Un grand plan régional de relance économique, harangué à droite

Politique un jour, politique toujours. Les élus du Centre-Val de Loire ont du temps pendant le confinement alors ils dressent des plans d’attaque. C’est le cas du député LR de Loir-et-Cher, Guillaume Peltier, président du groupe UDC au Conseil régional, lance un nouvel appel solennel…

Le travail, le travail, le travail. C’est le fer de lance du député Peltier. La presse l’a souvent entendu hisser cette valeur dans ses discours en Sologne lors de la Fête de la Violette. En pleine tempête covidique, l’intéressé persiste et signe, insiste même car selon lui, « C’est par le travail, la protection au travail et la récompense du travail que nous pourrons collectivement rebâtir notre région. La crise sanitaire inédite que notre pays affronte se double d’une profonde et douloureuse crise économique et sociale. Partout, des travailleurs, des entrepreneurs, des artisans, des commerçants, des indépendants souffrent et désespèrent. Il y a urgence à agir collectivement pour soutenir notre économie régionale. » Oui, d’accord, impossible de le nier, mais comment ? Un plan de relance, non pas effectué sur la comète d’un coup de baguette magique, mais dessiné en rapport avec l’immédiate réalité, est ainsi hissé dans ses pragmatiques souhaits. Quatre grands axes y sont délimités, soit dans leurs grandes lignes, un plan d’urgence pour l’économie locale (90 millions d’euros de fonds propre de la région avec un effet de leviers, par des prêts de trésorerie et l’aide de l’État, de 200 millions d’euros). Ensuite, est proposée une aide ciblée pour les filières les plus exposées (BTP, transports, tourisme, culture, évènementiel, artisanat, restauration…), avec notamment une demande au Gouvernement pour favoriser l’ouverture des sites touristiques du Centre-Val de Loire dès le mois de mai prochain. Aussi, est énoncée une perspective visionnaire de soutien aux industries et à l’agriculture par un plan de relocalisation fondée sur la souveraineté sanitaire, agro-alimentaire, logistique et industrielle. Puis enfin, est  suggéré le soutien à la commande publique en incitant et aidant tous les maîtres d’ouvrage, au premier rang desquels les communes et les communautés de communes, à relancer tous les chantiers en lien avec les entreprises artisanales et le BTP. Autant de voeux émis donc par le député Guillaume Peltier, d’une voix concordante avec sur la même lignée de pensée, Michel Autissier, président du Conseil départemental du Cher; Serge Descout, président du Conseil départemental de l’Indre; Marc Gaudet, président du Conseil départemental du Loiret; Jean-Gérard Paumier, président du Conseil départemental d’Indre-et-Loire, et Nicolas Perruchot, président du Conseil départemental du Loir-et-Cher. À suivre.

É.R.