La mémoire pour parler de Vierzon : le machinisme agricole

Le joyau de l’association: batteuse SFV 1927.

L’association La mémoire industrielle et agricole du Pays de Vierzon nous a fait visiter ses locaux de la rue de Bas de Grange, bâtiment chargé d’histoire puisqu’il abritait l’atelier de montage des tracteurs Société Française sur 5 ha environ.
Le président de l’association, Michel Hervé et une dizaine de personnes, étaient présents pour nous expliquer avec fortes convictions comment est née cette association et le but recherché. Ensuite, visite des lieux où sont alignés une quarantaine de tracteurs de toutes marques, de batteuses, plus toutes les pièces en rapport avec le machinisme agricole soit au total 400 pièces exposées par domaines précis et alignées comme une troupe militaire, au cordeau. On est frappé par l’immensité du bâtiment et surtout par tous ces matériels qui, pour les tracteurs et batteuses sont en état de fonctionner. Tout est propre, net, véritable musée vivant et lorsque le président nous emmène dans cette visite commentée, il ne faut pas longtemps pour que notre imaginaire nous renvoie à ce temps de la machine agricole qui faisait de Vierzon, un haut lieu de ce machinisme (Société Française, Brouhot, Merlin, La Vierzonnaise de Construction, Pierre Renaud, Carroy-Giraudon, Ruhlman), des noms qui sonnent, quelque soit l’ancienneté de leur création. Michel Hervé rappelle « qu’il faut se souvenir qu’en 1920, 70% du matériel de battage (locomobile et batteuse) vendu en France et en Afrique du Nord, était produit à Vierzon » et un collègue d’ajouter « Brouhot produisait même des voitures … ». Lorsque vous avez cette chance de côtoyer, l’espace de quelques heures, ces passionnés, il revient en mémoire les paroles de Gandhi : « Il faut être fier d’avoir hérité de tout ce que le passé avait de meilleur et de plus noble. Il ne faut pas souiller son patrimoine en multipliant les erreurs du passé… ». Transmettre en préservant, c’est ce à quoi nous pensions en écoutant presque religieusement Michel Hervé nous parler de son association, des fondateurs de cette mémoire et de ceux qui, aujourd’hui et bénévolement, se consacrent à la restauration, réparation et à la présentation d’un matériel agricole au passé si prestigieux. Tellement prestigieux, qu’il existe un marché de vente de tracteurs avec ses cotes, une sorte de bourse de la machine agricole d’antan. « Le matériel que nous avons ici provient d’achats, de prêts mais aussi de dons. On regarde sur les sites spécialisés qui proposent du matériel et le tracteur subit aussi la loi du marché. On peut trouver des 302 SF à 1800 euros comme un 401 à 4000 euros ou un 201 entre 2000 et 3000 euros ». Pour restaurer, réparer, mettre en valeur, tous les vendredis, les gars de l’atelier maintenance se retrouvent et chacun, dans son domaine de compétence se met les « mains dans le cambouis » pour refaire des pièces par exemple au tour, fraiser, rectifier, bref, toute la panoplie d’un véritable atelier de maintenance. C’est une petite ruche sympathique où la bonne humeur règne mais avec tout le sérieux de ces passionnés pour qui, le souvenir de la mémoire n’est pas que mots. Nous n’aurions pu quitter Michel Hervé et ses compagnons sans nous arrêter un long moment sur le joyau de l’association exposé de façon « médiatique » près de la boutique et des bureaux de l’association. Vous ne pouvez pas rater  l’exceptionnelle batteuse en bois à roues de fer datant de 1927 : « C’est notre petit joyau, elle est exceptionnelle car c’est un petit modèle Société Française, dans ses couleurs d’origines et surtout, elle possède encore la plaque qui la certifie authentique Société Française avec ses bleuets, gerbes de blé, coquelicots et marguerites. Elle était dans un musée privé en Haute-Savoie qui a fermé. Son propriétaire décédé, ses enfants n’ont pas voulu la vendre. Avec l’appui du maire de leur commune, ils nous ont contacté pour nous faire don de cette magnifique pièce afin qu’elle revienne au musée de Vierzon, à ses origines de fabrication (où se trouve actuellement le ciné lumière) ». C’est un modèle exceptionnel que tous les visiteurs pourront voir et il va sans dire que pour certains l’émotion sera grande. Tant de passion se dégage de ses hommes et femmes au service de la préservation du patrimoine, 85 adhérents, une soixantaine qui peut être mobilisée spontanément pour une manifestation. Ceux qui, dans l’atelier, mettent leurs connaissances et compétences au service de la restauration et réparation, un président actif qui met tout en œuvre pour que ce souvenir du machinisme agricole perdure en créant une collection de pièces aptes à favoriser, outre le souvenir mais aussi, le développement culturel et touristique du Pays de Vierzon au travers d’un musée du machinisme agricole. Une vraie ruche de la mémoire et c’est aussi cela la mémoire vierzonnaise, ville du pionnier de la machine agricole et créateur de la Société Française de Vierzon, Célestin Gérard.
Jacques Feuillet

Michel Herve fier de montrer le veritable «emblème» de la SFV.

Renseignements, visites exposition :
La Mémoire Industrielle et agricole du Pays de Vierzon,
19-23 rue du Bas de Grange 18100 Vierzon. Tel : 06 88 32 58 32 – memoireindustrielle.devierzon@gmail.com