Cinéma

Edmond Rostand, poète enivrant sur grand écran

Alexis Michalick possède ce don de passer des planches à la caméra d’une aisance désarçonnante. Belles lettres et beau casting réunis pour un long métrage réussi.

© LEGENDE FILMS – EZRA – GAUMONT – Photos Nicolas VELTER

 

Le film « Edmond » ne sortira dans les salles obscures qu’à partir du 9 janvier 2019. A Blois, dans les murs du multiplexe Cap’Ciné, nous avons pu le découvrir en avant-première et ce fut une bonne surprise. Nous y sommes allés sans nous attendre à rien de spécial, après un bref teasing visionné sur le Web, tout en ayant failli louper l’occasion du fait des blocages routiers par des gilets jaunes ici et là. Une pièce de théâtre jouée au Palais Royal à Paris, adaptée sur grand écran. L’exercice, risqué, aurait pu décevoir. Le long métrage, narrant la genèse de la naissance des cinq actes donnant corps au mythique Cyrano de Bergerac, nous aura contre toute attente séduit en plein coeur. Sans doute notre côté romantique aura été touché. Les courriers échangés en vers par Edmond Rostand (incarné par Thomas Solivérès, étoile montante confirmée) et une jeune habilleuse (sous les traits de la touchante Lucie Boujenah) nous aura fait rêver dans une vie moderne où les messages instantanés aseptisés ont remplacé les missives sur papier raffinées. Mais pas seulement. L’ensemble est rythmé, bien enlevé. On rit au début, on est ému à la fin. Toute une palette de sentiments est éprouvée par le spectateur qui vit au diapason de la galerie de personnages (joués par Mathilde Seigner, Clémentine Célarié, Tom Leeb, Dominique Pinon, Olivier Gourmet, etc.) évoluant devant ses yeux, sur fond de deux histoires qui se font écho, l’une sur les planches, l’autre en coulisses. A la sortie de la salle de cinéma, cela donne furieusement envie de se replonger dans les aventures fictives de Cyrano et plus largement, dans les écrits des dramaturges d’hier et d’aujourd’hui. Un peu de poésie dans ce monde aigri…

Émilie Rencien


Le Temps des Forêts aux Lobis

Vendredi 7 décembre à 20h30, le cinéma les Lobis accueille une projection spéciale du film « Le Temps des Forêts», de François Xavier Drouet, qui sera suivie d’une discussion animée avec Alexandre Beauvallet (scieur, fabricant de meubles) et Julien Vail (« usager » de la Forêt), en partenariat avec ArboSylva. Symbole aux yeux des urbains d’une nature authentique, la forêt française vit une phase d’industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges,
« Le Temps des forêts » propose un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert boisé, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain. Et dans le Loir- et-Cher, le questionnement sur le moyen de s’occuper de nos forêts n’est pas inutile vue la surface prises par ces dernières sur le territoire.

Tarif unique : 6,5€. Les préventes sont possibles
et conseillées, au Cinema Les Lobis aux horaires des séances  
ou sur le site www.cap-cine.fr/les-lobis

Pour les groupes, contacter Romain Prybilski : romainlobis@cap-cine.fr

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email