Printemps de Bourges : La programmation presque entièrement dévoilée

Il reste plus que de découvrir les prochains Inouï et le Printemps dans la ville pour finaliser la 43e du Printemps de Bourges. Une édition qui se veut plus « durable », toujours plus ouverte sur les musiques nouvelles et émergentes ainsi que sur les créations.

Quel sens pour un festival ? Quelle place doit-il occuper dans l’univers culturel national », en incluant l’ADN du festival populaire, au cœur d’une ville et qui souhaite se consacrer de plus en plus aux musiques actuelles et émergentes telles sont les problématiques qu’avaient édicté Boris Bedel le patron du Printemps de Bourges (PdB). Du coup, si la musique reste le vecteur principal du PdB, le développement durable est devenu un axe de travail évident pour le staff qui s’est engagé vers une certification ISO 20121 – elle spécifie les exigences applicables à un système de management intégrant le développement pour tous les types d’événements ou activités événementielles- et labellisée à l’horizon 2020. Dans seulement un an donc… Un label qui ne s’arrête pas seulement à la collecte des déchets et à des gobelets réutilisables ! L’action culturelle entre dans cette réflexion et la confrontation du public avec des musiques différentes, actuelles. De même le Printemps 2019 se veut éducatif à travers des actions vers les lycée, les collèges et les écoles primaires du secteur. La découverte des divers métiers du spectacle, artistiques ou pas, de celui de journaliste, seront actés dans les lycées Marguerite de Navarre ou Jean de Berry, dans les collèges de Saint-Amand-Montrond et Sancoins, dans les écoles primaires de Trouy ou Morthomiers, entres autres.

«  Sur fond de Brexit et d’élections européennes incertaines, il s’agit de présenter l’Europe et la citoyenneté européenne sous un jour nouveau, plus proche, plus pratique, plus positif.» ont ajouté les organisateurs en présentant le thème 2019 des Exclamations !, lancées au début du cycle, qui sera l’Europe. « Après Liberté d’expression !, Punk !, Femmes ! l’équipe éditoriale se passionnera cette année à déchiffrer les enjeux sociétaux d’un avenir européen. » Ce seront les premières Exclamations ! pour Laurence Corona qui prend les commandes de la version débat du PdB. Écologie, Migration, Éducation, Drogue constitueront les quatre axes principaux autour desquels s’articuleront les conférences et débats présidés par la chanteuse Barbara Hendrix, par ailleurs très engagée, et ambassadrice itinérante du Haut Commissariat de l’ONU depuis 1987.

De l’habitude et de l’inédit

Au delà des concerts habituels sur le PdB, plusieurs spectacles inédits et spécialement créés pour l’occasion sont au programme comme « Jacques, Joseph, Victor… dort » qui devrait célébrer Jacques Higelin. Sur scène, Izia, Arthur et Ken, ses enfants, et plusieurs de ses amis rendront un hommage au créateur de Pars.

Autre création, le spectacle « Je garde le chien….. et l’orchestre », une collaboration entre Claire Diterzi et l’Orchestre régional de Tours. Par ailleurs, nouvel arrangement de « L’Homme à tête de chou » de Jean-Claude Gallota pour un spectacle co-produit avec la Maison de la Culture de Bourges, pour célébrer  Serge Gainsbourg et Alain Bashung…  Autres créations inédites, Arnaud Rebotini et set spécial autour du film « 120 battements par minute », Youssoupha « Acoustic Experience » et Molécule « Akousma 360° » dans la Salle du Duc Jean. Ou encore, l’Abbaye de Noirlac accueillera l’artiste Rodolphe Burger pour un spectacle original imaginé spécialement pour l’édifice cistercien.

Il faudra encore attendre la fin février et le 5 mars prochain pour connaître le programme des Inouïs et du Printemps dans la ville pour deux autres visions du festival berrichon.

 

Francis Smith