Le colonel Eric Chuberre promu à Paris

Arrivé en août 2014 à la tête du groupement de gendarmerie de Loir-et-Cher, le colonel Éric Chuberre va rejoindre l’Inspection générale des armées gendarmerie à Paris.

Le colonel Éric Chuberre était à la tête du groupement de gendarmerie de Loir-et-Cher depuis le 1er août 2014. Il a été promu à l’Inspection générale des armées gendarmerie à Paris.

Inondations, teknival, visites du président de la République et de ministres, violences urbaines ou encore dramatiques accidents de la route, le tout dans un contexte d’Etat d’urgence, les trois années du colonel Éric Chuberre au commandement du groupement de gendarmerie de Loir-et-Cher auront été intenses. De nombreux élus et représentants des services de l’Etat étaient présents lundi 19 juin, à la préfecture, pour le saluer avant son départ pour l’Inspection générale des armées gendarmerie à Paris. Une structure sous le commandement d’un inspecteur général des armées et relevant directement du ministre qui remplit des missions d’inspection, d’étude et d’information s’étendant à l’ensemble des unités de la gendarmerie nationale.  « Vous avez honoré de manière magistrale et avec intelligence votre fonction. Vous avez mené une action brillante et efficace », a souligné le général Pascal Ségura qui commande les gendarmes de la région Centre Val-de-Loire. Le procureur de la République, Frédéric Chevallier, a mis en avant ses qualités de « vrai chef, aimé et respecté », mais aussi son travail en collaboration avec les différents acteurs de la sécurité publique : « J’ai senti plein de bonnes choses en travaillant avec vous. Vous avez su créer une équipe et chacun a trouvé sa place ». Une qualité soulignée aussi par le préfet, Jean-Pierre Condemine : «  J’ai perçu votre investissement sans faille sur le terrain et avec les partenaires institutionnels, ainsi que votre volonté à travailler en réseau. Une de vos marques de fabrique est votre facilité à nouer des liens, mais aussi l’écoute et le dialogue, avec la conscience que des rapports clairs de vérité et constructifs constituent une priorité ». Il a également relevé l’élan qu’il a donné au protocole de participation citoyenne, au développement du plan tourisme, ainsi que ses actions de communication et de conseils auprès de la population, notamment via les réseaux sociaux. « Ces trois ans sont passés comme un souffle, denses, riches et nourriciers. Trois années de service pour assurer la sécurité de 75 % de la population et 98 % du territoire », a résumé le colonel Éric Chuberre. Il a également évoqué la menace terroriste omniprésente : « Lâcher le moindre espace de culture et de convivialité serait une victoire de l’obscurantisme ». Et il a remercié l’engagement des 500 militaires du groupement avec qui il a travaillé ainsi que les réservistes, soulignant notamment leur « souci de bien faire » et « leur altruisme ». 

Chloé Cartier-Santino


Son parcours

Éric Chuberre a commencé sa carrière en 1991 par le commandement d’une unité de combat d’infanterie mécanisée en Allemagne (section de 30 personnels, essentiellement des appelés du contingent). En 1996, il a commandé une unité de gendarmerie mobile à Saint-Quentin. Entre 1999 et 2002, il a formé les élèves sous-officiers de gendarmerie à Châtellerault, avant de commander la compagnie de gendarmerie de La Roche-sur-Yon. De 2005 à 2008, il a créé et dirigé le département d’éthique et déontologie de l’École des officiers de la gendarmerie nationale à Melun. Puis, il a été chef de section et chef de bureau adjoint au bureau défense et sécurité nationale à la direction générale de la gendarmerie nationale qui traite l’ensemble des dossiers ayant trait à la sécurité nationale et aux gestions de crise. Il avait pris la tête du groupement de gendarmerie du Loir-et-Cher le 1er août 2014.