Blois : La ville au cœur des Rendez-Vous de l’Histoire 2024

Du 4 au 8 octobre 2023, les Rendez-Vous blésois (RDVH) ont parlé de vie et de mort. À peine cette édition terminée, comme à l’accoutumée, la thématique de la suivante est déjà sur les rails pour l’année prochaine.
L’affiche 2024 a été dévoilée le 8 octobre 2023, en soirée, et c’est la ville, vaste sujet, peut-être plus fédérateur, qui sera le fil conducteur des tables rondes, conférences, dédicaces et autres rencontres programmées en octobre 2024 lors des prochains Rendez-Vous de l’Histoire. Cette année 2023, en effet, il fut question lors des RDVH de vivants et de morts, qui auront parfois cette fois moins passionné certains visiteurs, peu enclins dans un contexte déjà morose à penser à leur fin de vie, et qui, en même temps, sous une météo fort clémente, voire estivale, pour un mois d’octobre, ont vivement été intéressés pour rendre vivantes les terrasses des cafés et des restaurants blésois ! Quoiqu’il en soit et qu’on en ait pensé, ces Rendez-vous, qui ne semblent pas prêts, eux, de s’éteindre, parleront en 2024 donc de la ville, et se dérouleront, comme toujours, depuis 1998 et leur création sous l’impulsion d’un certain Jack Lang, justement dans une ville, celle de Blois, et non…. Au Havre, en Seine-Maritime ! L’ancien Premier Ministre, Édouard Philippe, écrivain prolifique, qui vient de publier “Des lieux qui disent” chez Lattès, (Cf.notre photo), a plaisanté sur cette idée fictive de déménagement, lors d’un grand entretien, tout en intimité et humour, qu’il a donné dans la Maison de la magie de Blois le 7 octobre, répondant aux questions de notre confrère de La Nouvelle République de Blois, le directeur départemental, Christophe Gendry, et par ailleurs, finalement, parlant peu de politique, mais confiant de lui-même une facette de sa personnalité que l’on connaît moins, à savoir sa vie familiale et personnelle, sans oublier son amour immodéré pour Alexandre Dumas. Et puis, possiblement, également, d’ici douze mois, les gens se déplaceront sur cette manifestation, en ville, au moyen de transports à hydrogène par exemple ? C’était l’un des autres sujets vivifiants, abordé le 6 octobre 2023 à Blois, au château royal, concernant les énergies et mobilités de demain, en présence du président de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau, et du ministre délégué, Clément Beaune, parsemé de sempiternelles tergiversations, entre automobile électrique (ou pas), préférence au train (oui mais si moins cher), et achats supposés moins polluants mais continuels pour remplacer les précédentes technologies, etc. En résumé, au regard de la complexité de l’être humain, les RDVH de Blois promettent en 2024 des débats riches et d’une longévité à n’en pas douter assurée, quelle que soit en définitive la thématique retenue. Enfin, peut-être que l’an prochain, Blois accueillera à nouveau un(e) Ministre de l’Éducation nationale comme traditionnellement ; on se souviendra notamment de Najat Vallaud-Belkacem qui ne manquait jamais la conférence d’ouverture des RDVH d’une année sur l’autre. Gabriel Attal a décliné cette année, sans doute accaparé par un agenda d’autres actualités historiques plus brûlantes.

É. Rencien