Un nouveau directeur de choc à l’hôpital de Romorantin

Pierre-Henri Guillet prend la direction du centre hospitalier avec la volonté de maintenir l’équilibre financier et la modernisation.

Àprès cinq ans passés au Centre Hospitalier de Château-du-Loir (Sarthe), Pierre-Henri Guillet vient de prendre son poste à Romorantin à la tête du Centre Hospitalier, à la suite de Pierre Best et de l’intérim de Philippe Sauboua. Profil atypique, Pierre-Henri Guillet a plusieurs cordes à son arc : commando de marine en son début de carrière, puis professeur d’allemand en lycée, il prépare ensuite l’ENA et finalement s’oriente vers la direction d’hôpital. Le diplôme de l’École des Hautes Études en santé publique de Rennes lui ouvre les portes de l’hôpital de Vendôme, puis de l’hôpital de Luçon. Le succès de ces premiers postes lui offre l’opportunité de diriger la Mutualité Française de Charente, avant d’intégrer l’hôpital de Château-du-Loir en 2014.

Un nouveau challenge

« À l’hôpital de Château du Loir, je prenais la tête d’un établissement en difficulté, avec des objectifs de l’A.R.S. (Agence Régionale de Santé) très contraignants : retrouver l’équilibre financier en deux ans dans cet hôpital qui perdait un million d’euros par an. Deux années difficiles par les choix sociaux et la réorganisation nécessaires. Mais l’objectif a été atteint, et j’ai ensuite pu développer cet établissement remis sur les rails ». Pour ce dynamique chef d’établissement, le challenge sera différent à Romorantin, d’abord par la taille de l’hôpital qui occupe pratiquement le double de lits (700 lits contre 400 à Château-du-Loir), et par la situation financière plus rassurante, même si une légère tendance à la baisse d’activité devra être surveillée. Les projets ne manquent pas : « Il nous faudra retrouver un bon taux d’occupation en chirurgie et en maternité, et continuer la modernisation de l’hôpital avec d’importants travaux, en particulier pour la psychiatrie et la chirurgie où nous allons investir un total de six millions d’euros ».

Des atouts forts

Le Centre Hospitalier de Romorantin dispose d’atouts forts sur lesquels Pierre-Henri Guillet entend bien capitaliser : des achats maitrisés grâce au Groupement Hospitalier Territorial, une équipe médicale solide bien que vieillissante, un bon dialogue social, des internes potentiellement futurs médecins de l’établissement, un développement de l’ambulatoire, une équipe informatique mutualisée au niveau départemental, des consultations avancées avec d’autres établissements du département,… Parmi les projets en cours, il faut rappeler le développement d’une application informatique autour du dossier médical du patient, un nouveau projet d’établissement à rédiger, le retour au naturel avec l’opération Hôpital Ami des Bébés, et tout ça dans le respect d’un équilibre financier.

 

G. Brown