Romorantin – Bien prendre en charge le diabète

En bas, au centre, Fanny Ladoire, chargée de mission, avec tous les acteurs de cette Journée du Diabète.

 

SANTÉ À l’occasion de la Journée mondiale conte le diabète, les personnes souffrant de cette pathologie étaient invitées au parc Beauvais par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) ainsi que par la Mutuelle Sociale Agricole (MSA) et la Sécurité Sociale des Indépendants (ex RSI).

F.T.

Les participants ont ainsi pu bénéficier d’ateliers nutrition et gestion de la maladie animés par des infirmières de Théraé ( seul établissement autorisé en région Centre-Val de Loire à accueillir des adolescents obèses ou en surpoids) et des diététiciennes, de stands d’informations présentant le nouveau dossier médical partagé de l’Assurance Maladie, d’un point « tout savoir sur le diabète » avec des infirmières des hôpitaux de Romorantin, Selles-sur-Cher et de Vendôme. Du personnel médical était aussi détaché de l’hôpital de Blois. Il était possible de s’entretenir avec des diététiciennes, avec l’association française des diabétiques et avec le réseau Santé Nutrition Diabète… Il était également possible aux inscrits de consulter gratuitement un podologue, de se faire vacciner contre la grippe et de passer un examen du fond de l’œil, ou un test de la glycémie. L’Institut Médical de Sologne prodiguait des conseils quant aux activités physiques. L’intérêt de la journée résidait dans le fait que les personnes diabétiques pouvaient collecter des conseils de différents acteurs du monde médical du département en un seul lieu pour recevoir des conseils et des diagnostics personnalisés. L’importance de s’inscrire gratuitement dans le Réseau Santé Nutrition Diabète 41 et d’adhérer à l’Association Française des Diabétiques était mise en avant. Les participants pouvaient également s’inscrire au dispositif Sophia, qui est une plateforme de l’Assurance Maladie dédiée à l’accompagnement des patients. La journée a accueilli plus de
150 personnes, un beau succès !

Pour que l’espoir court encore

Vanessa Marchand, diagnostiquée diabétique à l’âge de 12 ans et sportive de cœur était présente à cette journée de rencontres. Elle revenait du dernier marathon d’octobre 2018 de Chicago où elle a amélioré le temps qu’elle avait fait à New-York en 2017. Son chrono y avait affiché l’honorable performance de 42, 195 km parcourus en 6h, 10 minutes et 19 secondes. Son temps à Chicago a été de 5h et 50 minutes. Vanessa Marchand a créé son association « Elles courent pour agir contre le diabète » en 2016 avec en ligne de mire l’objectif d’être la première femme diabétique à participer aux 6 plus grands marathons de la planète. Il lui reste à participer au marathon de Londres, de Berlin, de Tokyo et de Boston. Vanessa Marchand est le symbole de l’espoir des personnes atteintes du diabète. Elle est le symbole de la possibilité de la préservation du capital santé. « Les diabétiques, tant dans le sport que dans le monde professionnel, devraient être considérés comme tout le monde » a-t-elle appuyé durant ses échanges avec le public. Les personnes et partenaires commerciaux qui souhaitent la soutenir peuvent la contacter via son site Internet et suivre son parcours.

Réseau Santé Nutrition Diabète 41, 4 rue Alain Gerbault 41000 Blois.
Tel : 02 54 45 25. Email : santenutritiondiabete41@wanadoo.fr

Vanessa Marchand : contact@vanessa-marchand.fr

www.vanessa-marchand.fr

FT


ZOOM sur le diabète

Le diabète est une pathologie chronique, parfois lourde de conséquences et difficile à gérer au quotidien. Il existe deux formes de diabète, le type 1 et le type 2. Le premier est dit « maigre » ou « sucré ». Insulinodépendant, il représente 10 à 15% des cas. Il survient le plus souvent chez un sujet non obèse avant l’âge de 30 ans. Il est dû à la destruction des cellules du pancréas spécialisées dans la production d’insuline. L’organisme ne reconnaît plus les cellules bêta de Langerhans et les détruit via des anticorps et des lymphocytes T. Le glucose ne peut alors plus entrer dans les cellules et retourne dans le sang. Résultat : le taux de glucose dans le sang s’élève. La cause de cette réaction auto-immune est encore inconnue : on ne sait pas exactement pourquoi elle se déclenche chez certaines personnes et non chez d’autres. Toutefois, plusieurs facteurs favorisants ont été mis en avant : des facteurs environnementaux encore mal connus comme les toxiques ou des virus. Les symptômes du diabète de type 1 sont une soif vive, des urines abondantes, la fatigue, l’amaigrissement, des douleurs abdominales et des infections.

Le second type de diabète est dit « gras » ou « de maturité ». Non insulino-dépendant, il s’apparente à une maladie métabolique caractérisée par un excès chronique de sucre dans le sang. C’est le diabète le plus fréquent. Il touche surtout les personnes au-delà de 50 ans qui ont un régime alimentaire déséquilibré. Le diabète de type 2 nécessite un suivi régulier et un traitement adapté pour éviter les complications. Il peut provenir d’un facteur héréditaire. Il est aussi très souvent retrouvé chez les personnes en surpoids, chez les sujets sédentaires, chez les consommateurs de tabac, chez les hommes et femmes en hypertension artérielle. Les femmes qui donnent naissance à un bébé de plus de quatre kilos sont également à risque. Les opérations et les maladies du pancréas et du foie peuvent aussi générer le diabète de type 2. Les symptômes sont quasiment les mêmes que ceux du type 1.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email