Les Tourneix passionnent partisans et adversaires du circuit

Passe ton chemin étranger. Tu as des euros, mais ici nous avons des plumes et du goudron. Cet emprunt à Lucky Luke résume l’opposition au projet de 80 % des participants à l’enquête publique.
« Nous sommes trop petits pour que notre avis intéresse quelque politique. C’est dommage que les intérêts financiers prennent le pas sur notre bien être. » Ce témoignage déposé sur l’un des dix registres de l’enquête publique destinée à valider, ou non, le permis d’aménager le site des Tourneix en circuit automobile permanent est-il encore d’actualité ? Pas sûr, si l’on s’en tient à l’arithmétique. Les petits ruisseaux font les grandes rivières et au bout du compte c’est un torrent d’opposition qu’ont découvert les commissaires enquêteurs au soir du 5 mars en mettant un terme à l’enquête publique.
La mobilisation a concerné les riverains, mais aussi la population de Luant, dont le conseil a pris position contre ce projet (le circuit est sur la commune de Saint-Maur, mais, comme souvent en pareil cas, beaucoup plus proche du bourg de Luant que Saint-Maur dont il est séparé par l’autoroute A20.)
Les nuisances sonores en tête
Quatre remarques sur cinq sont défavorables au projet et ce sentiment ultra majoritaire est encore accentué par l’importance de l’argumentation. Là où les partisans du circuit expriment en deux phrases leur attachement au projet : « Je suis pour ce projet et n’ai rien d’autre à ajouter » a noté le plus sobre des défenseurs d’un circuit aux Tourneix, les opposants développent à pleine page leurs arguments, au point qu’il a fallu ouvrir pas moins de dix dossiers pour recueillir les témoignages et que par ailleurs 119 courriers et documents divers ont été envoyés aux commissaires enquêteurs. Du jamais vu dans le département pour une enquête publique !
Qui sont ces opposants ? Majoritairement des amateurs de calme. Les nuisances sonores sont le plus souvent mises en avant : « pas besoin de cette pollution sonore insupportable, ceux qui viennent en Berry le font pour son calme et sa beauté » ou encore « Laissez ce coin comme il est, n’empoisonnez pas les champignons, il y a déjà assez de motos qui me cassent les oreilles le dimanche matin ». L’argument le plus étonnant à propos du bruit vient d’un monsieur qui estime que, du fait des vents dominants, la pollution sonore du circuit rendra la vie impossible aux prisonniers de la centrale de Saint-Maur !
Les avis les plus argumentés viennent évidemment des associations de défense de l’environnement ou des amis du patrimoine qui mettent l’accent sur l’incompatibilité entre l’existence d’un circuit automobile permanent et la fragilité d’une zone humide comme la Brenne. Les solutions proposées par le promoteur ne correspondant à leur avis, à l’équilibre écologique de cette zone. « Un impact environnemental inadmissible » conclut un opposant.
Quelles retombées économiques ?
Partisans et adversaires sont également partagés sur l’intérêt économique du projet. Les propriétaires installés à proximité des Tourneix mettent en avant la dépréciation de leur bien liée à l’existence d’un circuit permanent. Les quelques créations d’emplois sur le circuit sont mises en balance avec ceux qui risquent de disparaître à Laloeuf (centre équestre, accrobranche etc…), les opposants estimant les activités de plein air incompatibles avec le sport automobile. Nous avons même trouvé une perle dans la forêt des arguments « Avec l’héliport il sera plus facile d’importer des stupéfiants dans un département rural comme l’Indre ! »
De jeunes voix s’élèvent pourtant pour défendre le projet : « Je m’indigne de voir à quel point Berrichons et Castelroussins peuvent être aussi influençables et réfractaires au développement de notre département à l’heure où tout le monde devrait se battre en ce sens. Un argument qui laisse de marbre ceux, nombreux, qui estiment « Il y assez de circuits automobiles qui ne servent à rien. Economiquement les circuits automobiles se portent plutôt mal ».
La création, voici vingt cinq ans, du circuit des Tourneix, avait donné lieu à une levée de boucliers. Là, manifestement, la défense de l’environnement a fait sont chemin et les citoyens se sont massivement mobilisés. Les commissaires enquêteurs ont déjà prévu d’allonger d’un mois le délai nécessaire avant de rendre leur rapport.
Pierre BelsoeurEnquête tourneix