BILLET D’HUMEUR DE FABRICE SIMOES

La Démocratie du Luxembourg plutôt que de la rue

J’étais tranquille. J’étais peinard… Installé loin de mon comptoir mais devant la télé, les images d’un animateur pour semaine commerciale de supermarché annonçant d’un ton solennel que le gouvernement Macron venait de subir son premier revers m’interpelle… Paraît qu’une élection partielle des sénatoriales venait de donner la majorité à la Droite. Hormis que, jusqu’à cet instant, il me semblait que la Droite et Macron avaient beaucoup de ressemblances, si ce n’est quelques connivences, une élection qui ne fait pas la Une des journaux télé ou papier ne doit tout de même pas être si importante que ça. Ou alors on nous aurait menti.

Une fois penché sur le sujet, de se demander quelle peut être la valeur d’une telle assemblée. Parce que finalement, des hommes et des femmes recyclés par leurs pairs dans une assemblée où les sexagénaires font figure de petits jeunes, ça ressemble bougrement à la maison de retraite pour vieux politicards. De plus, cette auguste assemblée est élue par de « grands électeurs ». Le grand électeur peut mesurer 1,12 m, cela ne pose pas de problème. Pour une fois l’égalité intelectuelle est parfaite. On peut entrer dans la catégorie des personnes de petites tailles et être un grand électeur sans souci. Après, qu’un maire, quelques uns de ses adjoints, élus sur leurs capacités de gestion d’une ville ou d’un village, hors étiquette politique, votent au nom de la population qu’ils représentent est un tantinet tendancieux. Cette assemblée qui doit décider, en partie, des destinées du pays est, de fait, élue par les représentants d’un peuple qui n’a pas élu ces derniers pour ça mais pour s’occuper des bordures de trottoirs et des chiens qui aboient pendant que la caravane passe. Finalement, le Palais du Luxembourg est le dernier avatar d’une fausse République embourgeoisée conduite par un idéalisme de caste plus que de classe et encore moins de réflexion. On en rigolerait si cela ne ressemblait que par trop aux élections du Soviet suprême, cette affaire… Le premier secrétaire du parti, et ses adjoints, en moins. Et dire qu’on nous a bassiné durant des décennies pour affirmer que Fidel Maximo, n’était pas élu démocratiquement. Vous me direz qu’avec des amis vigilants, des fois habillés en militaire-soldat, c’était difficile de ne pas entrer dans le moule ! Ce ne sont pas Kim Jong Un, Poutine ou Erdogan, trois autres grands démocrates de ce monde, qui affirmeront le contraire. Trump c’est encore différent. La Démocratie, il a vu ça dans un des manuels scolaires de son dernier rejeton et est persuadé que c’est juste pour ceux qui savent lire et écrire. Comme ce n’est pas son cas, il prend régulièrement des vessies pour des lanternes et finalement il se brûle (dixit Pierre Dac).

Puisque la gouvernance va se faire par ordonnance, forme de dictature légale sans arme et sans violence, à la manière d’un Spagiari de la politique, que faire de tant d’élus même pas par nous. Quand on parle de diminution du train de vie de l’état. Quand on considère que les députés sont trop payés – ce qui peut se discuter- et qu’on oublie le coût de cette assemblée vétuste, hors du temps, des us mais pas des usages, ou l’on a comme seule obsolescense programmée que le décès de l’un ou de l’autre, on pourrait peut-être aussi en discuter plus avant. Non ?

Si on s’intéresse. Ces derniers jours, sans que cela fasse grand bruit, on a pu apprendre que la voix d’un sénateur élu au bénéfice de l’âge, de divers copinages et d’alliances de cicirconstances est plus conséquente que les vociférations de la rue. Ca dépend aussi de quelle rue. 20 000 personnes et plus qui défilent sur Vincennes-Nation, c’est moins fort que 200 tracteurs sur les Champs-Élysées. La preuve, le code du travail va bel et bien être réformé alors que les glyphosates seront largement dispersés encore pendant quelques années sur les terres agricoles de l’Hexagone. Vous avez dit corporatisme ? Pour le Code du travail, ce n’est pas que l’on puisse être contre mais quand M’sieur Gattaz, patron d’un Medef revigoré puisque seul syndicat approuvé par la majorité des Français, avoue que cela va dans son sens, c’est toujours inquiétant pour ceux qui marnent au pied de la bécane. Et que l’on ne vienne pas dire que la France est sans le sou. C’est le pays d’Europe qui aura versé le plus de dividendes à ses actionnaires l’an passé. Comme quoi la crise a bon dos. C’est vrai aussi que Mélenchon, et ron, et ron, petit patapon avait de quoi pas être content non plus. à la fête de l’Huma, ces nouveaux potes du PCF n’étaient pas aussi potes que ça. Notre Mel, pas la boîte homonyme mais avec un AI, n’a pas compris que l’on pouvait être plus insoumis qu’un insoumis. C’est toujours le problème avec un socialiste formaté. Même après en être sorti, il lui reste encore des idées réformistes. à moins qu’un petit Joseph ne vienne lui titiller les neurones ?

Colère qu’il était, il a dit pas mal de bêtises et quelque peu modifié le sens de l’histoire : ce n’est pas la rue qui a aboli la royauté mais la petite bourgoisie et la médiocratie aristocratique des parvenus. Quand aux Nazis… à parcourir la Toile, on se rend compte que la bête immonde n’est pas vraiment morte !!!

Fabrice Simoes