Lamotte-Beuvron – Garder le lien et perpétuer la mémoire

L’assemblée générale de l’Amicale des anciens salariés de Lita et Philips s’est tenue le 16 novembre dans une ambiance conviviale, de nombreux adhérents étant présents.

« L’Amicale a un an, remarque son président Jean Léa. Durant cette année, nous avons fait pas mal de choses et nous avons des projets pour l’avenir. »

L’association compte cent cinquante cinq adhérents (Cent vingt deux anciens salariés et vingt huit conjoints), ce qui fait de l’Amicale l’une des plus importantes associations lamottoises par le nombre d’adhérents. Elle a organisé en 2018 une journée plein air à Mont-Evray le
9 juin qui a réuni cinquante huit participants avec une randonnée pédestre le matin, un repas pris tous ensemble et un concours de pétanque l’après-midi. Le 5 et 6 octobre ont lieu deux soirées aux Copains d’Abord à Salbris qui ont été très appréciées.

Claudine Jaffré a présenté les projets d’animations pour 2018, une journée ou un week-end découverte en avril, dont la destination reste encore à définir, la reconduction en juin de la journée plein air à Mont-Evray en prévoyant en plus un dîner et en octobre une soirée cabaret avec dîner spectacle à Orléans ou à Vierzon. L’Amicale  envisage aussi d’organiser une sortie au Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire, Philips étant partenaire de l’événement.

Ensuite Patricia Poulard a présenté le projet de recueil sur l’histoire de Lita Philips afin de garder la mémoire de cette entreprise d’éclairage fondée en 1950 en région parisienne par Georges Houplain en 1950 puis décentralisée à Lamotte-Beuvron en 1960, d’abord rue de l’allée Verte puis à partir de 1974 à l’usine du Vivier, puis rachetée par Philips en 1982 avant sa fermeture en 2017. Des contacts ont déjà été pris pour des témoignages et des recherches sont lancées pour récupérer des produits anciens, des photos, des catalogues…ainsi que la maquette de l’usine.

Didier Tarquis, adjoint au maire a « salué l’initiative de l’Amicale qui permet de conserver des liens entre les anciens salariés tout en perpétuant la mémoire de l’entreprise. »

F.M.