Edition – L’Étrange village de Monsieur Labiche

Edition – L’Étrange village de Monsieur Labiche de Chérif Zananiri (Editions Marivole).

Quelques mots d’histoire

Ce roman se situe en Sologne, en 1870, à l’époque de la guerre franco-allemande.

Quelque temps auparavant, l’Allemagne s’est unifiée sous l’impulsion de la Prusse et forme un grand territoire d’un seul tenant du Rhin au Niémen. Elle change alors de dimensions. Le chancelier Otto von Bismarck, ayant besoin d’une guerre pour renforcer l’unité allemande, trouve dans la politique étrangère de Napoléon III une brillante opportunité. En effet, les Français s’inquiètent de la possible intronisation d’un prince prussien en Espagne. Le roi de Prusse désamorce dans un premier temps la situation en recevant l’ambassadeur français à Ems et en retirant la candidature du prince, mais le chancelier Bismarck, qui ne veut pas laisser filer l’occasion qu’il attend, produit la dépêche d’Ems, un compte rendu faussé de l’entrevue, laissant croire que le roi refuse de négocier. Les Français, manipulés par le Chancelier, déclarent donc la guerre à la Prusse et prennent la responsabilité des hostilités, alors que leur armée n’est pas prête, comme le sait justement Bismarck. La France mobilise 250 000 hommes alors que les Prussiens disposent de plus du double.

La guerre de 1870 est expéditive

En un mois et demi, les armées prussiennes parviennent à capturer Napoléon III à Sedan, le 2 septembre 1870. Le 17 septembre, elles entament l’encerclement de Paris. Alors que la guerre franco-prussienne n’est pas encore achevée, les représentants des Etats allemands se réunissent dans la galerie des Glaces du château de Versailles et proclament l’Empire allemand, le Second Reich.

Le roi de Prusse, Guillaume, devient le nouvel empereur sous le nom de Guillaume Ier. L’unité politique de l’Allemagne est acquise. En quelques mois, l’empire de Napoléon III est totalement écrasé par la puissance allemande. La proclamation de l’Empire allemand au château de Versailles conduit directement à l’occupation de 25 départements français.

Or, en dépit des exactions, des sacs et des destructions de l’armée allemande lors de son occupation de la France, un seul village a pu tirer son épingle du jeu et traverser cette période difficile, sans dégâts majeurs : Souvigny-en-Sologne, dont le maire, nommé et non élu en 1868 (on précise que C’est à partir de 1864 qu’est généralisée l’élection des conseillers municipaux. Avant cette date, le préfet pouvait intervenir et nommer qui il voulait.), était Eugène Labiche ; propriétaire terrien du « château » de Launoy, acheté en 1853, donc bien avant la guerre.

Tout le monde connaît le célèbre dramaturge de cette époque qui a laissé son nom à 176 pièces de théâtre de boulevard,… Il est intéressant de constater que cet homme, avait beaucoup d’amis ; certains étaient des scientifiques dont on se souvient encore, tels que Nadar (le célèbre photographe, touche à tout de génie et promoteur des ballons ; ce fut à lui, que Léon Gambetta parvient à quitter Paris pour Tours en 1870, et organiser la résistance à l’ennemi).

Comment ne pas croire que le sort clément dont a bénéficié ce village pendant cette guerre, est dû à l’action conjointe de son maire et de ses amis ?

Pour faire ce récit, l’auteur a dû s’informer auprès de la mairie de Souvigny-en-Sologne et de la famille d’Eugène Labiche, dont les descendants ont conservé des liens sur place, pour avoir des pistes précises concernant son action. La lecture des quotidiens de l’époque que nous allons présenter plus loin, n’apporte que peu d’informations et souvent guère convaincantes. Les éléments matériels venant à manquer, il a fallu, avec un peu d’invention, connaissant l’avancée des sciences à son époque, imaginer une action crédible.

A suivre…

En vente en librairie et sur bouquine.org