Romorantin – Les travaux de la crèche des Favignolles débuteront en 2019

Michel Guimonet devant la crèche des Fauvettes, avenue Léonard de Vinci, près de la pharmacie des Favignolles.

Accroître le nombre de places en crèche dans le quartier des Favignolles, voilà l’enjeu des travaux qui seront réalisés au sein de la crèche des Favignolles.
Le 6 octobre, Michel Guimonet, maire-adjoint en charge des affaires sociales, de la jeunesse et de l’intégration, a accordé au Petit Solognot un entretien exclusif au sujet de la nouvelle crèche des Favignolles qui verra le jour à la fin des travaux programmés en 2019.
La capacité actuelle d’accueil des enfants en bas âge à Romorantin-Lanthenay est la suivante : la crèche des Fauvettes avenue Léonard de Vinci à côté de la pharmacie des Favignolles a une capacité d’accueil de 18 places, la micro-crèche en bas d’un immeuble en face de l’école des Favignolles offre 8 places, la crèche des Rossignols rue du Guidault possède 59 places. Une des pièces du foyer Robert Serrault sert de Relai d’Assistantes Maternelles (RAM) qui sont près d’une centaine. Chacune peut recevoir 3 enfants.
A l’étude de ces données, le projet porté par Michel Guimonet est de fusionner la crèche des Fauvettes (18 places) avec celle en face de l’école primaire (8 places). Cette fusion aura lieu aux Fauvettes qui s’agrandira pour passer de 26 à 32 places. Le dossier s’intègre dans le Programme national de Rénovation Urbaine (PRU) du quartier des Favignolles qui prévoit des réhabilitations de bâtiments, des constructions et des démolitions afin d’améliorer le cadre de vie et les services.
Michel Guimonet souhaite que cet accroissement des places en crèche dans ce quartier puisse permettre aux personnes en recherche de travail de trouver un mode de garde en collectivité pour leurs enfants. “Le fait de ne pouvoir faire garder ses enfants que dans un cadre familial peut être un frein à l’emploi. La Chambre consulaire (établissement public d’État ayant entre autres pour rôle de représenter les activités économiques d’un secteur), l’Observatoire (qui rend compte de l’actualité économique via des statistiques), le Conseil départemental, tous confirment que l’activité économique reprend. La population de Romorantin, qui s’élève à 18 500 habitants, atteint le même niveau qu’avant la fermeture de Matra. Romorantin, deuxième ville du Loir-et-Cher, voit les dossiers d’inscription en crèche augmenter. La municipalité devait répondre à cette demande”.
L’année 2018 a vu le temps des études, le temps de l’écriture du cahier des charges et des sollicitations de financements. Le projet pèse 460 000 € TTC. L’État abondera à hauteur de 225 000 €, la Région provisionnera 57 000 € pour un reste dû à la municipalité de 178 000 €. Michel Guimonet a précisé lors de l’entretien que “les travaux qui commenceront en 2019 ne bouleverseront pas l’accueil de la crèche des Fauvettes dirigée par Vanessa Collin. De plus, le passage à
500 m² au sol de la structure est une évolution à personnel constant, sans coût d’embauche supplémentaire.”
Ce programme, dans son pilier urbain comme social, s’est construit par la volonté de la ville en concertation avec les habitants à travers notamment le recrutement, dès 2015, d’un adulte relais présent tous les jours dans le quartier, par des rencontres régulières avec le Conseil citoyen constitué tant d’habitants que d’acteurs du quartier, et par des réunions d’informations et d’échanges.
F.T.


zoom ▶ sur le PRU du quartier des Favignolles
Le Programme national de Rénovation Urbaine (PRU) s’engagera sur six années au quartier des Favignolles.
L’action de réhabilitation débutera cet automne et concernera 443 logements dans les rues Louise de Savoie, Charles d’Angoulème, Du Bellay, Anne de Bretagne, François 1er, Léonard de Vinci, De l’Avenir, Claude de France, François Rabelais, avenue de Langen et avenue des Favignolles. La couverture énergétique sera améliorée pour chaque logement d’environ 1 à 2 crans en moyenne. Par exemple, un bâtiment classé D se verra attribuer un B. Les loyers augmenteront mais les dépenses calorifiques seront, elles, diminuées. La différence de coût pour les locataires sera quasi nulle.
La phase de construction verra se lever de terre 127 logements divisés comme suit : 40 unités en centre-ville (pour lesquelles la ville a acheté un terrain de 5 000 m2 à côté du magasin Aldi dans le souhait de pouvoir y reloger notamment des personnes âgées habitant actuellement dans les étages de bâtiments sans ascenseur), 10 sur le secteur de Château Gaillard, 10 à Fessenmeyer, 21 route de Blois, 8 au Bateau Lavoir et 38 dans le secteur nord.
171 logements seront démolis : 20 unités au 2-4-6 avenue des Favigolles (fin 2020-début 2021), 119 au 10-12-14 rue Léonard de Vinci (en 2020), au 6, 7 et 8 place de l’Europe ainsi qu’aux allées des Bazannes (2020-2023) et 32 disséminés sur l’ensemble du quartier. Le relogement devrait s’achever fin 2023. Certaines zones classées en risque d’effondrement de terrain dû à des mouvements de sols seront aménagées en espace de promenade boisée.