Entretien avec Guillaume Peltier

Le député (LR) de Loir-et-Cher et conseiller régional dénonce la double fracture, territoriale et sociale incarnée par Emmanuel Macron. « Une analyse partagée par la totalité des groupes et les citoyens, dit-il. Le consensus s’appuie sur deux moteurs : le mépris des territoires, des provinces, des classes moyennes, et des travailleurs qui ont le sentiment d’être systématiquement taxés ».

« Ticket carburant »
S’agissant de la politique portée par la Région, « nous sommes en opposition, dit-il. Raison pour laquelle nous votons contre la hausse des impôts proposée. Nous proposons au contraire la baisse des dépenses publiques et la hausse du pouvoir d’achat de ceux qui travaillent.
Je propose notamment la création d’un « ticket carburant », sur le modèle du ticket restaurant, que payent les entreprises, pour permettre à chaque travailleur, la prise en charge, jusqu’à 200€ par mois, des frais de transport.
« Si vous êtes à Lamotte-Beuvron au SMIC, explique-t-il, en payant vos déplacements pour aller travailler, vous gagnez finalement moins que votre voisin qui est au RSA. Constat inacceptable car un pays où les revenus du travail sont inférieurs au revenu de l’assistance, est un pays qui se meurt.
Je sollicite donc l’expérimentation de la Région vis-à-vis de l’État dans le cadre de l’article 74 de la Constitution (Emmanuel Macron a demandé à ce que les collectivités multiplient les projets dans le cadre de cette expérimentation). C’est un projet que j’ai défendu à l’Assemblée Nationale et qui a été soutenu par cinq des sept groupes parlementaires ».

Les grillages de la discorde
J’ai déposé un vœu solennel au nom de la Région Centre-Val de Loire pour demander que dans le cadre du SRADET (schéma d’aménagement du territoire) il y ait des décisions courageuses qui soient prises pour limiter l’engrillagement de la Sologne. On a 3 600 km de grillage sur notre territoire. Les élus de la Sologne et de la Vallée du Cher m’ont apporté leur soutien. J’en appelle au Président de la Région pour qu’il s’engage à mes côtés pour que nous puissions limiter la hauteur des clôtures, en imposer la nature. La Sologne est une terre ouverte. Je suis néanmoins favorable au droit de propriété, mais dans la limite d’un devoir de transmission et d’ouverture à l’extérieur.

La défense du CHRU de Tours
Sur ce point, je suis aux côtés de François Bonneau pour demander une concertation.
La France perd 3MD€ chaque année par les effets directs et indirects de la désertification médicale (rapport de la Cour des comptes).
Le grand enjeu est d’imposer un taux de conventionnement modulé pour contraindre les jeunes médecins qui sortent de l’école, et faire en sorte qu’ils s’installent quelques années dans les territoires sous-dotés. En faisant cela, vous économisez 3MD€ en dépenses de santé que l’on peut réinjecter dans les centres de recherche universitaires dans les territoires.

Propos recueillis par Stéphane de Laage