Châteauroux – Sainte-Hélène à marée basse

Roland Vrillon et Julien Feuillade, plan en main, au coeur du futur chantier.

Le vaisseau de pierre de la place Saint-Hélène va être débarrassé de la marée de véhicules qui masquent ses soubassements. La statue et son environnement vont être restaurés et la montée des Cordeliers pavée.
Il est installé à la proue d’un vaisseau de pierre, gaillard d’avant pointé sur les Cordeliers. Le Général Bertrand tourne pourtant le dos au paysage. Il faut dire qu’à l’époque ou le fidèle des fidèles de Napoléon, un des seuls à l’avoir accompagné à Sainte-Hélène, a été installé sur la jolie place en forme d’île, il n’y avait pas grand-chose d’intéressant à voir. Une ancienne gendarmerie fermait le paysage. S’il pouvait se retourner, le général apprécierait le coup d’oeil sur la vallée de l’Indre au moment ou l’automne colorie les feuillages. Pendant quelques semaines le général va se sentir moins seul. Les maçons de l’entreprise Désiré vont redonner un coup de neuf au mur, replacer les pierres, revoir les joints et redresser la série de bornes de granit qui bordent la place. «On ne touchera pas vraiment au sol qui gardera son revêtement, précise Roland Vrillon, maire adjoint chargé notamment de la voirie, il s’agira d’une remise à niveau avec un matériau ocre perméable, identique à celui de la place du Palan. De même les tilleuls seront conservés et subiront une taille dans leur partie basse pour aérer l’espace.» La statue de bronze sera nettoyée, tout comme les bancs de fonte frappés à ses initiales. Le sol de ciment autour de la statue laissera place à des pavés de grès et les grilles seront repeintes. Un éclairage approprié mettra en valeur la statue et des projecteurs Leds illumineront les frondaisons des arbres de la place.

La statue du général Bertrand aura droit à une restauration… période qui succède logiquement à l’empire.

Une voirie digne des Cordeliers
«Le chantier ne se limitera à la seule place Sainte-Hélène, confire Julien Feuillade, du bureau d’études techniques en voirie de Châteauroux Métropole qui aura la responsabilité du chantier. Nous avons d’abord procédé au renouvellement des conduites d’eau potable et la reprise des branchements existants rue Alain Fournier et rue Basse. Il reste quelques réseaux aériens à dissimuler et à reprendre le réseau d’éclairage public afin de mettre en valeur quelques façades qui le méritent autour de la place.» Il s’agira ensuite de refaire à neuf la voirie rue Alain Fournier (autrement dit la montée des Cordeliers que n’a pas pu emprunter l’Ekiden en raison de ces travaux) et autour de la place. Avec ce réaménagement une vingtaine de places de parking vont disparaître autour de la place. Elles seront compensées par le futur aménagement d’un parking face aux Cordeliers, sur une terrain que la Ville est entrain d’acheter, une création qui aura l’avantage non seulement de satisfaire les automobilistes du quartiers, mais aussi de faire disparaître une verrue sous les murs de l’ancien couvent. Les chaussées et trottoirs seront au même niveau seul un caniveau en pavés, comme les trottoirs séparera la partie piétons et automobiles et une série de potelets «Champs-Elysées,» précise l’élu qui a parfaitement endossé le costume de spécialiste des voiries. Les zones de circulation seront traitées en enrobé noir, mais un plateau surélevé entre la sortie de la rue Descente des Cordeliers et le parvis de l’ancien couvent permettra aux piétons de traverser sereinement. Trop d’automobilistes qui empruntent la rue de l’Indre oublient que la vitesse est limitée à 30km/h dans ce secteur.

Six mois de travaux
Les maçons sont d’ores et déjà à la tâche, ils devraient avoir terminé le 22 décembre. « On calmera le jeu pendant les fêtes de Noël, » promet Roland Vrillon. L’entreprise Eurovia entreprendra la restauration de la rue Alain Fournier et des voies autour de Sainte-Hélène du 15 janvier au 30 mars. Un dernier chantier concernera la ruelle Basse (le long du mur du jardin des Cordeliers du 30 mars au 14 mai, ce qui permettra aux touristes d’apprécier ce charmant endroit du vieux Châteauroux au printemps prochain, Il en aura coûté aux contribuables 1 001000€.

Pierre Belsoeur