Quand les Solognots se révoltaient contre la misère et l’oppression fiscale

Dans son dernier roman, La guerre des sabotiers, l’écrivain vendômois René Bruneau, revient sur un événement oublié de l’histoire locale, celui de la révolte des paysans solognots au XVIIe siècle.


Il en est de cette Guerre des Sabotiers comme de nombre d’événements historiques, avérés, qui connurent à leur époque un grand retentissement, et que, cependant, la mémoire nationale n’a pas retenus. Pourquoi ce silence de l’Histoire sur cette révolte des paysans solognots quand d’autres insurrections des campagnes y ont laissé leurs traces ? Peut-être parce qu’en cette France épuisée pas des années de guerre et par les désordres de la Fronde, ce sursaut de colère contre la misère et l’oppression fiscale n’a concerné que la Sologne, sans entraîner les régions voisines, pourtant guère mieux loties, sans non plus le renfort d’une contagion urbaine. Pour autant, ce fut bien un événement majeur, tant par son ampleur que par ses spécificités. Le nombre de 7000 révoltés, donné à l’époque par un chroniqueur, est certes approximatif, il n’empêche qu’il fournit une idée de l’importance du soulèvement. En outre, le fait que cette armée de paysans a contraint la première troupe envoyée contre elle à s’enfermer dans une ville, aussitôt assiégée par les émeutiers, et cela deux mois durant, ajoute à la singularité de cette révolte.
Les Sabotiers, ce sont les paysans solognots, ainsi nommés par le chroniqueur parisien – non sans certaine suffisance – parce que chaussés de sabots. Leur guerre se fait évidemment contre la misère dans une région pauvre, vulnérable aux aléas climatiques comme à toutes les formes de désordre. En cette année 1658, les uns et les autres ne manquent pas. C’est une année de pluies intenses (inondation catastrophique à Paris) ce qui nuit évidemment aux récoltes. La France est alors en guerre contre l’Espagne, nombre de régiments traversent les campagnes en vivant sur le pays. Des bandes de déserteurs rançonnent les villageois. Les troubles de la Fronde ont ruiné et affamé la capitale, qu’il faut ravitailler au détriment des régions voisines les plus pauvres. Les caisses de l’État sont vides. La pression fiscale s’exaspère. Notamment avec la taille et surtout l’impôt sur le sel, la gabelle très impopulaire, qui atteint des niveaux insupportables, provoquant des émeutes comme à Blois et à Orléans. À Romorantin, un receveur des tailles se refuse à collecter l’impôt, craignant pour sa vie. En outre, l’agitation de la petite noblesse rurale, en lutte contre la politique de Mazarin, et qui espère profiter de la jeunesse du roi pour faire valoir sa cause, ajoute au trouble des campagnes. C’est l’affaire du liard qui va déclencher l’émeute.
Le Trésor royal, asséché par la guerre et le désordre de La Fronde, manque d’une petite monnaie pour les transactions ordinaires. Mazarin et Fouquet décident en 1654 de la création du Liard de France, piécette de cuivre dont la frappe, au lieu de se faire sous l’égide de la Cour des Monnaies, est affermée à un particulier, Isaac Blandin. Dans le même temps on dépayse les ateliers qui, loin de Paris, s’installent en des coins discrets de province et notamment à Meung-sur-Loire. C’est qu’à l’occasion du lancement de cette nouvelle monnaie, le pouvoir a décidé d’un coup monétaire pour renflouer ses caisses. Les deniers et les doubles tournois, jusqu’alors monnaies usuelles, sont décriés, c’est-à-dire mis hors-cours, collectés autoritairement et fondus, le métal ainsi récupéré étant utilisé pour la fabrication du liard. Or le liard aura valeur de trois deniers. Ce qui revient à dire que les petites gens se trouvent ainsi spoliés des deux tiers de leur avoir. De plus, Blandin, en dépit d’un cahier des charges très strict, va frapper bien au-delà de ce qui lui est prescrit, inondant le marché d’une monnaie vile dont il faudra bientôt imposer l’usage.
Cette manipulation monétaire ajoute donc grandement à la misère populaire. Une des revendications des émeutiers solognots est précisément l’abaissement du cours du liard à un denier. Et c’est pour tenter d’enrayer la révolte, qu’il est ramené à deux deniers en juin 1658 puis à un seul enfin en juillet.
Les textes manquent quant au déroulement précis de la révolte. Ainsi ignore t-on en quel bourg et à quelle date précise a débuté le soulèvement. On sait seulement que c’est en Sologne, probablement en mai 1658. (Une émeute contre la taille avait éclaté à Romorantin neuf années plus tôt.) Le rassemblement des paysans insurgés s’est fait en quelques semaines et il semble que ces milliers d’hommes, de femmes aussi probablement, aient passé la Loire jusqu’à menacer la Beauce, puisque c’est le vice-bailli de Chartres qui, à la tête d’une troupe insuffisamment fournie et aguerrie, est envoyé à leur rencontre. Devant le nombre et la vigueur des Solognots, les Chartrains sont contraints à la retraite et s’enferment derrière les remparts de Sully-sur-Loire. Les insurgés font alors le siège de la ville. Il durera jusqu’en juillet. Entre temps, la petite noblesse campagnarde, très hostile à Mazarin a rejoint la révolte, ses garnisons avec elle. Le pouvoir prenant alors la mesure du soulèvement, et après une vaine tentative de négociation, décide d’une intervention plus brutale. Ce sont deux régiments expérimentés qui sont dépêchés sur place. Le lieu précis de l’affrontement n’est donné dans aucun texte. Une tradition orale le situe près du bourg de Guilly. Ce fut en tout cas un massacre. Parmi les paysans survivants furent arrêtés quelques meneurs dont on ne sait rien, certains étant envoyés aux galères. Gabriel de Jaucourt, considéré comme le chef des seigneurs ruraux qui, en rejoignant les insurgés, avaient défié le pouvoir, fut décapité. Dès après l’écrasement de l’insurrection, sergents des tailles et soldats menaient dans les villages des expéditions punitives pour y collecter le retard d’impôt…


DECRYPTAGE ▶
René Bruneau livre les clés de son dernier roman historique où la réalité dépasse parfois la fiction.
Le Petit Solognot : L’action de votre nouveau roman, « La Guerre des Sabotiers », se situe au XVIIe siècle. D’abord, s’agit-il d’un épisode authentique ?
René Bruneau : Oui, comme pour mes autres ouvrages, il s’agit d’une histoire forte, étonnante, et cependant peu connue, qui s’est déroulée dans mon terroir de prédilection, le Val de Loire au sens large, en l’occurrence la Sologne, avec des incursions en Beauce, dans le Vendômois, le Blésois et l’Orléanais. À Paris aussi, capitale oblige, mais également, plus à l’ouest, jusqu’aux ports de l’Atlantique et même au-delà, puisque une partie de l’action a pour cadre la Nouvelle-France, Québec et Ville-Marie, futur Montréal.
L.P.S.: Et quelle est donc, en deux mots, cette histoire d’importance et cependant méconnue ?
R.B.: Il s’agit d’une révolte des paysans solognots (qualifiés à Paris de sabotiers parce que chaussés de sabots), ce qui en soi n’a rien des très original, une jacquerie parmi bien d’autres pourrait-on dire. Sauf que celle-ci a été d’une ampleur considérable, qu’elle a tenu les forces du roi en échec pendant plusieurs mois, que les paysans ont assiégé une ville dans laquelle s’étaient enfermées les troupes royales et que le pouvoir a dû envoyer sur place plusieurs régiments très aguerris pour vaincre le soulèvement et l’écraser dans le sang.
L.P.S.: Quelles étaient les causes de cette révolte ?
R.B.: Comme à chaque fois, la faim, la misère. Et surtout l’injustice. La Sologne était une terre ingrate, que le moindre incident climatique réduisait immanquablement à la famine. Mais plus que la pénurie, ce furent l’iniquité et le cynisme de cette société de l’Ancien Régime qui, cette fois, provoquèrent la colère des paysans solognots, et notamment l’insupportable pression fiscale, avec surtout la gabelle, l’impôt sur le sel (à une époque où il est l’unique moyen de conservation), très impopulaire donc et dont – trente années de guerre ayant ruiné l’État – les montants atteignirent des sommets. Pour contraindre malgré cela les villageois à payer l’impôt, les gabelous, armés, menaient dans les bourgs de véritables expéditions punitives d’une extrême violence. Comme si cela ne suffisait pas, le pouvoir – c’est-à-dire, Mazarin – allait aggraver la situation par une manipulation monétaire sur le liard qui grugeait et pressurait plus encore les petites gens, les condamnant dès lors au plus total dénuement. C’est précisément cette affaire du liard qui déclencha le soulèvement.
L.P.S.: Mais comment expliquer que les sabotiers aient pu, des mois durant, tenir les troupes royales en échec ?
R.B.: En fait cette révolte paysanne a éclaté dans un royaume de France épuisé par la guerre et au terme d’une crise politique et civile majeure : la Fronde. Le roi Louis XIV n’est alors qu’un enfant, Mazarin gouverne, impopulaire, vénal et finassier. L’aristocratie, la bourgeoisie, le peuple derrière eux, voient en cette période de régence l’occasion d’exprimer leurs rancœurs. Pour la noblesse, d’épée comme de robe, c’est l’opportunité d’affermir son influence au détriment du pouvoir royal. La Fronde parlementaire et la Fronde des princes, l’une après l’autre d’abord puis ensemble, vont défier le trône en exploitant la colère de la rue. C’est dans cette France affaiblie par cinq années de désordres que va éclater la Guerre des Sabotiers.
L.P.S.: Votre récit fait la part belle aux femmes. Est-ce une coquetterie de romancier ?
R.B.: Non pas. Les femmes ont pris une part active à la Fronde. La plus connue étant la Grande Mademoiselle faisant tirer le canon sur les troupes royales. Toutes n’ont pas eu une telle témérité, le plus souvent elles ont agi par l’intrigue et la manipulation. Voire par le crime. Par ailleurs, l’épouse de Colbert, née Marie Charron, était blésoise. Et de ce fait très concernée par cette région solognote qui, pour les Parisiens, semblait bien lointaine.
L.P.S.: Certains personnages, tels l’abbé Fouquet qui dirige la police secrète du cardinal, et son tueur à gages, très présent dans le roman, ou certains épisodes fort étonnants, comme l’extravagante évasion du duc de Beaufort, sont-ils réellement historiques ?
R.B.: Absolument. C’est un lieu commun que de prétendre que la réalité dépasse souvent la fiction. Cette période en témoigne. Nombre de personnages ou d’événements, bien réels, ont été oubliés ou occultés, en dépit de leur étonnant potentiel romanesque, évidemment précieux pour le romancier.
L.P.S.: L’intrigue ne s’attache pas qu’aux personnages proprement historiques. Que dire de Loup, d’Audine, Marie, Zelda ou l’Estourbeur ? Que dire de cette grande et belle histoire d’amour, de jalousie, de sacrifice aussi, qui sous-tend toute l’action ?
R.B.: Les faits sont rarement fortuits. Ils sont le plus souvent la résultante des passions humaines, dans leur violence, leurs antagonismes. C’est une alchimie complexe sur laquelle le romancier aime à se pencher et que le lecteur peut aisément s’approprier tant il est vrai que chacun porte en soi la lumière et l’ombre. C’est ce qui rend si attachant le personnage en proie aux contradictions et aux errances du sentiment. Rien n’est moins léger et moins inoffensif que l’amour.
La guerre des sabotiers, tome 1, Orages, 20,90 euros, paru aux éditions Marivole.
La guerre des sabotiers, tome 2, La révolte, à paraître 1er semestre 2019.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email