Pruniers-en-Sologne : La campagne d’Italie de Napoléon racontée

Le général Jean-Yves Tsedri, qui avait commandé la Base Aérienne 273 de Romorantin-Pruniers-Gièvres de 1992 à 1994, avait achevé, juste avant son décès en janvier 2019, une étude concernant les campagnes de Napoléon après dix années de recherches.
Ce sont ses camarades de promotion de l’École de Guerre (établissement de formation des officiers supérieurs des forces armées françaises et des services de la Défense à Paris) qui aidèrent son épouse Maïco à finaliser l’édition finale. Par ailleurs, vous devez sûrement avoir entendu parler de leur fils, l’humoriste qui a pour nom de scène « Arnaud Tsamere ». En décembre 2023, Aurélien Bertrand, maire de Pruniers-en-Sologne, et Jean-Marie Bisson, maire Honoraire de la même commune, organisaient une rencontre pour présenter l’ouvrage paru le 1er décembre 2023 et intitulé « De Mondovi à Rivoli – La première campagne d’Italie, avril 1796 à janvier 1797 – Une Iliade moderne », Éditions Soteca, éditions du Souvenir Napoléonien (https://www.souvenirnapoleonien.org/). Étaient présents autour de son épouse Maïco, ses camarades militaires dont plusieurs généraux, des élus, des amis de la famille, ainsi que la presse locale. Les exemplaires apportés se sont vendus comme des petits pains ! L’ouvrage relate le plus précisément possible la première campagne d’Italie à travers le prisme des décisions politiques de Bonaparte et de ses tactiques militaires. Le récit, sous forme d’odes, décrit les différents moments de cette campagne dans leur contexte et prend en compte le facteur humain aussi bien pour Bonaparte que pour son armée. La préface a été rédigée par le comte Baudoin Napoléon de Witt, descendant du plus jeune frère de Napoléon, Jérôme roi de Westphalie. Les lecteurs du Petit Solognot, qui souhaitent s’engager dans le parcours de l’armée napoléonienne, peuvent commander le livre chez tous les bons libraires ainsi que sur les plateformes en lignes (Amazon, Decitre, Fnac, Rakuten…). Ils sauront comment, avec grand peine, l’armée autrichienne a finalement été mise à genou après de nombreux faits d’armes, certains heureux, d’autres moins.
F.T.