Saint-Saur – Fêter le 250e anniversaire de la naissance de Chateaubriand

Samedi 13 octobre
Sur les berges du fleuve royal au pied de Sancerre
Dans le cadre des Dîners de l’Histoire de l’Amicale Marie du Berry. Avec Jacques Hardy. Conférencier passionné d’Histoire et de Philosophie. L’Enchanteur, écartelé entre la tradition et la liberté. Samedi 13 octobre 2018 à 19 h.
Au restaurant Le Bord de Loire, 2 quai de Loire à Saint-Thibault, 18300 à Saint-Satur.
Sur réservation uniquement. Tél : 02 48 54 12 15.
Prix des dîners de l’histoire : 38 € (conférence, apéritif, dîner et vin compris)

Chateaubriand à Sancerre 
« C’était grande fête quand M.et Mme de Chateaubriand arrivaient au château, chez Hyde de Neuville, le vigneron de Lestang… » Écrivait l’une des petites-nièces d’Hyde de Neuville, ex-ministre de la marine et ami de Chateaubriand qui attendait avec impatience la venue de cet hôte de marque qui, même vieillissant, savait encore les charmer par ses récits bucoliques : « un lieu agrémenté par des arbres séculaires où les chênes jouaient le rôle de forêt vierge, et irrigué par un agréable cours d’eau… ». A partir de 1830, le royaliste Hyde de Neuville s’était réfugié dans sa propriété de Lestang près de Sancerre et Chateaubriand qui lui avait conservé son amitié, formait souvent le projet de lui rendre visite ; projets fréquents et nombreux mais rarement réalisés. Le 27 juillet 1831, Chateaubriand écrivait qu’il projetait de se rendre à Paris en revenant de Genève: « Je passerai par Lyon exprès pour aller vous embrasser dans votre vigne. »
Jacques Hardy qui a déjà présenté l’Enchanteur dans le cadre d’une journée de Marie du Berry et de soupers littéraires à Sancerre, ne pouvait manquer de l’évoquer à nouveau chez son ami sancerrois Hyde de Neuville pour cette commémoration que les Bretons fêtent en ce début septembre à Saint-Malo. Bien sûr, il est difficile de résumer la vie de ce grand voyageur, de ce grand littérateur, de cet ultra, qui a parcouru l’océan atlantique et la mer Méditerranée et toutes les routes d’Europe jusqu’en Orient, en tant qu’ambassadeur, pair de France et écrivain !
Le temps de ce dîner de l’Histoire, il redeviendra l’enfant sauvage de Combourg mon donjon, le jeune homme ardent et orgueilleux qui s’embarqua à Saint-Malo pour l’Amérique en 1791, le jeune marié à Céleste Buisson de la Vigne, puis l’émigré en fuite et en guenilles, passé par la Belgique en 1792 et sauvé par de belles Namuroises. Nous le suivrons aussi à travers les aléas de l’Histoire sous Napoléon et Louis XVIII, sans oublier son autre vie jalonnée de femmes qu’il a tant aimées, les Delphine, Natalie, Pauline, Charlotte, Hortense sans oublier l’« Unique » Juliette Récamier, dont son dernier rêve a été pour elle !
« Républicain par nature, monarchiste par raison et bourbonien par honneur, je me serais beaucoup mieux arrangé d’une démocratie, si je n’avais pas pu conserver la monarchie légitime, que de la monarchie bâtarde octroyée par je ne sais qui…» Quant à sa dernière œuvre qui n’a pas pris une ride, nous aurons tous envie de relire Les mémoires d’outre-tombe…