En mai fait ce qu’il te plaît… en juin aussi

En ce mois de juin, surtout au début, il est difficile de passer à côté des cérémonies du débarquement en Normandie. Sujet fastoche pour les inconditionnels des marronniers journalistiques comme peut l’être le Bac dans 15 jours, la rentrée scolaire en septembre et le père Noël le… 25 décembre. Des sujets moins fastoches mais tout autant intéressants, il en existe pourtant d’autres à se mettre sous la plume, le stylo ou le clavier. Surtout pour ces mêmes dates pas encore estivales.
Outre le 75e anniversaire en grandes pompes du début de la fin du IIIe Reich, celui d’Adolf, il était possible de choisir d’autres options. Certes rappeler la branlée infligée au grand-père spirituel de bon nombre de ces Populistes actuels tant Européens qu’USAniens qui fleurissent au gré des scrutins d’un système démocratique en mal de maître à penser, ou à diriger et conduire comme un troupeau, était déjà en soi une bonne chose. Cependant, le 30e anniversaire des premières élections libres en Pologne, avec Solidarność en porte-flambeau, pouvait être aussi un créneau. L’écrasement – à tous les sens du terme- par les chars de l’armée du « peuple » de la tentative de réflexion estudiantine, et plus si affinité, sur la place Tian’anmen, à Pékin, en était un autre. En fait, trois anniversaires pour trois symboles de liberté, révélés ou mis en pièce, en même temps. Comme quoi l’histoire toujours bégaye, parfois agréablement et d’autres moins.
On se dit alors que sortir son stylo du marronnier c’est déjà ne plus être un bûcheron de la profession. Et puis on se retrouve avec Vlado, l’homme du Kremlin, pas encore chef de tout l’Est mais bien décidé quand même, qui en sort une meilleure que Donald, l’homme de la Maison Blanche, pas encore chef de tout l’Ouest mais bien décidé quand même. « Le débarquement en Normandie n’a pas eu d’influence décisive sur l’issue de la seconde guerre mondiale … » selon la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova. Et comme un dictateur, même élu démocratiquement, reste un dictateur, la parole de Maria vaut celle de Vlado. Pour le financeur non officiel de RT, le seul organe de presse libre en France selon les GJ, le débarquement des GI en terre de pommes à cidre, n’est quasiment que roupies de sansonnet à côté des roubles d’oies sauvages. Un communiste français aurait dit la même chose, il serait déjà passé à la moulinette des réseaux sociaux, cloué au pilori de Facebook ou écartelé sur Instagram pic et pic et colegram, pour fait de Stalinisme notoire… Là, Vladimir défend le bilan du deuxième plus grand moustachu criminel de l’ère moderne (classement établi par ordre alphabétique non en fonction du nombre de disparus, exécutés, ou internés et autres activités toutes aussi ludiques les unes que les autres) et personne ne s’offusque outre mesure. On veut bien croire que les grandes purges, et tout le reste, ont été réalisées pour des raisons que la raison ignore, et nous avec, et que nécessité oblige, mais quand même…
On avait matière à se pencher alors sur des choses plus drôles comme la grève à l’usine Ferrero de Villers-Ecalles, en Seine-Maritime … mais la rupture potentielle des stocks de Nutella n’est-elle pas sujet à une polémique plus importante, pour nos concitoyens, que l’attitude de Donald et de son compère des bords de la Volga, unis comme deux doigts de la main ou des Twix dans un même emballage en ce qui concerne l’ego. Il est vrai que 150 salariés qui prennent en otage des millions de goinfres français pour une simple augmentation de salaire, c’est vraiment scandaleux ! Et puis, comment une entreprise dont le chiffre d’affaires est en croissance avec 1,3 milliard de CA en France pourrait donner plus de 30€ supplémentaires par mois à un prolo. Ce serait mettre à feu et à sang le marché de l’huile de palme, laisser de l’espoir à des gens qui travaillent en 3×8 et plonger le CAC 40, Walt Street et le Nikkei dans les affres de la récession. Un vendredi noir façon chocolat …
Ferrero a d’ores et déjà annoncé que l’on ne manquerait pas de Kinder Bueno tout de suite. Si tous les spéculateurs veulent se faire de la tune – au prix d’une boite de 6 ça peut aller vite- avant la fin des marronniers, c’est maintenant …