Loir-et-Cher / Selles-sur-Cher : Prix des métiers d’art : Mathieu Vallet l’emporte…

Ils n’étaient que trois candidats recensés au dernier concours départemental des Métiers d’art, sur le thème «Création», organisé par la Chambre de Métiers de Loir-et-Cher, sous le contrôle de Marie-Noëlle Le Cam, référente départementale Métiers d’art, mais le jury présidé par Pierre Bouffart, premier vice-président de ladite collectivité, a bien tout cadré et examiné avant de livrer son palmarès.
Le lauréat, Mathieu Vallet, ébéniste, métallier, sculpteur, designer, 26 ans, a une longue expérience derrière lui après une formation en Loir-et-Cher et deux ans en Finlande, dans le cadre d’un échange Erasmus, comme métallier. Il y serait bien resté car séduit par les conditions et le cadre de vie, mais le retour à Selles-sur-Cher lui a permis d’installer son propre atelier, en avril 2022, dans des locaux professionnels gérés par son père Gilles, également dans le métier de métallier… Le premier prix d’un chèque de 700 euros lui a été attribué pour son œuvre «Pupille», d’un mètre de diamètre et composée, comme un œil humain, d’une très fine tôle de laiton martelée et plissée avant d’être patinée. Une loupe d’orme, issue d’un arbre tronçonné chez sa grand-mère, placée en plein centre, en léger décalage, protège un système d’éclairage rayonnant autour de son orbite, en diffusant une lumière douce et aussi patinée que le laiton… 80 heures de travail ont été consacrées à ce premier prix qui va l’encourager, encore plus, à se lancer dans d’autres réalisations pouvant intéresser des particuliers comme des galeries d’art. Mathieu a les pieds sur terre, ne rêve pas et sait qu’il possède des qualités dans ses différentes approches de l’art, en métallerie et sculpture, notamment, le reste arrivant en harmonie avec sa conception de l’objet qu’il visualise avec autant d’acuité que son œuvre «Pupille». Ce qui ne pourra que lui porter chance…

Un, et, deux, et trois sur le podium
Julie Dahan, 29 ans, vitrailliste au Gault-du-Perche, dans le nord du Loir-et-Cher, a également été saluée, notamment, par le député du Vendômois-Mérois, Christophe Marion, pour son deuxième prix (250 euros) pour son œuvre «La Maincelium», constituée de champignons en verre étiré et façonné inclus dans une racine de bois découverte dans un tas stocké chez elle. Nettoyé, poncé, travaillé à la flamme, vernis, le support boisé a pris une teinte patinée qui accentue la forme d’une main dressée vers les cieux. Les champignons s’y accrochent comme si la nature les y avait posés sur un humus propice à leur épanouissement naturel. Troisième, non classée, Vanessa Barbary, de Candé-sur-Beuvron, a expliqué sa technique de marqueterie à base de paille écrasée et colorée, pour «Astres et lumières», une fois le palmarès proclamé, à tous les présents, dont Stéphane Buret, président de la Chambre de métiers ; les membres du jury dont Marie-Hélène Poisson, lauréate du concours en 2022 ; les sponsors ; les permanents de la Chambre de métiers, etc.

Jules Zérizer