La sauvegarde des Baudets du Poitou en Berry

Baudet-de-Poitou
Le Baudet du Poitou est reconnaissable à sa physionomie très particulière : de grandes oreilles, une grande taille de 1,45 au garrot pour un mâle, et surtout une robe bai brun aux longs poils, cette robe peut passer au jaunâtre, elle est alors appelée robe fougère. Certains,  mais peu, pourtant de pure race, n’ont pas ces longs poils mais restent facilement identifiables à la vue des longues oreilles très poilues à leur pointe. L’ânon, lorsqu’il est jeune ressemble à une peluche et donne envie de le caresser tant il est doux au toucher.
Cette race d’âne est très ancienne et c’est aussi la plus ancienne en France, la première description de son état actuel a été publiée en 1717, mais il semblerait que cet âne ait fait son apparition dès le Xe siècle en France, époque à laquelle plusieurs écrits font déjà état de la pratique de l’hybridation mulassière. Durant son existence le cheptel connait des hauts et des bas et s’effondre à la fin des années 50, anéanti par le développement des tracteurs ou autres engins motorisés. En 1957, il ne restait que 150 Baudets et 229 ânesses. En 1977, une étude réalisée dans le cadre de l’INRA à la demande des Haras nationaux montre qu’il ne reste plus que 44 baudets et ânesses du Poitou (20 mâles et 24 femelles repartis chez 14 propriétaires). Cette étude met en évidence la disparition de cette race si rien n’est fait pour renverser cette tendance et assurer la reproduction du cheptel encore existant.
De nos jours, il y a 380 ânesses capable de reproduire et 85 mâles reconnus aptes à la reproduction de recensés dans le monde (Baudets du Poitou pure race). En 2012, il y a eu 169 naissances mondiales (le suivi avec le registre généalogique est en France). Le nombre total de Baudets du Poitou à travers le monde est estimé à 700 (avec mâles et femelles non reproductifs) ce qui est peu pour une race. La répartition est de 90% en France dont 60% en Poitou Charente, 30 % dans les autres régions et 10 % à l’étranger (principalement en Europe). Il est à noter qu’il y a un élevage aux Etats Unis. Les sources pour ces données proviennent de l’Association nationale des races Mulassières du Poitou située à Coulon dans le département des Deux-Sèvres. Dans le Cher, il n’y a qu’un seul éleveur de Baudet du Poitou, c’est Alain Letourneur à MARMAGNE.
Cet éleveur travaille avec l’Organisme de Sélection des Races mulassières du Poitou et la S.A.B.A.U.D qui est une association pour la sauvegarde de cette race.
L’élevage est composé de 4 ânesses reproductrices et d’un étalon qui est loué au parc des Marais Poitevin. Cela fait 22 ans que cet éleveur « amateur » participe à la sauvegarde de la race. Pourquoi le terme éleveur « amateur », tout simplement parce qu’Alain Letourneur ne vit pas de son élevage, c’est une passion, passion qui permet au Baudet du Poitou d’être toujours présent dans notre Berry.
Les baudets du Poitou ne servent pas que pour la balade ou le travail, le lait des ânesses sert à la fabrication artisanale de cosmétiques, principalement le savon. Une ferme voisine du Berry, « L’Asinerie de la Vallée », située dans le Loir et Cher à ANGE est spécialisée dans la fabrique de ces cosmétique au lait d’ânesse. Les Produits fabriqués sont en vente dans le Cher à l’Office de Tourisme de Bourges et dans une boutique à Mehun sur Yèvres. Ces produits sont bien sûr en vente dans d’autres départements ainsi que sur le site internet de cette ferme.
Aujourd’hui de plus en plus de passionnés utilisent le Baudet du Poitou pour le travail agricole, la selle, le bât ou encore l’attelage de loisir. Il y a des manifestions tout au long de l’année, dans le Cher nous retrouvons le Baudet du Poitou lors de la « Foire aux Anes » à Lignières ainsi qu’à la « Ferme du Printemps » à Bourges.

Dominique AUTHIER

Davantage de renseignements :
Alain Letourneur, Asinerie du Luet
7, Impasse du Canal
18500 Marmagne
Tél : 02 48 26 83 75
Association nationale des races Mulassières du Poitou
Tél : 05 49 76 91 31