Blois – Tourisme : t’es agile, toi ?


Deux « agilistes » sont venus frapper à la porte de la CCI pour expliquer le concept lors d’une conférence dans le cadre du carrefour du tourisme. Hébergeurs, sites touristiques, prestataires de loisirs et institutionnels ont découvert les clés d’un management différent qui évite de s’enfermer dans ses erreurs et replace l’humain au centre des préoccupations.
Réagir vite et mieux, adapter son organisation, ses produits et services et anticiper les évolutions et prendre une longueur d’avance. Voici les principaux bénéfices d’un management agile que les participants au carrefour du tourisme retiendront.
Ce rendez-vous annuel des professionnels du secteur co-organisé par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) et l’Agence de développement touristique (ADT) se déroule en deux temps. Après la traditionnelle bourse d’échanges à Chailles qui a eu lieu au printemps et dont l’édition 2018 migrerait au Jeu de Paume à Blois, les professionnels se sont retrouvés mardi 7 novembre pour une conférence sur l’agilité.
« Le secteur du tourisme, sans cesse en mutation, impose de se développer et d’innover, l’agilité devient aujourd’hui un atout dans un contexte incertain, fortement concurrentiel ou le changement est permanent », explique François Salazar. Avec son acolyte Patrice Fornalik, ils sont les coauteurs d’un ouvrage collectif intitulé « Benchmarck de pratiques agiles dans les organisations ». Cette étude multisectorielle présente des idées concrètes d’action « agiles » en faveur de l’adaptabilité, la capacité d’innovation et de compétitivité des entreprises.
Pas de révolution, mais des évolutions
Dans les faits, l’agilité ne se décrète pas, elle s’installe petit à petit. Souvent réduite à tort comme un bon moyen pour attirer de nouveaux clients et collaborateurs en dynamisant et modernisant son image, l’agilité impacte en réalité le travail en équipe, les méthodes managériales, la stratégie, l’organisation et la culture d’entreprise.
« Loin de se cantonner à un concept à la mode, l’agilité a vocation à transformer en profondeur le mode de fonctionnement des sociétés. Il ne faut donc pas sous-estimer la remise en question qu’implique une transition agile », poursuit François Salazar.
« Devenir une entreprise agile dans ses processus, ses pratiques, son organisation et sa gouvernance, c’est adopter une culture d’entreprise qui refuse l’inertie et privilégie l’anticipation et l’adaptation à son marché et ses clients ».
Toujours dans cette journée du Carrefour du tourisme, les exemples du Domaine des Hauts de Loire, France Intense et du Jardin de Sasnières, ont été exposés. « L’objectif était de montrer certaines méthodes de l’agilité pour réduire l’incertitude telles que l’anticipation, l’innovation, la culture du changement ou encore la réduction de la complexité de l’organisation qui s’inspirent de l’agilité », conclut Patrice Fornalik.
ARP