Quoi de neuf depuis 15 jours dans le Cher

Chômage à cause du beurre

Le prix du beurre entraine du chômage technique dans le Cher. La société François à Blancafort qui produit les pâtes du même nom fait face à une restriction de l’approvisionnement en beurre qui l’oblige à réduire sa production de pâtes feuilletées et brisées. Non seulement le beurre se fait rare, mais son prix a connu une hausse de 170 %. La marge de l’entreprise risque de fondre plus vite que le beurre ! Face au risque de chômage technique, une réunion a été organisée en préfecture à Bourges.

Désherbage à la médiathèque de Vierzon

La médiathèque de Vierzon a mis à la vente plus de 3 000 livres dont elle n’avait plus l’utilité. Dans le jargon des bibliothécaires, on appelle ça un « désherbage », cela permet de faire le tri dans les rayons. Les livres ont trouvé des preneurs pour 1 ou 2 €. L’opération qui s’intégrait dans le programme des quarante ans de la médiathèque a attiré de nombreux bibliophiles. Elle permet d’enregistrer une petite recette et de renouveler le fonds éditorial.

Le tire-bouchon dans la communication contre le cancer

François Cormier-Bouligeon, le député de la 1ere circonscription du Cher, a attiré l’attention de la ministre de la Santé sur la dernière campagne de communication contre le cancer et lui a demandé son retrait afin que cesse la mise en cause de la viticulture française. Cette campagne, qui vise à informer du rapport de causalité entre l’alcoolisme et le cancer, met en avant un tire-bouchon, assimilant de facto l’alcoolisme à la consommation de vin. Le député a souligné qu’il était « inacceptable de pointer du doigt la viticulture qui est à la fois une importante filière économique française, mais aussi le représentant d’une richesse culturelle, naturelle, patrimoniale et touristique sans égal en France. »

Débat autour des effectifs de police à Vierzon

Suite aux propos tenus par le directeur départementale adjoint de la Sécurité publique, Edouard Malis, qui avait affirmé que les effectifs de policiers à Vierzon étaient suffisants, les réactions d’indignation ont été nombreuses. Les syndicats de police ont réagi de manière unanime pour dire que les effectifs à Vierzon étaient insuffisants. Nicolas Sansu, dans un communiqué, a rappelé que « chacun sait que les forces de la police nationale de la circonscription de Vierzon ont besoin de renfort. Cela permettrait de montrer le respect que l’État central doit aux fonctionnaires de police qui œuvrent avec persévérance et professionnalisme. Balayer d’un revers de main la question des effectifs est intolérable ! » Il précise qu’il a de nouveau demandé à madame la Préfète d’intervenir, pour que des effectifs supplémentaires viennent renforcer le Cher et Vierzon en particulier.