Un bond de 23 millions d’années dans le passé à Pontlevoy

TOURISME La réserve géologique est ouverte au tout-public. ça, c’est fait.

 

Les strates donnent l’historique et l’histoire des lieux.

Jules Zérizer
La statue métallique découpée de l’éléphant qui trône à l’entrée de la réserve géologique de Pontlevoy n’annonce pas un deuxième zooparc de Beauval ! C’est la copie grandeur nature de ce type de pachyderme qui vivait là, il y a plus de 23 millions d’années… en pleins calcaire et lac de Beauce, en compagnie d’autres animaux du même acabit dont on peut retrouver des traces sur des panneaux pédagogiques de ce nouvel espace naturel sensible, dorénavant ouvert au public alors que seuls les collégiens et les chercheurs pouvaient y accéder jusqu’à maintenant.
En ce premier samedi de juillet aussi ensoleillé, paraît-il qu’à l’époque dite aquitannienne, élus et invités ont pu suivre les explications éclairées de Blandine Cassagne, conservatrice ; Daniel Besnard, président du Comité départemental de protection de la nature et de l’environnement ; Jean-Jacques Macaire, professeur agrégé de géologie à Tours ; les animateurs du site et même un géologue québécois, originaire de Cellettes, Étienne Govare qui poursuit le même type de recherches là-bas…
Le CDPNE avait acquis les premiers terrains du site en 1980, avant le classement en réserve naturelle régionale en 2011, et au Four à Chaux, site d’extraction du falun, se sont ajoutés, ensuite, la carrière de La Plaine Saint-Gilles, et les terrains séparant les deux pépites…
Outre un cheminement facile, très expliqué, pédagogique, ludique tout a été programmé pour une visite aisée pour les handicapés, personnes à mobilité réduite, avec fauteuils, déficients visuels, le tout dans une politique destinée à offrir une richesse de plus sur le circuit du Cher à vélo qui prend aussi bien que son « ancêtre » La Loire à vélo…
Les 343 000 euros du budget ont été utilisés à bon escient grâce à l’Europe (171 000), la région Centre-Val de Loire (140 000), le Département (31 700)… comme l’ont souligné les principaux orateurs Karine Gloanec-Maurin, députée européenne ; François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire ; Louis de Redon, vice-président nature du Conseil départemental représentant le président Nicolas Perruchot, tous accueillis par le maire de la commune, Jean-Louis Berthault, très heureux de voir sa commune mise à l’honneur avec des sites qui permettent de remonter le temps, en millions d’années, et de prendre conscience des racines de notre Pays sans aller à des dizaines de milliers de km…
Renseignements et contacts au 02 54 51 56 70.