Quoi de neuf depuis quinze jours

25 ans d’inscription à l’UNESCO pour la Cathédrale
C’est en 1992 que la cathédrale de Bourges a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En 1993, le 4 septembre, Federico Mayor, directeur général de l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) prononçait un discours à Bourges à la gloire de l’édifice religieux de la cathédrale Saint-Etienne. « Au cœur de la France, Bourges plonge ses racines dans l’histoire gauloise et romaine. La cathédrale Saint-Etienne marque l’aboutissement d’une tradition chrétienne très ancienne. C’est en raison de sa beauté que la cathédrale a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial… de grandes ressemblances balafrent le monde et marquent ici et là leur lumière. Elles rapprochent, assortissent ce qui est immense. D’elles seules peut naître toute nostalgie, tout esprit, toute émotion. La cathédrale Saint-Etienne compte au nombre des lieux qui portent ces ressemblances et rayonnent ». Une plaque en bronze placée à même le sol, entre mairie et cathédrale, commémore désormais cette inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO de l’édifice religieux également inscrit comme « composante du bien Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France ».


Prison ferme après Paris-Bourges
Le conducteur qui avait renversé un gendarme, à Mennetou-Salon, lors du passage de la classique automnale cycliste Paris-Bourges a écopé de six mois de prison ferme. Grâce à la prestation de son avocate, le conducteur intempestif, a vu le libellé de son inculpation « faits de violences volontaires avec arme par destination sur une personne détentrice de l’autorité publique » se transformer en « en refus d’obtempérer aggravé par la mise en danger d’autrui. » Pour cela le tribunal l’a condamné à douze mois de prison dont six avec sursis, trois mois de suspension de permis, 1 300 euros de frais et amende dont 1 000 de provision au gendarme. C’est au début du mois, tandis que sa route est barrée par un signaleur opérant sur la course cycliste qu’il a tenté de forcer le passage et fait chuter le gendarme venu à la rescousse du bénévole. Si ce dernier en avait été quitte pour une simple frayeur, le militaire renversé a eu quatorze jours d’incapacité temporaire de travail (ITT). La nouvelle réglementation des manifestations sportives sur la voie publique, bientôt en vigueur, sera plus sévère encore et débutera, rien que pour avoir forcer le passage, par des amendes de près de 5 000 €.


Challenge Berry-Sologne des courses hors stade
Après le trail de Quincy, avant-dernière épreuve du challenge Cordat-Brault Berry Sologne des courses hors stade, une quarantaine de coureurs sont encore en lice pour entrer dans le classement dont cinq féminines, Pascale Balouzat, Bérengère Pontabry, Noëlle Charlon, Patricia Martins et Hélène Jullien. Elles pointent avec quatre courses validées. Chez les hommes, trois athlètes ont déjà atteint le quota nécessaire mais peuvent encore gagner des points (les plus mauvais classements sont retirés du comptage). Pour le moment, alors que l’épreuve est samedi prochain, 4 novembre, à l’occasion de la corrida de Mehun-sur-Yèvre, Florent Didelot est en tête avec 56 points. Il devance Laurent Jouffin (75 pt) et Laurent Pacton (94 pt). A l’issue des neuf épreuves un classement temporaire sera établi. Tout oubli ou erreur dans ces classements pourra être rectifié, contacter le VVF Athlé, avant la remise des récompenses qui aura lieu le 13 janvier au stade Chaillot, à Vierzon.


Démission de Mounyr Lyame du conseil départemental
Mounir Lyame, le conseiller départemental du groupe d’opposition « Ensemble pour le Cher » (PCF) depuis 2015 sur le canton Vierzon-1, a démissionné de son poste de l’assemblée départementale. Une décision justifiée par « de nouvelles missions à France Loire, pour devenir directeur adjoint de proximité du Cher. » Il a annoncé ce départ lors de la dernière cession du conseil, à Bourges. Dans le milieu associatif il reste cependant président de l’AJCV et vice-président du Vierzon Football Club. C’est Franck Michoux, adjoint délégué à l’urbanisme, au logement et au patrimoine de la municipalité de Vierzon qui lui succédera dès la prochaine réunion du conseil. Il siègera dans le même groupe que son prédécesseur en compagnie de Karine Chêne (Vierzon 1), et des deux autres conseillers départementaux communistes de Vierzon 2, Delphine Piétu et Jean-Pierre Charles.

 

Jacques Feuillet
Fabrice Simoes