions de téléspectateurs. Un peu stressant tout de même pour des jeunes femmes dont certaines sont tout juste sorties de l’adolescence. Elles auront aussi droit à des moments agréables avec des sorties au château de Valençay, ou au Zoo de Beauval mais pas pour rendre visite au bébé panda (évènement consacré à Brigitte Macron jusqu’à la présentation officielle le 13 janvier). Dans quelle catégorie faut-il ranger la sortie en kayak sur l’Indre ? Sylvie Tellier qui a l’art de positiver a décrit cette arrivée à Châteauroux sous la neige comme des éléments qui contribuaient à l’image romantique de l’élection. Il faudra en tout cas échapper au chavirage dans l’eau froide de l’Indre pour arriver en pleine forme la jour J… et d’équilibre pour l’exhibition sur la glace de la patinoire. Certains appellent cela la sélection naturelle.

Pierre Belsoeur


La bûche « Miss » plébiscitée

En guise de clin d’oeil à l’élection Miss France 2018 qui se déroulera le 16 décembre au Mach 36 de Châteauroux, les pâtissiers indriens ont concocté une spécialité gourmande pour cette fin d’année.

Habillée de rouge, élégante… Pas de doute, c’est bien une « Miss », mais ce n’est pas n’importe quelle reine de beauté ; il s’agit en fait ici plutôt de la reine des desserts, à savoir une bûche pâtissière née de l’imagination fertile de dix artisans inventifs sis dans le département de l’Indre. Cette création sucrée inédite a été proposée à la dégustation en novembre lors du vingtième salon de la gastronomie de Châteauroux sous forme de 1 500 petits gâteaux, et le succès fut au rendez-vous, les palais ont apprécié ! Forts de ce carton plein, les pâtissiers qui ont établi la recette invitent les consommateurs à venir succomber à nouveau à leur dessert présenté pour la fin de l’année 2017 dans leurs boutiques respectives (Cf. la liste ci-dessous) sous forme de bûche. Dans le détail, un biscuit amande chocolat, un Gianduja caramel feuilleté, un coulis de framboise, un crémeux passion, une mousse caramel… Comment résister à la tentation ? «C’est une bûche légère, » précisent Aurélia et Aurélien Pinault, boulangers pâtissiers à Lye. « Parfaite en fin de repas pour apporter une touche sucrée tout en finesse. » Cette bûche « Miss » est aussi une excellente idée pour passer de belles fêtes avec ses proches, tout en faisant travailler les commerces de proximité et garnir les assiettes de vos convives de bons produits artisanaux.

Retrouvez votre bûche de Noël chez les pâtissiers associés de l’Indre :

La Maison de Vladimir, M. Bernard, 16 rue Gambetta, 36200 Argenton-sur-Creuse.
02 54 24 10 57.

Charles Poitevin, 5 rue grande,
36500 Buzançais. 02 54 84 02 52.

Thierry Desnoel, 152 bis avenue Marcel Lemoine, 36000 Châteauroux.
02 54 22 37 08.

Au péché mignon, M. Grabowski,
121 rue Grande, 36000 Châteauroux.
02 54 22 00 87.

L’Ecrin gourmand, Mme Pellerin, 5 boulevard Marx Dormoy, 36100 Issoudun. 02 54 21 75 58.

Au Friand, M. Blasquez, 16 place André Garnier, 36300 Le Blanc.
02 54 37 01 11.

Thomas Devisscher, 95 rue Nationale, 36400 La Châtre. 02 54 06 65 65.

Les caprices d’Amandine, M. Le Meut, 1 rue des Ponts, 36250 Saint-Maur.
02 54 34 43 96.

Aurélia et Aurélien Pinault, boulangerie-pâtisserie, 36 rue Principale, 36600 Lye. 02 54 41 04 98.

Castel praliné tradition Chichery,
Mrs. Boyer et Pereira, 21 rue du Château, 36600 Valençay. 02 54 00 12 13.

Sans oublier Philippe et Fabienne Auroy Villatte, 36 rue Nationale, 36400
La Châtre. 02 54 48 13 56. Ce commerce ne propose pas la bûche.