La Chaussée-Saint-Victor : Une nouvelle fois, un mois de mai qui s’annonce joyeux

La troisième édition des Joyeuseries, le festival de fantaisies et d’humour blaisois, revient du 1er au 3 mai 2020 dans la salle chausséenne du Carroir. La billetterie est déjà ouvert en ligne et dans les points de vente habituels. Il n’y en aura pas pour tout le monde.
«Le bébé né il y a trois ans grandit ! » Marie-Claude Dupou, maire de la Chaussée-Saint-Victor depuis que Stéphane Baudu a troqué le fauteuil d’édile contre celui de député, a joyeusement ouvert la soirée du vendredi 29 novembre, dédiée aux bénévoles, aux élus et à la presse, qui aura dévoilé les noms figurant sur l’affiche 2020 des Joyeuseries. Sans plus de suspense, trois hommes et une femme fouleront la scène chausséenne en 2020 lorsque l’hiver sera loin et que des maires, scrutin électoral oblige, auront désigné (ou non) pilotes dans l’avion municipal. Dans l’ordre, Caroline Vigneaux est attendue le vendredi 1er mai à 20h30, dans un one-woman show où elle « croque la pomme »; suivront un Laurent Baffie « qui se pose des questions » le samedi 2 mai à 20h30, puis la conférence psycho-érotique d’André Manoukian, rythmée par « le chant du périnée » le dimanche 3 mai à 15h; Max Bird fermera la marche le dimanche 3 mai à 18h30. En lisant ces lignes, chacun choisit déjà ses préférences, en attendant avec hâte le printemps prochain ! Pour nous, ce sera André Manoukian, et vous ?
É.R.
Le festival est présent sur Facebook, Instagram et sur le site Web www.lesjoyeuseries.com

 

Une équipe agrandie et un « off »
Outre les spectacles payants, autour du festival, comme d’ordinaire, il y aura à voir, à applaudir, et même à manger ! Trois food-truck contenteront les papilles du public lequel, gratuitement, pourra écouter de la musique gospel tout le weekend avec Sound Of Praise et Praise Worship Mass Choir, ou encore suivre le mime Kaki. Le samedi ou le dimanche, hormis ces fils rouges précités, des groupes animeront le Carroir : Kerosen, Pan’N Co Steelband, le quatuor Megamix, trio Anastazör, Pierre Bocabarteille et ses orgues de barbarie et à flûtes. Les joyeux drilles qui concoctent le programme « in et off » sont Didier Bergen, directeur artistique; Isabelle Thébault, chargée des production régie générale; Gilles Thébault, directeur technique. Manuela Leclerc, à la logistique, et Pauline Hermelin, à la communication, rejoignent le navire enjoué.