Cheverny – Seconde vie, nouvel usage

Une cabine à livres a été installée dans le bourg de Cheverny, après le golf et avant l’église, route du Bûcher. L’idée est savamment pensée.

À l’heure du téléphone portable et autres moyens de communication hyper connectés, autant dire que la bonne vieille cabine téléphonique à carte s’avère désuète et synonyme de temps des dinosaures. Il en subsistait une dans le centre de Cheverny, estampillée France Télécom, et la dite entreprise propriétaire devenue Orange s’apprêtait à la faire disparaître mais c’était sans compter sur l’idée de la municipalité et de son conseil des sages. La cabine est toujours là mais inutile de chercher un combiné à l’intérieur. On y trouve désormais pléthore de livres qui ont encore de beaux jours devant eux en dépit de l’arrivée de liseuses numériques. Le principe veut que quiconque, habitant, touriste ou autre personne passant dans les parages, peut déposer un ou des bouquins et en prendre un seul ou plusieurs. De quoi (re)donner le goût de la lecture aux plus jeunes et éviter de jeter des ouvrages qui prennent inutilement la poussière chez les plus grands. « Nous n’avons pas de bibliothèque à Cheverny, » a expliqué Madame le maire,
Lionella Gallard. « Le projet a germé de ce constat. » Cerise au fil des pages, l’artiste Cornélia Degremont a habillé les différentes faces de cette cabine à livres de son coup de pinceau élégant. Et, devant le mobilier urbain coloré revisité, garni de feuilles imprimées d’histoires et de savoirs, une citation de François Mauriac nous vient immédiatement à l’esprit : « la lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté. »

É.R.