Fougères-sur-Bièvre – Le lycée de Boissay s’agrandit


L’établissement est en train de vivre une extension. Une première pierre a été posée en octobre en présence de personnalités parmi lesquelles l’évêque, Monseigneur Batut, et le député Marc Fesneau.
Le lycée d’enseignement agricole privé (LEAP) de Fougères-sur-Bièvre, installé dans un château de la fin du XVe siècle, modifié au XVIe siècle et remanié à la fin du XVIIIe par la famille Lambot, a toujours été en avance sur son époque. Un détail d’antan le prouve, comme le relate par une anecdote historique, Pierre de Bizemont, président de la société de gestion : «Benjamin Franklin, qui, bien que n’étant jamais venu à Boissay, a en 1780 conseillé l’établissement de disposer 7 paratonnerres sur le château et les communs. Quasiment premier bâtiment de la Région à avoir des paratonnerres, Boissay était déjà précurseur ! » Depuis, beaucoup d’’eau a coulé sous les ponts mais le site est resté à l’avant-garde. Echu après la dernière guerre à Madeleine de Quatrebarbes, Boissay, qui fut jadis une école pour former les femmes du monde rural, tant pour aider leur mari à tenir une exploitation, qu’à venir en aide aux mères de familles, aux personnes âgées et aux petits commerçants, est de nos jours un établissement catholique privé, sous contrat, désormais mixte, à la pointe du progrès en ce qui concerne les cursus d’aide à la personne, innovant également perpétuellement dans d’autres domaines au service du public. « Pour pouvoir continuer, il était impossible, vue l’architecture ancienne du château, de se mettre aux normes et de pouvoir avoir des activités pédagogiques performantes, sans procéder à une construction entièrement neuve de l’internat, de la restauration, des salles de restaurant, des salles de C.D.I. etc: tout en conservant la beauté de l’endroit, » explique encore Pierre de Bizemont. « Un tel projet ne se fait pas en un jour, ni en un an, vous le pensez bien. Il a aussi fallu trouver des financements ! François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire, a compris immédiatement les enjeux de ce lycée hors normes, tant pour notre territoire que pour la Région entière. J’ai de plus rencontré des hommes et des femmes qui, comme moi-même, sont convaincus que l’on ne construit pas « contre », mais « avec ». Ici le public et le privé se côtoient, sans sectarisme. »
L’avenir se construit pierre par pierre
Le lycée de Boissay s’adresse en effet à tous, la mixité sociale des élèves en atteste (45 % de boursiers), sans compter des résultats hors normes allant de 80% à 100% de réussite aux divers examens. Le succès d’une pédagogie innovante va donc perdurer avec l’extension en cours de sortie de terre. La première pierre de ce projet qui pèse 3 M€ a été posée cet automne. Le budget n’est pas totalement bouclé mais d’ores et déjà, la Région a accordé une subvention de 1 400 000 €, la fondation Bettancourt-Schueller apporte 240 000 €, et la communauté de communes Val de Cher Controis a aussi apporté sa pierre financière à l’édifice. « Des communes comme Fougères-sur-Bièvre, Feings ou encore Chémery, n’ont pas non plus hésité à mettre la main au porte-monnaie. D’autres devraient suivre. Des sociétés locales, comme le groupe Goyer ou la fondation Eiffage en ont fait autant, » précise Pierre de Bizemont, en annonçant. « Nous allons lancer une campagne de mécénat privé et d’entreprise pour notre projet d’agrandissement du lycée de Boissay. Il nous manque encore près de 500 000 € pour achever tous les aménagements. »