Cure de sourires pour François Hollande dans l’Indre

Echange de bons procédés, le président et votre serviteur se sont mutuellement dédicacé leurs livres.

Un an après son départ de l’Élysée, l’ancien président de la République est venu longuement dédicacer Les leçons du pouvoir au Cultura de Saint-Maur, en compagnie de son ami Michel Sapin.
L’Indre a eu droit à la deuxième sortie de l’ancien président, désormais auteur. Son amitié avec Michel Sapin n’est sans doute pas étrangère à ce choix. Il n’a en tout cas pas regretté son déplacement… et le public non plus. Deux cents personnes, socialistes, sympathisants, ou simplement observateurs attentifs de la vie politique ont attendu sagement de passer quelques instants avec l’ancien président. François Hollande aime ses concitoyens, il a dit avant de commencer la séance le plaisir qu’il prenait à ces rencontres avec les lecteurs. Effectivement, la séquence prévue de 17 h 30 à 19h a explosé et à 21 h 30, les derniers lecteurs, livre sous le bras et sourire aux lèvres, quittaient le magasin. Et pas une seule fois, l’ancien président n’avait expédié l’exercice, prenant quelques instants pour échanger avec ses lecteurs et personnaliser la dédicace, puis sacrifier à l’inévitable photo, ses gardes du corps se muant en photographes pour l’occasion.
Le préfet de l’Indre et la sénatrice Frédérique Gerbaud était venus accueillir le président. Lydie Gerbaud, mère de la sénatrice, ancienne attachée de presse de Chirac, fut la première interlocutrice de François Hollande. Une excellente raison à cela, sa petite-fille, Sybille, est l’attachée de presse de l’ancien président, après l’avoir accompagné à l’Elysée. Lydie près de Jacques Chirac, Frédérique aux côtés de Jean-Louis Debré, Sybille et François Hollande, de génération en génération les Gerbaud ne sont jamais loin du pouvoir.

Photo souvenir !

Michel Sapin peut enfin lire
Ancien ministre de l’économie, ami le plus proche du président et Argentonnais, Michel Sapin a suivi d’un bout à l’autre la séance. Pour lui ce sera la seule alors que François Hollande a une dizaine de dates à son programme, en France et en Belgique. « Ici je connais tout le monde, mais François n’a pas besoin de moi pour dédicacer. Il adore cela. » Quatre heures c’est en tout cas largement suffisant pour « confesser » l’ancien ministre sur son retour à une vie normale. « Je ne sais pas si c’est parce que je vieillis, mais je n’aurais pas fait cinq ans de plus. Je n’ai pas l’endurance du président. Il est inoxydable. C’est la première fois que je faisais cinq ans d’affilée, vraiment c’est lourd et nous avons été gâtés. En cinq ans je n’ai pas eu le temps de lire… hormis les notes à répétition. Ce qui était nouveau c’est l’accélération de l’information. Il faut réagir sans arrêt à des informations qui n’ont même pas l’espérance de vie d’une journée, démentir immédiatement ce qui est faux. Et puis être l’ami du président, c’est une situation particulière. Je peux faire des propositions, mais à terme, c’est lui qui tranche. Cette situation particulière n’a pourtant pas altéré nos relations. »
Alors oui, depuis un an l’ancien ministre souffle, même s’il pensait se donner un an de répit et qu’au bout de six mois il a repris du service auprès de son ami. « Ce n’est pas la même tension, je peux marcher dans les rues de Paris, reprendre le métro. Les gens me reconnaissent et me parlent, sans agressivité. Je sais simplement que je dois prévoir deux fois plus de temps qu’il en faut normalement pour le parcours que je dois faire. Et puis je me suis remis à lire. »
Justement, a-t-il été conseiller ou lecteur privilégié des « Leçons du pouvoir. » ? « Non c’était le livre de François. Je n’ai rien voulu lire en cours de route. En revanche j’ai relu les épreuves du livre. Je crois qu’il arrive au bon moment, plus tôt on aurait encore été dans l’action. Plus tard ça n’aurait plus eu d’intérêt ». La durée de vie d’un livre politique ne dépasse guère un mois pour les libraires, après il laisse une trace dans l’histoire de la vie politique.
Y aura-t-il un livre bilan de Michel Sapin ? « Ce n’est pas d‘actualité. S’il doit exister je l’écrirai seul, même si mon épouse, journaliste, sera ma première lectrice, comme je le suis parfois de ses articles pour les Echos. »
François Hollande n’est pas reparti les main vides, mais avec un livre dédicacé du « Bal des Prétendants » qui raconte l’histoire de la campagne des élections municipales 2014 de Châteauroux à laquelle Michel Sapin n’a pas été étranger.
Pierre Belsoeur