Coopération pour valoriser le patrimoine

INITIATIVE Une convention de coopération a été signée le 13 septembre pour la création de lieux belvédères dans les territoires du Grand Chambord et de la Baie du Mont Saint-Michel, territoires classés au patrimoine mondial inscrit par l’Unesco.
C. Cartier-Santino

Le Périscope se trouve près du bac de Loire à Montlivault. Les habitants sont invités à le découvrir et à donner leur avis pour la suite du projet.

Le Grand Chambord et l’Interscot Baie du Mont-Saint-Michel, classés sites Unesco, partagent leurs expériences au titre de leurs engagements réciproques pour protéger et mettre en valeur leurs territoires en les rendant plus attractifs. « L’objectif est de redonner un intérêt à la qualité de nos paysages et que les habitants rouvrent les yeux sur les lieux où ils vivent », explique Gilles Clément, président du Grand Chambord. C’est pourquoi, un outil éphémère, ludique et singulier d’observation du paysage, intitulé Le Périscope, a été installé, fin juillet 2018, au port de Montlivault par l’atelier « Quand même », collectif d’architectes et paysagistes. Le lieu n’a pas été choisi au hasard mais parce qu’il se trouve notamment à côté du bac de Loire et sur le chemin de la Loire à vélo. Au préalable, le collectif avait réalisé un diagnostic d’usages, au printemps 2017, qui a permis d’interroger la mémoire du lieu et de collecter les attentes des acteurs locaux. Le Périscope est composé d’un jeu de miroirs et il est possible de rentrer à l’intérieur et d’observer sous un angle inhabituel, à la fois la Loire, les champs, Montlivault et Cour-sur-Loire. « Cette installation est là pour interpeller les gens qui passent et elle rassemble toutes les caractéristiques du paysage », souligne James Bouquard, paysagiste et scénographe, co-fondateur de la société Quand même.

Un belvédère en projet
L’objectif sera ensuite de proposer l’aménagement d’un site belvédère valorisant les composantes paysagères et patrimoniales et répondant aux attentes formulées par les usagers. En effet, les habitants sont invités à donner leur avis, au-delà du panorama, sur la mise en valeur du site. « Il s’agit d’aller plus loin que de simplement regarder le paysage, c’est révéler l’esprit du lieu », précise Myriam Laidet, chargée de mission Patrimoine et Action territoriale à la Mission Val de Loire. Le même travail a été réalisé du côté de la Baie du Mont-Saint-Michel et les communes de Genêts, Avranches, Cancale et Vieux-Viel ont été retenues pour l’aménagement des sites belvédères. « Nous avons réussi à rassembler deux sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco à travers un exemple remarquable de mise en valeur de façon innovante de points de vues », conclut Myriam Laidet. Ce projet est mené aussi pour inciter les habitants et visiteurs à réfléchir à la préservation et la mise en valeur de ces richesses, qui ont été classées au patrimoine mondial inscrit par l’Unesco.