Lamotte-Beuvron – Le ciment de l’humanité


Venu en 2009 dans la cité de la Tarte Tatin, Yves Duteil revient dans le cadre de sa tournée 2018-2019 à Lamotte-Beuvron le 10 novembre, toujours à l’initiative de l’Association Culturelle de la Paroisse de Lamotte. Rencontre avec l’artiste.
Yves Duteil indique que sa tournée qu’il décrit comme « un spectacle d’émotion et de musique, à la fois poétique et très acoustique, où je joue du piano et de la guitare, étant accompagné au violoncelle. », s’appelle Quarante ans plus tard : « Lors de mes concerts que je considère comme la vitrine de mon art, j’interprète des chansons de mon dernier album, Respect ainsi que des titres plus anciens, précise le chanteur-poète. Même si beaucoup de gens me connaissent grâce au Petit Pont de Bois et Prendre un enfant, il y eu douze albums entre Tarentelle et Respect qui est mon quinzième album. Je ne suis pas un nostalgique du passé, étant attaché à notre époque avec ses plus et ses moins et le spectacle est le reflet de cet état d’esprit. »
Yves Duteil a choisi d’appeler son dernier album Respect en référence à la chanson portant ce titre car pour lui, le respect est un dénominateur commun à toute l’humanité mais faisant cruellement défaut à notre époque. L’étymologie de respect est deuxième regard. Lorsqu’on regarde les choses pour la seconde fois, on a une autre vision et la relation avec l’autre change. J’exprime de façon poétique cette approche qui vaut pour toutes les relations humaines : « Respect c’est le ciment qui tient la pierre, invisible grain de poussière mais qui tient la maison débout quand tout vacille autour de nous… » Dans cet album qui m’a pris un an d’écriture et deux ans d’enregistrement, ayant pris le temps de bien le faire, il y a aussi une chanson sur les attentats (Armés d’amour), une sur les musulmans non extrémistes (Mohamed, Aïcha) ainsi qu’une chanson d’amour dédiée à ma femme (40 ans plus tard).

Le pouvoir des chansons
L’auteur de « Prendre un enfant », désignée meilleure chanson française du XXe siècle a découvert au cours de sa carrière le pouvoir des idées véhiculées dans une chanson : « Au début de ma carrière, je voulais écrire de belles chansons, privilégiant l’aspect poétique et musical. Mais après « La langue de chez nous », j’ai pris conscience du pouvoir de rassemblement d’une chanson, ici, autour d’une cause commune, la francophonie. En 1997, j’ai écrit une chanson sur le capitaine Dreyfus qui était mon grand-oncle car j’estime que j’avais légitimement un rôle à jouer dans la transmission de sa mémoire. Les chansons ont un véritable pouvoir, humble mais réel, telle une goutte d’eau qui fait partie d’une déferlante. Dans mes titres, j’évoque la justice, la liberté, car si l’on veut que l’humanité devienne ce qu’on aspire, il faut l’exprimer et je rêve que les messages que je fais passer deviennent réalité. »
Invité pour la seconde fois par l’ACPL, Yves Duteil est sensible au fait que son concert soit organisé par une paroisse catholique : « Je me sens très judéo chrétien, reconnait-il. Je suis né dans une famille juive après la seconde guerre mondiale, à une époque où l’on baptisait les enfants juifs afin de les protéger contre l’antisémitisme. Ce baptême a une grande importance pour moi. Comme je l’exprime dans mon dernier livre Si la Clé était ailleurs ? J’ai une relation très personnelle avec Dieu qui est plus spirituelle que dogmatique. Je suis un électron libre et je ne me sens pas attiré par une religion particulière, ce qui ne m’éloigne pas d’une véritable spiritualité. L’immatériel est à mon sens ce qu’il y a de plus solide. »
F.M.
Réservation par courriel : acplamotte@gmail.com ou par téléphone au 06 74 37 47 39. Tarifs : 38 €
et 19 € pour les enfants de moins de 13 ans.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email