François Bonneau retourne sur les bancs du lycée

ÉDUCATION Le lycée Claude de France est en pleine transformation. Le conseil régional finance cette évolution et le président est venu constater par lui-même lundi 10 septembre l’avancée dudit chantier.
Emilie Rencien


«Vis ma vie »… de lycéen. Avant les établissements d’enseignement de Vendôme et Blois, et une réunion plus politisée à Vineuil en soirée, François Bonneau s’est mis dans la peau d’un élève lundi 10 septembre en arpentant les couloirs du lycée Claude de France de Romorantin. Dès 8 heures du matin, le président PS de la région Centre-Val de Loire était lundi 7 septembre le 1 241e lycéen de l’établissement d’enseignement général, tel un poisson dans l’eau pendant le cours de physique chimie, arrivé à l’heure en classe grâce à un car REMI accueillis par le proviseur, Philippe Davaux. Pas de trousse ni de sac à dos, François Bonneau, bac scientifique et aussi études littéraires en poche, s’était par contre déplacé avec son cahier de route régional. « A Romorantin, l’ambiance est bienveillante, » a déclaré très enthousiaste l’élu, s’adressant à ses camarades. « Vous seriez dans une métropole, vous auriez des soucis de transports, des tracas quotidiens. Non, ici, allez-y à fond ! Mettez-vous la barre le plus haut possible. Ne pensez pas au chômage, travaillez pour le monde de demain. Ce lycée est un espace de vie et d’avenir ! Dix minutes de retard sur votre ligne de transport ? Ce n’est pas bien, nous allons y remédier. Utilisez vos talents !»

Chantier en cours
Les études inspirent visiblement de bon matin… Et ce n’est pas fini car la Région finance la totalité des travaux actuellement réalisés au lycée Claude de France. Ces derniers, débutés avant les congés d’été, devraient être terminés d’ici la fin du mois d’octobre et les prochaines vacances. Opérations d’isolation et réfection de la chaudière auront déjà coûté 2,7 M€. De nouveaux stores sont prêts à être installés, la pose ayant pris un peu de retard pour préserver des nids d’hirondelles. « Le lycée s’est rapproché de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) de Loir-et-Cher et des projets sur d’autres espèces d’oiseaux vont être menés, l’établissement va devenir une sorte de site de démonstration sur le sujet, » a commenté Cathy Munsch-Masset, vice-présidente régionale déléguée à l’éducation et à l’apprentissage. «Ces travaux d’isolation vont permettre de réduire à hauteur de 35% les émissions de CO2; le gain sera également financier avec une division par 2, soit environ 50 000 € économisés par an.» Afin de peaufiner ce lycée du futur en route, le CDI d’hier sera transformé à l’horizon 2022 en centre de ressources moderne qui sera ouvert à tous les élèves du secteur, issus de Claude de France donc et aussi du lycée professionnel Denis Papin. La rénovation de l’internat in situ est de surcroît dans les cartons. L’ensemble est chiffré à 4,2 M€. Eh oui, le retour en classe a un prix… Alors, le changement, c’est maintenant ? Ah non, ça, c’était la promesse d’une précédente rentrée…


zoom ▶ Rentrée scolaire réussie pour la municipalité

Avec plus de 1600 élèves en maternelle et primaire, la grosse machine de l’enseignement romorantinaise a fait sa rentrée sans problème. Le directeur des affaires scolaires des écoles primaires et maternelles de Romorantin, Michel Duval, est satisfait de sa rentrée 2018 qui s’est faite sans problème particulier malgré l’augmentation du nombre d’élèves et du nombre de classes. Pour la municipalité il s’agit d’un gros budget de fonctionnement ( plus de trois millions d’euros annuels) et d’investissement en bâtiments et matériels scolaires. Le dédoublement des classes de CP pour les écoles primaires en REP (Réseau Education Prioritaire), les écoles primaires du Bourgeau, de Louise de Savoie et de Saint Marc, a demandé l’installation ou la transformation de sept classes dont les effectifs sont passés de 24 à 12 élèves. En ce qui concerne les enseignants, certains postes supprimés de “Maitre plus que de classes“ ont été transférés vers les nouvelles classes dédoublées. Le nombre total de classes est aujourd’hui de 72 classes entre la maternelle et le primaire.

L’école, une gestion serrée
Michel Duval souligne la complexité de la gestion des écoles publiques de Romorantin : “Pour nos 1600 élèves (population supérieure à celle du lycée Claude de France!) nous devons entretenir des bâtiments, des classes équipées de matériels scolaires, des garderies, des repas, des lieux de récréation et de sport, des transports scolaires gratuits, des ordinateurs….La municipalité contribue aussi à l’achat des fournitures scolaires par une subvention annuelle de 45 € versée aux familles. Nous avons la chance d’avoir une grande stabilité du corps enseignant, ce qui assure une bonne qualité de l’enseignement et une ambiance saine. Et nous apportons aussi notre contribution périscolaire avec stade, piscine, portiques..y compris des professeurs de musique diplômés DUMI (diplôme universitaire de musicien intervenant), et des aides aux enseignants dans le domaine de la lecture. De gros investissements ont été réalisés en multimédia avec des TBI (tableau Blanc Interactif) ou VPI (Vidéo Projecteur Interactif) dans chaque classe en plus des ordinateurs. Le maire Jeanny Lorgeoux insiste beaucoup sur la qualité des repas qui sont tous réalisés sur place avec un maximum de fournisseurs locaux en circuits courts. Notre seule contribution pour les repas dépasse le demi million d’euros par an.“ Une gestion digne d’une grosse PME, avec aussi des budgets d’investissement importants pour maintenir la qualité des bâtiments et des installations. Vive la rentrée…
G.Br

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email