Politique – Jean-Marie Janssens au Sénat, scénario prévisible ?

On prend les mêmes et on recommence ? Pas tout à fait. Des surprises auront finalement été placées « au centre » de cet énième scrutin électoral 2017 dimanche 24 septembre.

« C’est bon ? C’est sûr ? Attends, le bureau 4 recompte.» Alors que la majorité des citoyens a profité d’une météo quasi estivale pour se promener en famille sur les chemins au grand air, le Tribunal de Grande Instance de Blois aura connu une grande effervescence à l’intérieur de ses murs toute la journée
du 24 septembre. Certains l’avaient prédit : un vote sans rebondissement, avec une reconduction évidente de vieux de la vieille en politique, à savoir Jacqueline Gourault, investie par « la République en Marche » (LREM) et soutenue par le Modem, actuellement ministre auprès du ministre de l’Intérieur, et Jeanny Lorgeoux, maire socialiste de Romorantin parti finalement « en marche » dans cette élection. Sans suspense, Jacqueline Gourault a été reconduite dans son fauteuil de sénatrice dès le premier tour avec 479 voix. L’heureuse élue occupant toutefois des fonctions ministérielles, c’est par voie de conséquence son suppléant, pour rappel, Jean-Paul Prince, maire de La Ferté-Saint-Cyr, qui foulera le sol du Palais du Luxembourg. Jusqu’ici, la prédiction aura vu juste. Le deuxième tour fut par contre très serré, stoppant finalement abruptement la marche entreprise par Jeanny Lorgeoux (377 voix) et permettant l’envol de Jean-Marie Janssens (407 voix), maire UDI de la commune nouvelle Montrichard-Val de Cher, qui a logiquement annoncé qu’il siègera dans le groupe centriste à Paris. LREM coiffé au poteau, une manœuvre politique derrière cette défaite … ? Quoiqu’il en soit, le nouveau sénateur Janssens, qui a pour suppléante Isabelle Gasselin, maire de la Ferté-Imbault et vice-présidente au conseil départemental, va, lui, abandonner, non cumul des mandats oblige, ses fonctions municipales, départementales ainsi que la présidence de l’Association des maires de Loir-et-Cher. Il a profité de cette occasion dominicale pour délivrer des messages, avant de partager son bonheur avec son épouse. « Je n’avais aucune bouteille de champagne dans ma voiture pour tout vous dire ! Plus sérieusement, je continuerai plus que jamais à travailler de la même façon pour tout le monde et pour tous ceux, même s’ils ne sont peut-être pas de mon côté, qui ont besoin de moi. Il est très important de respecter les gens. La ruralité est en train de se faire asphyxier financièrement, il va falloir contrebalancer l’Assemblée nationale. »

Le PS et Jeanny Lorgeoux, si….

Zéro partout, deux balles au centre. Pendant que la joie explosait sur les visages à défaut de champagne coulant à flots dans des flûtes, beaucoup de déçus, dont le Front National (31 voix au premier tour, 22 au second), ont rapidement tourné les talons à l’annonce des résultats et des prétendants au titre n’auront même pas été croisés une seule fois dans la journée, à l’instar du maire adjoint de Blois, Gildas Vieira
(33 voix au second tour), décidément candidat sans étiquette, « pas comme les autres « selon ses propres dires. Tandis que le maire de Romorantin battait amèrement en retraite, évitant la presse, Frédéric Orain, premier secrétaire fédéral du PS 41, n’a lui pas mâché ses mots, en dépit de l’échec de Marylène de Rul (113 voix au premier tour, 76 au second). «Nous, nous avons été cohérents jusqu’au bout. Ce scénario était prévisible. Si Jeanny Lorgeoux n’avait pas fermé la porte au Parti socialiste, il serait peut-être ce soir sénateur… ». Et le député centriste Maurice Leroy, ancien ministre et président du conseil départemental de Loir-et-Cher, rayonnant, de conclure. « C’est notre victoire ! » Et aussi le jeu démocratique dont chacun en tirera des leçons, ou pas.

Émilie Rencien


Assassinat politique de Jeanny Lorgeoux : Michel Fromet monte au créneau

Suite à l’élection dimanche 24 septembre de Jacqueline Gourault et surtout de Jean-Marie Janssens, le conseiller départemental a osé dire ce que beaucoup pensent tout bas via un communiqué de presse, évoquant sans détour des « manigances de couloir », des « basses manœuvres », une « dérive sectaire du PS départemental » ainsi qu’un parti qui « a perdu sa boussole et ses principes ». L’élu du groupe « Le Loir-et-Cher Autrement » fustige âprement : « les responsables départementaux et blésois du PS ont fort bien manœuvré. En maintenant au deuxième tour la candidate du PS (Marylène de Rul, ndrl), ils ont délibérément choisi de faire élire Jean-Marie Janssens plutôt que Jeanny Lorgeoux. Autrement dit, ils ont préféré l’élection d’un candidat de droite plutôt qu’un candidat social-démocrate dont le travail et le talent étaient pourtant salués de tous. En quelques petits tours de passe-passe et conciliabules, ce travail de presque cinquante années qui devait normalement reconduire Jeanny Lorgeoux au Sénat a été balayé. » Le mal est fait mais cela méritait d’être exprimé. Pas sûr face à ces éternels petits arrangements entre amis que le citoyen lambda reprenne confiance envers la vie politique dont on promet depuis plusieurs mois le renouveau…

Avis de recherche démocratique

Où sont-elles les 37 voix du PS (plus 9 autres du FN) disparues aux élections sénatoriales entre les deux tours ? Suite à l’éviction de Jeanny Lorgeoux de son fauteuil de sénateur au profit de l’UDiste Jean-Marie Janssens dimanche 24 septembre, et depuis note article du 25 septembre publié sur www.lepetitsolognot.fr, titré « Marc Gricourt (PS) offre un sénateur à la droite », les langues se sont déliées dont celle de Michel Fromet qui a dénoncé des « tours de passe-passe et conciliabules » ou encore une « dérive sectaire du PS départemental ». En attendant, où sont passées ces maudites voix ? Si quelqu’un les retrouve, qu’il nous fasse signe ! Peut-être faut-il creuser du côté du candidat sans étiquette, Gildas Vieira, maire adjoint de la ville de Blois, dont les bulletins auraient été remplacés au second tour par ceux d’un candidat non inscrit …

Loiret : et les heureux élus sont… à droite et à gauche

Comme dans le Loir-et-Cher, huit candidats étaient en lice dans le Loiret, avec néanmoins ici trois sièges à pourvoir. Alors, alors ? Le PS et la droite ont remporté le Saint-Graal : le maire socialiste d’Orléans, Jean-Pierre Sueur, rempile ainsi pour un troisième mandat, haut la main (561 voix). Dans le même bateau sénatorial mais pas dans la même barque politique, la Droite forte se maintient à flots avec le président du Département, Hugues Saury, ex-Républicain, sur une liste « de la droite et du centre » (409 voix) qui devance le sénateur sortant LR Jean-Noël Cardoux, réélu également. Comme dans les autres départements, la « République en Marche » ou encore le Front national sortent leurs mouchoirs …

É.R.»