Romorantin : Keith El Bied, vers le sacre ?

Le jeune Romorantinais croit en ses rêves et en atteindra peut-être un lors de la finale de Mister France prévu à Montpellier samedi 17 avril, en distanciel.
Les couronnes et écharpes ne constituent pas une ambition réservée aux adolescentes en fleur, la rêverie touche parfois et même de plus en plus souvent, les garçons. Surtout lorsqu’il n’existe pas que des concours de miss, mais aussi désormais des compétitions de mister. Du haut de ses 19 ans, avec assurance et persévérance, sincérité et naturel, Keith El Bied nourrit ainsi depuis Romorantin un souhait, celui de décrocher la timbale lors de la finale de Mister France qui se déroulera sans public, en visio (payante après achat d’un billet auprès des points de vente habituels du type Fnac), le 17 avril dans l’Hérault, toutefois avec show et ambiance, rythmée par 24 candidats (un par région) et trois défilés (en tenue tendance; en boxer (attention chaud devant, les filles!); et en tenue chic). Et le jeune homme a le droit d’espérer car parmi plusieurs dizaines de candidats, il a franchi une première étape en décrochant un premier titre, puisqu’il a été désigné en février à Orléans Mister régional. Dans la vie, lorsqu’il n’est pas sous le feu des projecteurs, après avoir usé quelques crampons sur le terrain derrière le ballon rond, Keith El Bied donne libre cours à son autre passion, l’équitation. Et là également, il brille. “J’ai été élu meilleur cavalier de France, j’ai participé à des concours internationaux à Paris, Lyon et Los Angeles,” raconte avec aisance et fierté ce dernier. En selle ou sous les flash des photographes, il ne manque donc pas de motivations. Qu’il détaille d’ailleurs, en réalisant des parallèles. “Oui j’ai fait du foot avant et le 2 avril, j’ai participé à une course à pied à Paris en faveur de l’autisme. Côté cheval, j’espère me perfectionner en tant que cavalier, monter en puissance; je viens d’intégrer le milieu professionnel et j’y travaille au quotidien. Pour le concours, j’espère être le Mister national ! Les gens peuvent voter pour moi le 17 avril par sms au 71415, je suis le numéro 9.” Et donc, si l’exercice n’est plus uniquement réservé à la gent féminine, encore une fois, pourquoi tenter ? “Je suis encore un poulain dans le mannequinat, alors participer à Mister France est pour moi l’occasion d’apprendre, de progresser et de m’ouvrir des portes d’opportunité,” conclut Keith El Bied. “Mon but est enfin d’apporter quelque chose de nouveau, par exemple lors de shootings en incluant ma passion pour les chevaux et l’élégance de l’équitation avec le mannequinat. Ce qui donne un aspect à la fois nature et sauvage, authentique, loin de l’idée reçue de superficialité concernant l’univers de la mode.” Qui sait, la “différence” peut payer. Ou tout au moins, aider à se faire remarquer, voire carrément, transformer le rêve en réalité.

É.R.
Plus sur https://mister-france.com/