Blois – La Chambre de métiers et de l’artisanat se prépare aux réformes

L’assemblée générale de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Loir-et-Cher s’est tenue à Blois, le 9 novembre. Les réformes à venir concernant les artisans, comme celle du RSI, mais aussi le projet du nouveau CFA Interprofessionnel, ont notamment été évoquées.
Au cours de l’assemblée générale de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Loir-et-Cher (CMA 41) qui s’est déroulée le 9 novembre à la Maison des entreprises, à Blois, le président Stéphane Buret, s’est exprimé dans son discours d’ouverture sur les réformes à venir impactant les artisans. Le RSI va se trouver adossé au régime général de la sécurité sociale à compter du
1er janvier 2018. « Je me permets de mettre en garde nos élus nationaux et membres du gouvernement, les artisans ont compris que le nouveau dispositif est mis en place à cotisation constante, voire que l’organisation plus performante permettrait une baisse. J’espère que ces promesses seront tenues », a souligné Stéphane Buret. Il est ensuite revenu sur la mise à l’étude par l’Assemblée Nationale de la fusion des réseaux des Chambres de commerce et d’industrie (CCI) et des Chambres de métiers qui est, selon lui « une fausse bonne idée ». « Les entreprises sont diverses et il est donc important que leurs représentations soient à l’image de cette diversité », a-t-il précisé. En effet, actuellement la CMA 41 et la CCI qui se trouvent au sein de la Maison des entreprises du Loir-et-Cher peuvent avoir des dispositifs en commun mais la spécificité des secteurs et des entreprises nécessite l’existence de deux chambres consulaires. « La fusion de nos deux réseaux serait génératrice de coûts supplémentaires et une perte d’efficacité en découlerait », a ajouté le président de la CMA 41. Enfin, il a évoqué la réforme de l’apprentissage en assurant qu’il serait « très vigilant sur les propositions qui seront faites ».

Rééquilibrer le budget
Par ailleurs, lors de la dernière assemblée générale de la CMA 41, trois axes et objectifs ont été fixés : retrouver l’équilibre budgétaire, lancer et mener à bien le projet de reconstruction du CFA Interprofessionnel, et enfin, positionner davantage les interventions et les services de la CMA sur des prestations concrètes favorisant la création et le développement des entreprises artisanales et de l’économie de proximité. La CMA 41 est dans une situation d’important déséquilibre budgétaire dans un contexte de baisse et de forte incertitude sur le montant de la ressource fiscale et des subventions publiques. « Nous avons organisé la mutualisation de certaines fonctions avec les autres chambres de métiers en Région et les autres chambres consulaires du Loir-et-Cher et réorienté nos actions à partir de critères d’efficacité et de visibilité pour les entreprises de notre secteur », a expliqué Stéphane Buret. Pour mener à bien cette politique, des chargés de mission ont été embauchés, une communication sur l’existence du centre de formation continue au sein de la CMA 41 va être menée et un directeur général des services, Yves Tomasi, a été embauché pour organiser et piloter la transition et le retour à l’équilibre budgétaire. Par ailleurs, la CMA 41 est mobilisée par le projet de reconstruction du CFA Interprofessionnel qui devrait être lancé début 2018. Un projet de
28 millions d’euros auquel le Conseil régional devrait participer à hauteur de 25 millions d’euros. Pour le reste du budget, la ville de Blois, Agglopolys, le Conseil départemental, l’Association nationale pour la formation automobile (Anfa), le Fafih (organisme paritaire collecteur agréé de l’hôtellerie, de la restauration, des loisirs et des activités de tourisme), l’Association pour la gestion de la formation des salariés des petites et moyennes entreprises (Agefos PME) et Opcalia (organisme paritaire collecteur agréé), apporteront leur contribution. « J’invite les autres Communautés de communes de notre département et les branches professionnelles à prendre part à ce projet indispensable pour les habitants et les entreprises de notre département », a lancé Stéphane Buret.

Chloé Cartier-Santino